BINCHE-CHIMAY-BINCHE : l’HOMMAGE A LUDWIG DE WINTER

Ludwig De Winter
Ludwig De Winter et son fils, avant le départ de Binche-Chimay-Binche @JMD/Sports5962

Binche-Chimay-Binche (Mémorial Franck Vandenbroucke), ce mardi 5 octobre marquait la fin des courses cyclistes professionnelles en Wallonie. Un modeste coureur volait la vedette au départ de cette semi-classique aux cadors comme Jakobsen, Terpstra, Jungels, Cavendish, ou Groenewegen. C’est Luwig De Winter. Le coureur wallon prenait le départ de la dernière course de sa carrière. De plus, à Binche, sa commune de résidence. Un moment émouvant partagé sous la pluie avec le public.

Daniel Mangeas, qui anime toutes les courses en Wallonie (hormis celles d’ASO), a un peu traîné lors de la présentation de l’équipe Intermarché-Wanty Gobert Matériaux. Et pour cause. C’est l’équipe locale, l’entreprise Wanty étant implantée à l’entrée de la ville du Hainaut rendue célèbre par son carnaval.

cyclisme Ludwig De Winter
Dernières interview pour Ludwig De Winter, dans sa ville (photo JMD/Sports5962)

Le speaker du cyclisme a fait monter le suspense en présentant le dernier des sept coureurs de la formation hennuyère. Avec un grand sourire, Ludwig De Winter attendait, avec son fils dans ses bras, l’hommage que la foule, présente malgré la pluie, allait lui rendre. De Winter, c’est l’enfant du pays, et il a eu droit à la descente du podium protocolaire, à une longue série d’interviews avec les media belges francophones.

Un choix mûrement réfléchi

C’était un moment émouvant. Binche-Chimay-Binche arrivait deux jours seulement après Paris-Roubaix. Disputée sous la pluie et avec quelques pavés dans la ville, la course présentait une allure de kermesse. Pas pour Ludwig De Winter. A 28 ans seulement, ce coureur sympathique mettait fin, chez lui, à une carrière professionnelle commencée en 2015.

 » Depuis 3-4 ans, le vélo est devenu trop dangereux. Je suis papa et j’attends un nouvel enfant… »

Ludwig De Winter

Depuis, le Binchois ne compte qu’un succès professionnel à son actif: le Grand Prix Lucien Van Impe, en 2017. Cet équipier modèle ne se retrouve plus dans le cyclisme d’aujourd’hui. Il a pris la décision d’arrêter il y a quelques jours seulement. Ce qu’il nous confie dans cette interview réalisée juste avant le départ de Binche-Chimay-Binche.

La dernière interview de Ludwig De Winter, avant le départ de Binche-Chimay-Binche.

C’est donc en homme sage, et sans regret, qu’il a décidé d’arrêter là il y a quelques jours.  » C’est aujourd’hui un sentiment agréable. J’ai pris ma décision il y a dix jours maintenant. Elle n’était pas facile à prendre. J’étais arrivé au bout du cycle pour moi. J’ai été coureur cycliste et j’en suis content. J’ai vécu de super moments. Mais il est temps pour moi de tourner cette page et d’en écrire une autre, et je suis ravi de le faire à Binche. Vous le voyez, j’ai le sourire, et je suis heureux d’être ici, avec tous mes amis. La fête n’en sera que plus belle », a ainsi confié ce coureur attachant.

Equipier fidèle jusqu’au bout

Pour sa dernière course, Ludwig De Winter a confié n’avoir aucune ambition personnelle sur ce dernier Binche-Chimay-Binche. Lors de cette dernière journée, il allait jouer à fond son rôle d’équipier en faveur des frères Van Poppel, ou de Andrea Pasqualon. Ce qu’il a toujours bien fait, tout au long de sa carrière, au service des autres.

Le départ de Binche-Chimay-Binche, la dernière course de Ludwig De Winter, a été donné sous la pluie (photo JMD/Sports 5962)

Ludwig De Winter a bien fait son travail. Son équipier Danny Van Poppel s’est en effet imposé. Le Néerlandais offre un succès à domicile à son équipe Intermarché-Wanty Gobert, et à De Winter, indirectement…

Le Binchois sera applaudi une dernière fois sur le podium d’arrivée, en montant aux côtés des trois premiers, avec le soleil revenu en cette fin de journée inoubliable pour lui.

BINCHE-CHIMAY-BINCHE, LA COURSE A DANNY VAN POPPEL

Danny Van Poppel s’impose détaché à Binche-Chimay-Binche (photo JMD/Sports5962).

La semi-classique du Hainaut fermait la saison en Wallonie, mais aussi en Belgique, depuis l’annulation du Grand Prix Van Steenbergen. Sur les routes vallonnées du parcours vers les lacs de l’Eau d’Heure, on a assisté à une course de mouvement, dans laquelle se sont illustrés les Français.

L’échappée matinale, avec cinq Belges: Jimmy Janssens (Alpecin-Fenix), Ceriel Desal (Bingoal Pauwels Sauces WB), Aaron van Poucke (Sport Vlaandren-Baloise), Dries van Gestel (TotalEnergies) et Stijn Simons (Evopro Racing).  va longtemps résister au peloton. Mais les fuyards lâchent chacun leur tout sur le circuit final de 13km.

Plusieurs Français vont porter des attaques: Anthony Turgis et Mathieu Burgaudeau (TotalEnergies), Alan Riou et surtout, Kévin Vauquelin (Arkéa Samsic). Le champion de France espoir du chrono sort seul à 15km de l’arrivée. Mais il est rejoint à l’arrivée sur Binche.

Alors qu’on s’attend à une arrivée au sprint, Danny Van Poppel sort dans le dernier kilomètre. Il remporte sa 2ème victoire à Binche-Chimay-Binche, après celle de 2018. Une belle victoire dans la ville de son sponsor, devant le Norvégien Rasmus Stiller et le Belge Lionel Taminiaux.

Le sourire du vainqueur pour Danny Van Poppel , qui n’y croyait pas (photo JMD/Sports 5962).

A noter que le sprinter hollandais n’a pas levé les bras sur la ligne. Il pensait en effet qu’il y avait encore des coureurs devant. La bonne surprise pour lui…

Le classement de Binche-Chimay-Binche 2021

  1. Danny Van Poppel (NED) Intermarché – Wantu Gobert 4h44’45
  2. Rasmus Tiller (NOR) Uno X à 3 secondes
  3. Lionel Taminiaux (BEL) Alpecin-Fenix à 5 sec
  4. Hugo Hofstetter (FRA) Israël Start Up Nation à 7 sec
  5. Stan Dewulf (BEL) AG2R- Citroën mt
A propos de JEAN-MARC DEVRED 187 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Bryan Coquard Cofidis pour rebondir
  2. Adrien Petit chez Intermarché Wanty en 2022 ?

Les commentaires sont fermés.