CANOE-KAYAK: C’EST PARTI POUR LE FUTUR POLE NAUTIQUE DE SAINT-LAURENT-BLANGY

Pôle nautique de Saint-Laurent
Les officiels lors de la cérémonie jeudi matin (photo JMD/Sports5962)

Dans quinze mois si tout va bien, le Pôle nautique de Saint-Laurent-Blangy verra le jour sur les bords de la Scarpe. Ce sera l’aboutissement d’efforts de plusieurs années, menés notamment par les dirigeants du club de canoë-kayak local, l’ASL Grand Arras, meilleur club de France de course en ligne. La première pierre a été posée ce jeudi 4 février.

Signe heureux certainement de cette création très attendue: le soleil régnait sur Arras, pour la plus grande joie des personnes invitées à la cérémonie. Des élus et des membres du club en grande partie. Ceux-ci ont eu droit à une apparition tout aussi symbolique: les rameuses du Dragon Boat sont passées sur le canal au moment des discours. «  Le signe que cet équipement servira au haut-niveau, mais aussi au public le plus large« , affirme ainsi le président de l’ASL Olivier Bayle.

L’aboutissement d’un vieux projet

Le Dragon Boat, rappelons-le, permet aux femmes victimes du cancer du sein de reprendre une vraie activité sportive en douceur. C’est pourquoi one les appelle les « dragon ladies ». Celles d’Arras ont ainsi été applaudies au moment de leur passage devant le chantier.

Les Dragon Ladies sont passées juste devant la future Base nautique (photo JMD/Sports 5962)

On se souvient que les licenciés de l’ASL se sont longtemps entraînés à quelques pas de là, sur un bras de la Scarpe en bordure d’une friche industrielle. Mais ils ont abandonné le bassin devenu impraticable à cause de la prolifération des algues.

C’est pourquoi le futur pôle nautique de Saint-Laurent-Blangy est aussi un projet citoyen de développement durable. Le club a su convaincre les élus du secteur. Les collectivités locales (communauté urbaine, villes d’Arras et Saint-Laurent-Blangy), se sont mis à la recherche d’un site d’accueil. Manque de chance, celui primitivement prévu était classé. Donc, inconstructible, ce qui a provoqué des retards dans le dossier.

Le maire de Saint-Laurent-Blangy a rappelé la genèse du projet (photo JMD/Sports 5962)

Le nouveau site, comme l’a rappelé le maire de Saint-Laurent-Blangy Nicolas Desfachelle, se situe à deux pas du centre-ville. Sur un ancien site industriel, du Val de Scarpe avec une biodiversité exceptionnelle. Le dossier a connu un effet d’accélération grâce à Paris 2024. La base nautique servira de base avant pour les Jeux Olympiques de Paris. Des sélections étrangères viendront certainement s’y préparer. » La base de canoë-kayak a été le premier site de la région labellise Terre des Jeux 2024″, a ainsi rappelé la conseillère régionale Nathalie Gheerbrant.

Un club atypique sur un site atypique

Olivier Bayle, le président de l’ASL Grand Arras, a rappelé que son club comptait plus de 1700 licenciés ! Qu’il est depuis de nombreuses années le meilleur de France en course en ligne. » Le haut-niveau représente notre vitrine. Mais c’est aussi un club citoyen, un club atypique dans un lieu qui l’est aussi. Le futur équipement servira à tout le monde« , comme le rappelle le vice-président de la Fédération française de canoë-kayak.  » Lors de mes déplacements en France, je n’ai jamais vu un club associé autant que le nôtre à un tel projet.« 

Vidéo Sports 59/62. Le président de l’ASL Grand Arras, Olivier Bayle, définit le rôle de la nouvelle base nautique de Saint-Laurent-Blangy

La construction a donc commencé en ce mois de janvier par la préparation du chantier. Elle durera entre 13 et 15 mois afin d’être livrée pour l’accueil des délégations étrangères. Cela, un an avant le début des JO 2024.

Ce sera un équipement aux nouvelles normes environnementales. La menuiserie extérieure sera en aluminium à rupture de pont thermique, avec un double vitrage peu émissif. Le bâtiment sera éclairé en LED gradable avec un détecteur de présence. L’énergie sera fournie par des panneaux solaires et le chauffage assuré par une chaudière à gaz.

La future base nautique complètera donc le stade en eaux-vives situé en amont. » Ce sera l’ilôt loisirs », rappelle Olivier Bayle. Alors que le nouveau site sera tourné vers la compétition et à l’entraînement.

La présentation du chantier, juste à l’entrée du site (photo JMD/Sports 5962)

UN EQUIPEMENT D’ENVIRON 5 MILLIONS D’EUROS

Le futur pôle nautique de Saint-Laurent-Blangy coûtera 4 930 000 euros.

L’équipement est financé en grande partie par les collectivités locales. La Région Hauts-de-France verse 1 750 000 euros. La part de l’Etat via le Fonds National d’Aménagement et de Développement du Territoire (FNADT) se monte à 850 000 euros. La subvention du Département du Pas-de-Calais représente 650 000 euros. Celle de l’Agence nationale du Sport (ANS) 446 000 euros.

Le pôle nautique, perspective entrée côté rue. Visuel projet, droits Avantpropos architectes

Le bâtiment sera construit par la Communauté Urbaine d’Arras qui en sera propriétaire. Il sera occupé par le club de canoë-kayak de Saint-Laurent-Blangy dont les locaux actuels, sur la base en eaux-vives, ne sont plus adaptés. Situé en bordure du bassin d’eau plate de la Scarpe, propriété de la Communauté Urbaine d’Arras qui en assure l’entretien, l’équipement sportif facilitera l’entraînement des céistes et kayakistes, ainsi que l’accueil de compétitions au plus haut niveau. 

A propos de JEAN-MARC DEVRED 908 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.