CYCLISME : L’EUROMETROPOLE TOUR 2021, COURSE CHARNIERE ENTRE LES MONDIAUX ET PARIS-ROUBAIX

eurométropole tour 2021
Piet Allegaert s'impose au sprint devant Florian Sénéchal lors de la dernière édition, en 2019 @eurométropole tour

L’Eurométropole Tour 2021 marque une renaissance après l’annulation de l’an dernier, due à la pandémie. L’ancien circuit franco-belge célèbre cette année la 80e édition, d’une des plus anciennes courses de Belgique ! Après plusieurs dates envisagées, c’est le 29 septembre qui a été choisi par Louis Cousaert et son équipe d’organisation du Cazeau Pédale Templeuve. « Un retour a une date plus traditionnelle ! Au vu de la pandémie et d’un calendrier 2021 qui risque une nouvelle fois d’évoluer, c’est un excellent choix. Pour cette édition 2021, le plateau proposé n’a jamais été aussi relevé. 24 équipes au départ de La Louvière avec de très grands champions vont en découdre jusqu’à Tournai.»

Louis Cousaert, président du Cazeau Pédale Templeuve, aux côtés du champion du Monde Mads Pedersen, en septembre 2019 (photo Eurométropole Tour)

Ce changement a pour finalité d’avoir le plus beau plateau possible avec en tête les équipes Deceuninck-Quick-Step et Lotto Soudal ainsi que d’autres formations World Tour accompagnées par des Continentales Pro… L’Eurométropole Tour 2021 se déroule une semaine après les championnats du monde, et quatre jours avant Paris-Roubaix.  

Place aux sprinters

Grâce à cette date inespérée, la course hennuyère bénéficie cette année de la présence de 12 formations UCI World Teams (la 1è division mondiale), 9 UCI pro Teams et trois équipes continentales dont Xelliss Roubaix Lille Métropole.

Même si la liste de départ peut changer jusqu’au dernier moment, plusieurs grands noms ressortent. Philippe Gilbert, le héros de toute la Wallonie, emmènera l’équipe Lotto Soudal. Un autre ancien champion du Monde, Michal Kwiatkowski, déjà actif à Denain, est engagé. Le Polonais est épaulé par une forte équipe Inéos Grenadiers avec notamment le vainqueur du Giro 2020 Tao Geoghegan Hart. Sans oublier le Danois Michaël Valgren, 3ème du dernier championnat du Monde dimanche à Louvain.

Le peloton dans le « col » de la Croix Jubaru, près de Tournai (photo Eurométropole Tour)

Pour cette course sans grande difficultés, hormis quelques petites bosses comme le « col « de la Croix Jubaru (Mont Saint-Aubert… altitude 104m !) à couvrir 6 fois sur le circuit final autour de Tournai, les équipes engagées vont jouer la carte des sprinters.

Et là, le plateau est remarquable. Piet Allegaert, arrivé chez Cofidis, aura du mal à défendre son titre tant la concurrence est relevée. Deceuninck viendra clairement pour gagner en présentant un autre ancien champion du Monde, Mark Cavendish. Le Britannique aura aussi son équipier Alvaro Hodeg à ses côtés. Le Colombien, vainqueur du dernier Grand Prix Marcel Kint à Courtrai, n ‘est pas superstitieux. Il avait été victime d’une grave chute lors de l’Eurométropole Tour 2019. Un accident aujourd’hui oublié.

Alvaro Hodeg revient à l’Eurométropole Tour, après sa victoire ici à Courtrai (photo JMD Sports5962)

Son compatriote Fernando Gaviria figure aussi parmi les favoris. Son équipe, UAE Team Emirates, présente en plus deux autres candidats à la victoire avec le Norvégien Alexander Kristoff, et l’Italien Matteo Trentin.

Mathieu Van Der Poel ne viendra pas

Parmi les autres pointures du sprint, on notera les noms du Belge Jens Debusschere (lauréat en 2013), de l’Ecossais Daniel Mac Lay (vainqueur en 2017), des Allemands Max Walscheid et André Greipel, qui disputera une de ses dernières courses. Sans oublier les Belges Timothy Dupont, Jordi Meeus, 2è à Denain; et pourquoi pas Emiel Vermeulen, de Roubaix Lille Métropole.

Tim Merlier, devenu un des meilleurs sprinters mondiaux, pourrait aussi venir, même s’il ne figure pas dans la liste de départ. Cela compenserait, au niveau d’Alpecin-Fenix, le forfait de Mathieu Van Der Poel. Longtemps espéré ici, le prodige néerlandais préfère ne pas prendre de risque avant Paris-Roubaix dimanche.

Chez les sprinters français, on suivra Hugo Hofstetter, vainqueur du Grand Prix Samyn 2020, et Nacer Bouhanni, s’il est remis de sa fracture de la clavicule survenue au Grand Prix Marcel Kint. Bref, il y aura du beau monde en cas de sprint massif devant la gare de Tournai.

Côté nordiste, l’Arrageois Adrien Petit, prévu ici à l’origine, préfère sans doute se préserver avant Paris-Roubaix. En revanche, le Boulonnais Alexys Brunel (Groupama-FDJ), à la recherche d’une équipe pour l’an prochain, et le Caudrésien Quentin Jaurégui (B&B Hôtels), de retour de blessure, sont engagés dans cette course proche de chez eux.

Vidéo. Le clip de présentation de l’Eurométropole Tour 2021

Pour ce nouveau démarrage, l’Eurométropole Tour 2021 revient en effet à son arrivée d’origine, facile d’accès pour le public. Le Cazeau Pédale Templeuve veut avant tout faire de la course une grande fête du vélo. Autre grande « première »: la diffusion en intégralité de la course sur la RTBF. De quoi ravir les mordus de vélo, qui ne pourront pas faire le déplacement à Tournai.

Eurométropole Tour 2021: (175km). Mercredi 29 septembre. Départ 13h de la place Communale de La Louvière. Arrivée boulevard des Déportés à Tournai vers 17h20.

UNE EXPO ANNIVERSAIRE POUR L’EUROMETROPOLE TOUR 2021

Pour cette 80ème édition , une exposition retrace l’histoire de cette épreuve qui a débuté en 1924 par la victoire du coureur français Julien Perrain. Frédéric Vandenboogaerde a travaillé sur cette exposition anniversaire. La course frontalière a eu différentes appellations : le circuit franco-belge (jusqu’en 2010), le Tour de Wallonie picarde (en 2011) puis l’Eurométropole Tour depuis 2010. En 2020, elle intègre l’UCI Pro Series.

De nombreux grands noms de l’histoire du cyclisme ont remporté l’Eurométropole Tour. Parmi, les grands vainqueurs notons : Rudy Dhaenens (1977), Viatcheslav Ekimov (1989), Mario Aerts (1997), Daniele Nardello (2000), Robbie McEwen (2002 et 2011), Juan Antonie Flecha (2008), Arnaud Démare (2014), Dylan Groenewegen (2016) et Mads Pedersen en 2018. Tom Boonen figure aussi à son palmarès avec deux étapes en 2008 et 2009. C’est ce que l’on peut voir, dans cette expo intitulée  » Il était une fois deux monuments du cyclisme wallon ». On peut la voir à l’hôtel de ville de Tournai.

Frédéric Vandenboogaerde a monté l’exposition souvenir.

Cette ancienne course par étapes a changé de format en 2017, pour des raisons économiques. Elle est devenue une course d’un jour. Une semi-classique comme on les aime en Belgique, très recherchée par les sprinters comme le prouve son palmarès.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 187 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

1 Trackback / Pingback

  1. Paris-Roubaix reconnaissance traditionnelle sans surprise

Les commentaires sont fermés.