CYCLISME: L’EUROMETROPOLE TOUR REDEVIENT LE CIRCUIT FRANCO-BELGE

circuit franco-belge 2022
L'affiche du prochain Circuit Franco-Belge

C’est l’une des plus anciennes courses cyclistes en Wallonie, et elle est frontalière. L’Eurométropole Tour reprend son appellation d’origine et redevient le Circuit franco-belge pour sa 81ème édition qui aura lieu le 10 août prochain entre La Louvière et Tournai. Nouvelle date, nouveau nom et surtout, nouvel organisateur. La société événementielle Golazo rejoint le Royal Cazeau Pédale de Templeuve pour 5 ans. Au moins…

La convention a été signée ce vendredi 18 février à l’hôtel de Ville de Tournai. Durant les cinq prochaines années, le club templeuvois et Golazo co-organiseront cette classique wallonne. Golazo, c’est une société d’organisation événementielle, l’équivalent de ASO pour la France. Cette structure flamande s’ouvre maintenant sur le pays wallon après avoir investi dans les Pays-Bas. Elle organise la plupart des grandes courses cyclistes en Flandre. L’Eurométropole Tour entre cette année dans son giron.

Un besoin de rajeunissement

 » L’épreuve existe depuis 1950. Mais aujourd’hui, le comité d’organisation est vieillissant, avec une moyenne d’âge de 60 ans », explique d’emblée Louis Cousaert, pour expliquer cet important virage dans l’histoire du Circuit Franco-Belge, ex-Eurométropole Tour. » 2021 a été une édition exceptionnelle, avec 15 équipes World Tour engagées. Mais maintenant, il faut trouver un budget pour continuer à avoir un beau plateau. Après l’annulation en 2020, le déficit s’est encore creusé. Nous ne pouvions pas continuer comme cela« , affirme encore le président du Royal Cazeau Pédale.

Christophe Impens (Colazo), le bourgmestre de Tournai Paul-Olivier Delannois et Louis Cousaert (président du Royal Cazeau Pédale) ont signé la convention pour l’organisation du Circuit Franco-Belge

Ce budget est estimé à 170 000 euros. Dont une subvention importante de la Ville de Tournai, qui ne peut faire plus. » Nous avons un plan d’assainissement des finances communales en cours », explique ainsi le bourgmestre Paul-Olivier Delannois. » Nous ne pouvons augmenter nos subsides à toutes les associations de la ville ».

C’est pourquoi la commune voit également d’un bon oeil l’arrivée d’un nouvel organisateur pour sa grande course estivale. En espérant aussi accueillir à nouveau le Tour de France dans les prochaines années. Golazo va apporter des moyens supplémentaires, mais surtout son savoir-faire, dans une épreuve où tout reposait sur le bénévolat. Mais le Royal Cazeau Pédale reste pleinement propriétaire du Circuit Franco-Belge.

L’expérience de Golazo

Celui-ci s’était tourné vers deux organismes. C’est finalement Golazo qui sera le nouveau partenaire. » Le Circuit Franco-Belge est une course stratégique dans un secteur intéressant et nouveau pour nous », explique ainsi Christophe Impens. Le manager général du groupe Golazo réside lui-même dans cette région des Collines bien connue par les cyclotouristes belges. » C’est aussi une course qui rentre bien dans notre calendrier, avec le Grand Prix Jef Scherens que nous organisons aussi trois jours avant.« 

eurométropole tour
Le peloton lors de l édition 2019 (photo Eurométropole Tour)

L’ex-Eurométropole Tour fera partie de l’Exterioo cycling cup, nouvelle appellation de la Coupe de Belgique. » Ce n’est pas un rachat, mais une collaboration sur 5 ans, et peut-être plus« , confirme aussi Christophe Impens. » Ce n’est pas du business. Les motivations personnelles interviennent aussi dans ce choix. »

Nouveau nom, nouvelle date

La première conséquence de cette association, c’est le changement de date. Ces dernières années, l’Eurométropole Tour, qui était devenue une course d’un jour, était positionnée en septembre. Initialement, l’UCI lui avait attribué la date du 3 septembre cette année. Mais Golazo a demandé de changer la date, en fonction d’une autre autre épreuve qu’elle organise, le Tour du Bénélux. Celui-ci a été déplacé au mois de septembre pour continuer à se dérouler du lundi au dimanche.

Conséquence, le Grand Prix Scherens aura lieu le dimanche 7 août, et le Franco-Belge le mercredi 10 août.  » C’est une bonne date, quatre jours avant les championnats d’Europe« , affirme Louis Cousaert. » J’ai déjà pris contact avec les équipes, qui sont intéressées par cette date« . La course tournaisienne servira de préparation. Même s’il y aura une concurrence avec le Tour de l’Ain, plutôt réservé aux grimpeurs, et avec le Tour du Portugal, qui n’attire pas les grosses équipes. Le Tour de Pologne, lui, aura pris fin 5 jours avant.

L’Eurométropole Tour à Tournai l’année dernière (photo JMD/Sports5962)

Quant au retour à l’ancien nom, Louis Cousaert l’explique par « des promesses non tenues« , au niveau de l‘Eurométropole Lille-Courtrai-Tournai Le partenariat n’a pas été reconduit.

Un Circuit franco belge à étapes ?

Lors de la signature de la convention, l’avenir du Franco-Belge a été évoqué. Et notamment, à la perspective de renouer totalement avec le passé. Durant de longues années, le Circuit Franco-Belge a été une course par étapes réellement transfrontalière, avec des étapes dans le Hainaut belge, mais aussi dans le département du Nord. Une perspective que n’excluent pas les organisateurs.

La volonté de redevenir une courses par étapes existe donc bel et bien du côté des deux co-organisateurs. Dès 2023 ? Pourquoi pas. En tous cas, rendez-vous le 10 août pour une journée, peut-être la dernière avec le format actuel.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 910 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.