CYCLISME: VOYAGE AU ROYAUME DU CYCLO-CROSS A COXYDE

cyclocross Coxyde
La championne du Monde Lucinda Brand dans la dune (photo JMD/Sports5962)

La station balnéaire belge de Coxyde accueillait ce dimanche 21 novembre la 7ème manche de la Coupe du Monde de cyclo-cross. Koksijde (en Néerlandais), c’est l’un des fiefs de cette spécialité célébrée comme une religion en Flandre belge. Des milliers de spectateurs se pressent chaque année pour voir les meilleurs coureurs mondiaux à l’oeuvre. Même si cette année, les deux superstars Mathieu Van der Poel et Wout Van Aert étaient absentes. Et que les contraintes sanitaires ont provoqué une perte de spectateurs.

On se souvient du championnat du Monde 2012 qui avait attiré des dizaines de milliers de spectateurs sur ce site militaire situé en bord de mer ! Tous les billets avaient été vendus. Le public avait vibré au triplé flamand (Albert- Peeters-Pauwels). Mais on avait découvert aussi parmi les jeunes un podium junior avec … Mathieu Van der Poel (1è), Wout Van Aert (2ème) et le Cambrésien Quentin Jaurégui (3ème). Sans oublier un champion du Monde espoir nommé Lars Van der Haar. Le Néerlandais courait justement ce dimanche avec son maillot fraîchement acquis de champion d’Europe.

Le poids des restrictions sanitaires

Là, on était loin de cette affluence record. Avec la reprise de la pandémie, des fortes restrictions sanitaires sont appliquées en Belgique. Safety pass (pass sanitaire) et port du masque obligatoires sur un site pourtant en plein air, où un énorme camping côtoie la base aérienne !

Mais il y avait quand même beaucoup de monde après l’annulation de l’an passé. Des amoureux du vélo ravis que le huis clos ne soit pas appliqué comme aux derniers championnats du Monde en janvier à Ostende. Et malgré la pluie qui s’est invitée sur la course élite, l’ambiance était typiquement celle d’une kermesse flamande. Les spectateurs circulaient souvent une chope de bière à la main, entre les dunes et les nombreuses friteries réparties sur tout le parcours. On n’imagine pas cela sur une base militaire en France !

La passerelle du circuit: un endroit stratégique, pour les coureurs et les spectateurs (photo JMD/Sports5962)

Hormis les mesures sanitaires, le prix des entrées constituait peut-être une autre explication. «  Les billets coûtent cette année 20 euros », explique un fervent de cyclo-cross venu d’Emerchicourt, dans le Nord. «  Ajoutez à cela le prix du cornet de frites à 5,50 euros et celui de la bière. Tout a augmenté cette année ». Sans doute une conséquence aussi de l’effet covid, qui avait conduit l’an passé à l’annulation de l’épreuve.  » Et en plus il manque les meilleurs… »

En attendant Van der Poel, Van Aert et Pidcock

Ce spectateur nordiste pensait sans doute à Mathieu Van der Poel, Wout Van Aert et Tom Pidcock. Les trois phénomènes ont coupé après une saison sur route chargée. Ils reprendront certainement en décembre pour arriver au top lors des championnats du Monde fin janvier.

En attendant, le gratin mondial était présent au cyclo-cross de Coxyde. Avec tous les purs spécialistes, essentiellement belges et néerlandais, qui s’affrontent sur les parcours depuis début septembre. Cela à l’occasion notamment des manches de Coupe du Monde, et du lucratif Challenge Superprestige. Et chaque course a une allure de revanche de semaine en semaine.

C’était le cas ce dimanche bruineux sur la côte belge. La cohorte flamande emmenée par la nouvelle star Eli Yserbit décidée à se venger de la victoire du Néerlandais Van der Haar au dernier championnat d’Europe. Un véritable affront !

Juste avant, les dames en avait décousu à l’occasion d’une belle éclaircie. Et là aussi, on a assisté à une véritable empoignade. Face à des spécialistes des courses sur sable, les Françaises engagées ont souffert. Mais à l’image des soeurs Hélène et Perrine Clauzel, elles ont apprécié l’ambiance unique de Coxyde.

Vidéo. Hélène Clauzel découvre l’ambiance de Coxyde.

Sa soeur Perrine venait aussi pour la 1ère fois à Coxyde.  » Je découvrais ce parcours composé que de sable. Finalement, j’ai apprécié. Je me sens à l’aise. Je viens du VTT, ça nous aide. On est agile sur notre vélo, on est plus souple. Un parcours comme cela me convient bien. Et comme je reviens en forme, c’est de bon augure pour la suite ».

Dans une épreuve écrasée par les Hollandaises, qui trustent les 9 premières places, Perrine et Hélène Clauzel entrent dans le top 20: 14ème place pour Perrine; 19ème pour Hélène. Pas mal pour une découverte dans le sable. La course est remportée par Annemarie Worst, toute surprise de recevoir sur le podium une chope de bière de 5 litres !

La bataille des dunes

On retiendra aussi après la course les larmes de Ceylin Alvarado. Victime d’une crevaison, la jeune batave a perdu toutes ses chances de victoire à ce moment là.

Le soleil qui a régné sur la course féminine disparaît lors du podium protocolaire. La pluie s’invite sur le départ de la course élite masculine pour cette revanche du championnat d’Europe.

Chez les hommes, la domination est cette fois 100% belge, entre purs spécialistes flamands. Dans l’imposante dune de mi-parcours, Eli Yserbit va manifester sa suprématie dans une édition menée tambour battant. Sur ce sable dont il n’est pourtant pas fan, le leader de la Coupe du Monde va résister à ses compatriotes Toon Aerts, Quinten Hermans et Laurens Sweek (voir classement ci-dessous).

Le champion d’Europe Lars Van der Haar doit se contenter de la 5ème place. Yserbit , l’homme en forme du, moment, creuse l’écart au classement général de la Coupe du Monde. La prochaine manche, c’est ce dimanche 28 novembre à Besançon.

Les meilleurs Français étaient justement restés en France, sachant qu’ils n’avaient aucune chance de briller dans le sable de Coxyde. Une équipe de jeunes était présente. Les tricolores terminent noyés dans la masse. Le mieux placé est Théo Thomas, 24ème à plus de 4 minutes du vainqueur.

La déroute des Français au cyclo-cross de Coxyde

Peu à l’aise sur ce circuit particulier, les jeune Français ont quand même moins souffert que les coureurs latins présents: Italiens, Espagnols et Sud-Américains. Ceux étaient contraints de marcher dans les parties montantes sableuses. Là où les « Flahutes » passaient en roulant en évitant les glissades. Toute une technique de force et de vitesse.

Le Mexicain Leonardo Zavala, peu à l’aise dans le mur de sable (photo JMD/Sports5962)

Le cyclo-cross de Coxyde marque un tournant dans la saison. Les stars Pidcock, Van Aert et Van der Poel vont bientôt revenir sur le circuit international. Les Iserbit, Sweek et Aerts les attendent de pied ferme. On retrouvera aussi des parcours plus classiques et plus roulants qui permettront aux routiers de lutter avec les spécialistes des labours.

LES CLASSEMENT ELITE MASCULINE

Le classement élite féminine du cyclo-cross de Coxyde

  1. Annemarie Worst (Pays-Bas) équipe 777
  2. Denise Betsima (Pays-Bas) Pauwels- Saulzen Bingoal
  3. Lucinda Brand (Pays-Bas) Baloise-Trek-Lions
  4. Shirin Van Anrooij (Pays-Bas) Baloise-Trek-Lions
  5. Ceylin Alvarado (Pays-Bas) Alpecin Fenix
A propos de JEAN-MARC DEVRED 908 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.