DEPART DU TOUR DE FRANCE A REDON: PRESQUE « COMME DANS LE TEMPS »

Le peloton au départ de la 4è étape du Tour à Redon
Le peloton à Redon sur la ligne de départ (photo JMD)

Le départ de la 4ème étape du Tour de France avait lieu ce mardi à Redon, petite sous-préfecture d’Ille-et-Vilaine. C’était la dernière des quatre étapes Bretonnes de cette 108ème édition de la Grande Boucle. Après le Tour décalé de l’an passé, on a retrouvé une ambiance presque comme avant. Et cela malgré les contraintes sanitaires qui ont avantageusement remplacé le huis clos insupportable sur les courses cyclistes.

Avec ses 9000 habitants, Redon, située au sud du département, ressemble plus à une grosse bourgade qu’à une véritable ville. Vers 8h ce matin, difficile d’imaginer que cette cité de caractère allait être vue dans le monde entier.

La 4ème étape du Tour 2021 partait en effet du centre de la commune. Le centre-ville était bien sûr interdit à la circulation. Ce qui n’a pas engendré d’embouteillage particulier.

Un départ d’étape à Redon avec le pass sanitaire

Pas de huis clos cette année. En revanche, un protocole sanitaire est imposé par ASO et les pouvoirs publics, pour les spectateurs qui veulent assister au départ et à l’arrivée. La norme était fixée ici à 4000 personnes. D’où la nécessité de venir tôt. Pour rentrer sur la zone départ, chacun devait présenter un pass sanitaire certifiant la vaccination complète à deux doses, où à défaut, un test PCR négatif de moins de 48 heures. Et bien entendu, sur place, le port du masque était obligatoire, y compris pour les coureurs.

Des contrôles de sécurité légers avaient également lieu, vu la crainte d’une menace terroriste. Mais ce mardi, tout s’est bien passé à Redon. Avec ce public filtré, on se bousculait beaucoup moins que les années précédentes. Ce qui contribuait à une ambiance bonne enfant. Les privilégiés présents étaient surtout heureux de pouvoir à nouveau venir sur les courses cyclistes.

L’équipe B&B Hôtels de Bryan Coquard a ouvert la présentation des équipes (photo JMD)

Pour cette courte étape (152km), le départ fictif est tard: 13h20. Mais la matinée va passer rapidement pour les spectateurs. Tandis que les VIP accrédités rentrent au compte-goutte au village-départ officiel, l’animation se met peu à peu en place.

Déjà, des partenaires commencent à distribuer des lots sur les quelques stands installés devant le podium. Le lieu de rassemblement, c’est le parc Anger. Cette salle de spectacles sert de permanence. A l’extérieur, il y a pas mal d’espace pour circuler. Les spectateurs ont la joie de voir le podium et les coureurs de près, ce qui n’était pas le cas ces derniers mois sur la plupart des courses.

Deux moments très attendus

Les deux speakers, Marc et Michel, montent sur le podium pour lancer les animations. Ces speakers ont succédé à l’emblématique Daniel Mangeas, sans vraiment le remplacer. Mangeas lui est présent, comme consultant de France3/ Ouest sur les étapes bretonnes. Et le soir, à Fougères, Daniel sera revenu à quelques pas de chez lui, à Saint-Martin-de-Landelles.

Des animations essentiellement commerciales permettent de faire patienter le public. Le premier temps fort, c’est le départ de la caravane publicitaire, deux heures avant les coureurs.

A 11h25 précises, le cortège part. C’est le moment très attendu par le public, qui essaye de récolter les casquettes, tee-shits et goodies jetés depuis les véhicules par le employés de la caravane très colorée. Sécurité oblige, ces animateurs sont harnachés à leur véhicule, pour empêcher toute chute.

Un moment très attendu, le passage de la caravane publicitaire (photo JMD)

L’ambiance est bon enfant. Cette fois, on n’assiste pas à une foire d’empoigne pour attraper un porte-clé ou un paquet de cochonou… Visiblement, le filtrage laisse l’accès à des gens raisonnables, et connaisseurs de cyclisme.

Ce défilé dure une demi-heure. Juste le temps pour les badauds de revenir vers le podium, pour la présentation des coureurs. Là aussi, un timing très précis est fixé, et respecté. La première équipe, B&B hôtels, est la première à arriver sur le podium, en vélo. Les successeurs du charismatique Daniel Mangeas présentent un à un les coureurs. Mais pas d’interview. Les équipes se succèdent sans se croiser.

Matthieu Van Der Poel, avant le départ de l’étape à Redon (photo JMD)

Les leaders vont ensuite en zone mixte répondre aux media. Tout cela est parfaitement organisé et chronométré. Les spectateurs proches des barrières peuvent faire des photos très présentes des coureurs, même si les selfies et les autographes sont interdis.

Alaphilippe et Van Der Poel les deux chouchoux de Redon

A ce petit jeu, le maillot jaune Mathieu Van Der Poel, le maillot vert Julian Alaphilippe, ainsi que les coureurs bretons sont les plus attendus. Quand Warren Barguil arrive à la présentation, on entend ainsi: » Warren, toute la Bretagne est avec toi ! » Tous les coureurs sont applaudis sur le podium. Même Chris Froome, sifflé les années précédentes, reçoit un accueil plein de respect. Tout comme Nacer Bouhanni, 3ème la veille.

Les choses se précipitent entre la fin du podium protocolaire, les dernières interviews et le départ fictif, donné dans une rue étroite du centre-ville. Là, pour la première fois, on voit les spectateurs agglutinés sur les deux trottoirs larges de un mètre.

Vidéo. Le départ fictif du peloton à Redon

Mais là non plus, pas de bousculade. Les gens attendent se placent au mieux pour voir le départ donné à 13h20 précises. A 13h30, la voiture-balai, qui ferme le convoi, est passée. Les barrières commencent à s’ouvrir.

Sous le soleil arrivé une heure avant, des spectateurs vont alors déjeûner dans les quelques restaurants de la ville qui se sont organisés. Mais beaucoup regagnent leur voiture pour suivre la course à la télé.

Le village officiel est déjà démonté. Le Tour est parti. La ville se vide. En ce début d’après-midi radieux, il ne reste à Redon la paisible bientôt plus de trace de la présence une matinée durant, de l’un des plus importants évènements sportifs de la planète.

ENCADRE. PIERRE-LUC PERICHON, LE COFIDIS DU JOUR

Pierre-Luc Périchon a été le grand animateur de cette 4ème étape (photo Mathilde L’Azou)

Cédric Vasseur l’avait annoncé avant le Tour. Ses coureurs seront à l’attaque pour remporter au moins une victoire d’étape, l’objectif de l’équipe Cofidis. Force est de constater que depuis samedi, les routiers du team nordiste figurent quasiment dans chaque échappée.

Après Anthony Perez ce week-end, et Jelle Wallays lundi, Pierre-Luc Périchon s’est longuement montré à la télévision. Il a ainsi longuement montré le maillot rouge et blanc car depuis plusieurs années, les étapes du Tour de France sont diffusées en intégralité.

Dans cette 4è étape, 152 km entre Redon et Fougères, le peloton a manifesté un mouvement d’humeur en s’arrêtant complètement quelques kilomètres après le départ. Un mouvement de grève d’une minute à peine pour protester contre le danger provoqué par les chutes nombreuses depuis le départ de Brest.

Périchon, lui-même victime d’une chute violente samedi, a montré qu’il avait bien récupéré. Le capitaine de route de l’équipe s’était même fait poser des points de suture après sa chute.

Le retour du « CAV »

Trois jours après, il est parti de loin en compagnie du Belge Brent Van Moer, pour une échappée au long cours qui a presque failli réussir. Périchon a lâché à quelques kilomètres de l’arrivée, alors que son compagnon de galère a poursuivi l’aventure seul. Mais le Flamand s’est fait reprendre par le peloton à …150m de l’arrivée.

Réaction de Pierre-Luc à l’arrivée: » comme vient de me le dire le médecin de l’équipe, il y a 72 heures, je ne pensais même pas repartir. Et aujourd’hui, je me suis quand même fait plaisir sur les routes du Tour de France, avec le soutien de tout le public breton tout au long de l’échappée. C’était une belle journée à l’avant. J’ai pris beaucoup de plaisir et finalement, je ne regrette pas d’y être allé ».

Pas de chute cette fois dans ce sprint massif. Plusieurs années après son précédent succès à Fougères,, le Britannique Mark Cavendish s’impose en force devant Nacer Bouhanni, 3ème la veille, et le Belge Jasper Philipsen.

L’équipe Cofidis sur le podiumavant le départ du Tour à Redon (photo JMD)

Pierre-Luc Périchon, malgré son courage, a dû laisser le prix de la combativité à Brent Van Moer, le héros malheureux du jour.A noter la 7ème de Christophe Laporte dans ce premier vrai sprint massif.

Le classement de la 4ème étape

  1. Mark Cavendish (GB, Deceuninck Quick Step)
  2. Nacer Bouhanni (France, Arkéa Samsic)
  3. Jasper Philipsen (Belgique, Alpecin-Fenix)
  4. Michaël Matthews (Australie, Team BikeExchange)
  5. Peter Sagan (Slovaquie, Bora-Hansgrohe)
  6. Cees Bol (Pays-Bas, team DSM)
  7. Christophe Laporte (France, Cofidis)
A propos de JEAN-MARC DEVRED 187 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.