TRANSAT JACQUES VABRE: MORGAN LAGRAVIERE LE BINOME DE THOMAS RUYANT

Morgan Lagravière
Morgan Lagravière aux côtés de Thomas Ruyant (photo Pierre Bouras/TR Racing)

Le Havre, Jean-Marc Devred

La Transat Jacques Vabre, c’est une course en double. C’est ainsi que Morgan Lagravière est le co-skipper de LinkedOut derrière Thomas Ruyant. Ce Réunionnais discret a notamment brillé dans la classe Figaro. Les deux marins aux origines opposés se complètent parfaitement. Portrait.

Morgan Lagravière est arrivé l’an passé dans le projet LinkedOut.« Mon « intégration » s’est faite de la plus naturelle des manières, d’abord à cause des points communs qui me lient à Thomas, et ensuite de par le grand professionnalisme de toute l’équipe. Je partage de nombreuses valeurs et expériences avec les membres de l’équipe. Le travail ici consiste en réalité à de grands moments de partage, tant sur le plan sportif que technique. »

C’est donc dans l’océan Indien que le jeune Morgan a découvert la voile à l’âge de 6 ans, aux côtés de ses frères. Une formation classique chez les jeunes: optimist, 420, 470. Arrivé en métropole, il poursuit sur cette voie à Antibes et Marseille, section sport étude, avec la voile olympique pour commencer.

L’aventure olympique pour Morgan Lagravière

Il s’associe à Stéphane Christidis en 49er, avec qui il frôlera la sélection pour les Jeux Olympiques de Pékin. « L’Olympisme me caractérise encore aujourd’hui » affirme-t’il. « Ma priorité, c’est le sport, la gagne, la compétition. En course au large, la technologie vient rompre la logique du plaisir. Je m’attache à préserver l’intuition et les sensations tant en Imoca qu’en Ultime. C’est un point que j’ai en commun avec Thomas… »

Photo Pierre Bouras/TR Racing

Membre à part entière de l’équipage de l’Ultime « Edmond de Rothschild », récent vainqueur de la Rolex Fastnet race, Morgan courre désormais sur l’IMOCA LinkedOut, depuis le début de l’année. Il a ainsi participé à la course The Ocean Race Europe au printemps, dans la « dream team » de Thomas Ruyant.

A 34 ans, Lagravière est un vrai polyvalent. Amateur de glisse, mais aussi de vol. Il pensait même à un moment devenir pilote de ligne et se former pour cela au Canada. Il est revenu finalement, et c’est tant mieux, à ses premières amours. « Je vis mes passions à fond. Dans l’instant. Sans calcul ni plan de carrière. Je suis ainsi devenu « addict »  au kitefoil, un prolongement dans ma quête des sensations absolues de la glisse. C’est ainsi que je trouve mon équilibre, en prolongeant les exigences du sport de haut niveau inculquées par mon passé olympique dans les pratiques saines des sports de glisse, de la voile et du vol, avec ma petite famille pour ciment. »

Du dériveur au Figaro

Après son aventure olympique sur 49er, Morgan a changé de dimension (de bateau). Un passage réussi au Tour de France à la voile (2ème en 2008) et surtout, une période réussie en Figaro. Premier bizuth en 2011, il finit 2ème l’année suivante et devient champion de France de course au large. Il est encore sur le podium (3ème) en 2013. C’est le moment choisi pour passer à autre chose.

Il tente ainsi le Vendée Globe en 2016. Mais il abandonne prématurément suite à la casse du safran de son monocoque. Et en 2019, il intègre l’écurie maxi « Edmond de Rothschild », avec laquelle il travaille toujours. Tout en rejoignant TR Racing pour le projet « LinkedOut ».

Thomas Ruyant et Morgan Lagravière à l’entrainement à bord de l’IMOCA Linked Out avant la Transat Jacques Vabre, le 5 octobre 2021, photo © Jean-Marie LIOT / Linked Out

« Chacun est très impliqué quelle que soit sa charge », constate le Réunionnais. » Il y a un gros investissement personnel de la part de chacun, une vraie dynamique de groupe, avec une forte émulation, et c’est un plaisir de collaborer à une tâche commune. J’ai d’emblée constaté que chaque membre connaissait à fond et parfaitement le bateau. LinkedOut est choyé, chouchouté par un Team motivé. Il n’y a pas de mercenaire ici, mais que des personnes impliquées, habitées par une mission. Personne ne compte ses heures. »

Morgan Lagravière en osmose avec Thomas Ruyant

Le contact est tout de suite bien passé avec Ruyant », confie ainsi Morgan Lagravière.  » Thomas n’est pas directif au sens strict du terme. Il est le fer de lance du projet, capable de trancher, de taper du poing si nécessaire, mais surtout en grande capacité à déléguer, à faire confiance. C’est là le point le plus marquant. Thomas sait s’effacer chaque fois que nécessaire. Il donne le ton, la direction, et laisse ses collaborateurs en capacité de s’exprimer dans son domaine de compétence. C’est très valorisant pour l’équipe.« 

 » Thomas m’accepte tel que je suis »

Morgan Lagravière, co-skipper de LinkedOut

En ce qui me concerne, Thomas m’accepte tel que je suis. Il me fait totalement confiance. Notre force est la complémentarité. Le Team est totalement dédié à la performance. C’est aussi mon moteur. Chaque jour, chaque navigation a modifié mon regard sur le bateau et son potentiel. C’est étonnant, mais on progresse et on apprend chaque jour davantage sur ce bateau. Je crois que nous avons aujourd’hui atteint un niveau qui nous place parmi les tout meilleurs de la Classe. Apivia dispose d’un petit plus. Mais nous disposons encore d’une jolie marge de progression et je suis persuadé qu’au fil des jours durant la course, nous allons trouver d’autres clés pour continuer de nous améliorer. Une chose est sûre, nous serons compétitifs. »

Thomas le Dunkerquois disputera donc sa 5ème Transat Jacques Vabre avec un 5ème « binôme » différent. Après Bruno Jourden, Adrien Hardy, Stéphane Le Diraison et Antoine Koch, Morgan Lagravière prend le relais. « J’ai ainsi eu la chance de côtoyer des marins aux profils différents, qui m’ont tous enrichi à leur manière », confie Ruyant.  » Adrien Hardy, avec son côté atypique, Antoine Koch et son approche cartésienne des choses de la mer, et aujourd’hui Morgan, tout en feeling et en sensibilité. Ces marins me font progresser, et apportent énormément à la connaissance et à la maitrise du bateau. »

Après la 4ème place de 2015, et la 5ème en 2019, Thomas compte bien cette fois monter sur le podium. Avec Morgan Lagravière à ses côtés…

Le palmarès de Morgan Lagravière

Né le 23 mai 1987
1 er Championnat du Monde Jeune 420 et 3ème Overall 2002 et 2003
4 ème Championnat d’Europe 49er 2007
7 ème Championnat du Monde 49er 2007
2 ème Tour de France à la Voile Mumm 30 2008
1 er Bizuth (7 ème Overall) Solitaire du Figaro 2011
2 ème Solitaire du Figaro 2012 et Champion de France Course au large
3 ème Solitaire du Figaro 2013
Participation au Vendée Globe 2016 (abandon sur casse Safran)
3 ème Transat Jacques Vabre IMOCA 2017
2 ème Transat AG2R Figaro 2018
1er Fastnet Race 2019 (Equipage Gitana – Maxi Edmond de Rothschild)
2 ème Tour de Bretagne Figaro 2019
1er DreamCup 2020 (Equipage Maxi Edmond de Rothschild)
Tentative de Trophée Jules Verne Maxil Edmond de Rothschild 2020
1er Sardinha Cup 2021 (SNEF Xavier Macaire).


A propos de JEAN-MARC DEVRED 670 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Thomas Ruyant Morgan Lagravière portraits croisés
  2. Ruyant Transat Jacques Vabre

Les commentaires sont fermés.