TRANSAT JACQUES VABRE: REDMAN VAINQUEUR EN CLASS 40

Ce lundi 29 novembre, à 7 heures et 30 secondes en Martinique (12 heures et 30 secondes, heure métropolitaine), Redman a franchi la ligne d’arrivée de la 15ème édition de la Transat Jacques Vabre en vainqueur de la catégorie Class40. Le duo Antoine Carpentier – Pablo Santurde Del Arco aura mis 21 jours 22 heures 33 minutes et 30 secondes pour parcourir les 4 600 milles théoriques depuis Le Havre à la vitesse moyenne de 8,70 nœuds, mais il a réellement parcouru 5 502,96 milles à 10,45 nœuds.

Après les Ocean Fifty, les Ultimes, et les Imocas, les Class 40 connaissent leur vainqueur. Il s’agit du duo franco-espagnol Antoine Carpentier – Pablo Santurde. Le premier, Breton, est bien connu dans le Nord puisqu’il était aux côtés de Daniel Souben sur le « Courrier Dunkerque » trois fois vainqueur du Tour de France à la voile.

Redman vainqueur après une course difficile

Objectif rempli pour Antoine Carpentier et Pablo Santurde Del Arco. En effet, le 7 novembre dernier, le tandem Redman quittait le Havre avec la ferme intention d’aller chercher la victoire sur cette Transat Jacques Vabre. Pour cela, ils avaient mis toutes les chances de leur côté : un bateau neuf, de longues heures de fiabilisation et un très bon équipage à bord. Les premiers jours de course n’ont pas été simples pour le duo franco-espagnol. Les deux marins ont dû, dès les premières heures, batailler à coups de virements, dans des vents faibles pour s’extirper de la Manche. Antoine et Pablo, situés dans le milieu de peloton, n’ont rien lâché et se sont accrochés en gardant toujours comme objectif de doubler les concurrents de devant et cela jusqu’au passage des îles Canaries où ils ont repris la tête du classement.

L’arrivée victorieuse de Redman à Fort-de-France (photo Jean-Marie Liot/Alea)

La suite de leur course ne changera pas l’ordre des choses. Antoine et Pablo maintiennent leur place, résultat de nombreuses heures passées à la barre, pour suivre la cadence imposée par les Class40 non loin derrière eux. Aucun
de leurs poursuivants n’a réussi à dépasser ce duo presque intouchable.

Carpentier, l’ancien Dunkerquois

A l’arrivée, Antoine Carpentier, le skipper de Redman, a exprimé toute sa joie de s’imposer dans la catégorie la plus fournie de Transat Jacques Vabre. “C’était incroyable. Nous étions bien partis après un bon départ, puis nous n’avons pas voulu prendre trop de risques la première nuit le long de Cherbourg. Ca nous a coûté très cher. Nous avons cravaché pour revenir dans le match. Nous avons réussi le long du Portugal. Ensuite, nous n’avons fait que maîtriser le sujet au niveau du marquage sur les concurrents. »

 » Je crois que j’ai une bonne étoile sur cette course »

Antoine Carpentier, skipper de Redman

« J’aime bien le double, mais je crois que j’ai une bonne étoile sur cette course. Il y avait vraiment de très bons marins sur cette course, une flotte assez homogène sur les dix premiers bateaux. Nous avons un super projet, amical, familial, humain. Je suis très chanceux, » a aussi confié l’ancien équipier de Courrier Dunkerque.

Le co-skipper ibérique de Redman a expliqué combien la fin de course était dure. «  Nous n’avions pas beaucoup de nourriture, c’était difficile pour les nerfs. Nous avons dû commencer à rationner deux jours avant le Cap Vert. Donc nous sentions que nous étions fatigués. »

Champagne pour les deux vainqueurs (photo Jean-Louis Carli/Alea)

Les chiffres de la course de Redman

  • Arrivée à 7 heures 30 secondes en Martinique (12 heures et 30
    secondes, heure métropolitaine)
  • Transat Jacques Vabre bouclée en 21 jours 22 heures 33 minutes et 30
    secondes
  • Redman a parcouru les 4600 milles du parcours théorique à la vitesse
    moyenne de 8,70 nœuds.
  • Antoine Carpentier et Pablo Santurde del Arco auront en réalité parcouru
    sur l’eau 5 502,96 milles à la vitesse moyenne réelle de 10,45 nœuds.
  • Passage de l’île de Sal en première position, le 18 novembre à 17 heures
    38 minutes UTC.

Infos Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre

THOMAS RUYANT A RECU SON PRIX

Le podium Imoca avec, de gauche à droite, Paul Meilhat, Charlie Dalin, Thomas Ruyant, Morgan Lagravière, Jérémie Beyou et Christopher Pratt (photo Jean-Louis Carli/Alea)

Après les Ultimes et les Ocean Fifty, les trois premiers Imoca ont été célébrés samedi 27 novembre à Fort-de-France., à l’occasion d’une deuxième cérémonie de remise des prix.

A cette occasion, les deux vainqueurs se sont exprimés. Pour le Dunkerquois Thomas Ruyant, cette édition 2021, « C’est une course d’exception. Bravo aux autres équipages qui nous ont donné du fil à retordre. C’est un grand bonheur de partager ça avec Advens et LinkedOut. C’est une performance qui a de l’impact, c’est aussi pour ça que nous sommes là. J’ai adoré avoir Morgan comme compagnon sur cette Transat, j’ai découvert quelqu’un. C’est une première victoire en Imoca, c’est une victoire d’équipe, c’est un sport collectif. Il y a beaucoup de travail pour arriver à des bateaux de ce niveau. Cette Transat Jacques Vabre me donne beaucoup de confiance pour la suite. »

Des propos corroborés par Morgan Lagravière. « Je ne connaissais pas très bien Thomas avant, si ce n’est en l’ayant côtoyé sur le circuit Figaro. Je ne regrette pas d’avoir accepté de partir sur cette aventure. Nous aimons vivre ces événements pour toutes les émotions que nous avons vécues et celles que nous vivons encore. »

Cette cérémonie de remise des prix de la Transat Jacques Vabre a aussi été l’occasion d’honorer Apivia pour sa victoire sur le circuit Imoca Globe Series 2021. Grâce à sa deuxième place sur la Route du Café, et au préalable à ses victoires sur la Rolex Fastnet Race (en août) et sur le Défi Azimut (en septembre), le duo Charlie Dalin – Paul Meilhat a été le plus performant de l’année parmi les 60 pieds (143 points), devant le tandem de LinkedOut (131 points).

Le podium de la classe Imoca : 

1. LinkedOut (Thomas Ruyant – Morgan Lagravière)

2. Apivia (Charlie Dalin – Paul Meilhat)

3. Charal (Jérémie Beyou – Christopher Pratt)

A propos de JEAN-MARC DEVRED 677 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.