TRANSAT JACQUES VABRE: THOMAS RUYANT PENSE ARRIVER LE 25 NOVEMBRE EN MARTINIQUE

Thomas Ruyant Transat Jacques Vabre
Thomas Ruyant et Morgan Lagravière ont retrouvé la chaleur (photo Pierre Bouras)

La Transat Jacques Vabre vient déjà d’aborder son 16ème jour de course. Pour les plus rapides, c’est déjà la mi-course. Les Imocas abordent un moment décisif de la Route du Café. La traversée du Pot au Noir peut redistribuer les cartes. Mais pour le moment, Thomas Ruyant et Morgan Lagravière font une Transat parfaite et pointent toujours en tête avec le foiler « LinkedOut », avant ce « passage à niveau » toujours redouté. Extraits de leur dernière vacation, ce mercredi 17 novembre.

Ce qui est sûr, c’est que le moral est bon à bord de « LinkedOut ». Le skipper dunkerquois et son co-skipper créole avaient l’air frais et se sont exprimés tous les deux dans la vacation avec le PC coursece jeudi après-midi. Le mot d’ordre:  » tout va bien !« 

Vidéo. Extrait de la vacation du jour.

Le marin nordiste a fait un bilan du début de course avant ce premier tournant de la Transat en double entre Le Havre et Fort-de-France.  » Nous avons réussi à faire la trajectoire que nous voulions et à être au bon endroit. Nous verrons comment va se passer la traversée du Pot-au-noir, il y a des ouvertures. Pour l’instant, il y a moins de ralentissement, enfin, moins que ce que j’imaginais. C’est même un peu plus violent que prévu. Nous avons de la chance de le traverser en journée, l’activité orageuse est moins active donc ce sont des signes qui nous laissent espérer qu’il ne sera pas trop violent pour nous… Je m’attendais à plus long comme première moitié de course, nous avons quand même réussi à aller vite, nous avons toujours eu un peu plus de vent que ce que nous espérions, nous sommes dans les timings.« 

Les « nuits chaudes » de la Transat pour Thomas et Morgan

Le tandem est désormais solidement installé en tête des Imocas. Au classement de 18h, « LinkedOut » a même creusé l’écart (qui devient conséquent) sur « Charal » (Beyou/pratt) et « Apivia » (Dalin/Meilhat) qui naviguent 75 miles (soit environ 135km) derrière.

Mais à l’approche de l’équateur, les deux hommes avouent souffrir un peu de la chaleur pour dormir. « Je pensais être bien habitué à ces chaleurs au travers de mon passé de Réunionnais mais j’en souffre tout autant. » relève avec humour Morgan Lagravière. » Les nuits sont quand même dures, ce n’est pas évident de trouver le sommeil quand tu transpires et que ce n’est pas très ventilé. Il y a pire, nous sommes dans un cadre sympa avec une position confortable, il y a pleins de facteurs de motivation autour qui nous permettent de garder le moral.« 

Même constat pour l’homme du Nord. » Nous nous rapprochons de l’équateur, il commence à faire chaud, ce n’est pas ce que je préfère les fortes chaleur mais c’est comme ça, nous allons avoir chaud pendant un moment, je crois même jusqu’à l’arrivée. Sinon c’est agréable, il y a des supers conditions sur le bateau. »

 » Je suis plutôt content que cette Transat soit longue. Il va falloir être endurant et tenir la cadence jusqu’au bout »

Thomas Ruyant

Les concurrents les plus rapides (Ultimes et Ocean fifty) sont aujourd’hui être à mi-course. Et Thomas Ruyant se lance déjà dans une estimation théorique d’arrivée (ETA) de la Transat.

Ruyant content de sa Transat

 » J’ai commencé à regarder des ETA qui nous feraient arriver en Martinique autour du 25 novembre. Pour l’alimentation, il n’y a pas de problème pour nous, nous avons un avitaillement qui est bien, bien fourni. Même en arrivant plus tard nous aurons encore de la nourriture à bord, nous ne sommes pas inquiets. »
« Je suis plutôt content que cette Transat soit longue, il va falloir être endurant et tenir la cadence jusqu’au bout. Nous nous sommes forcés dès le premier jour de course à aller dans la bannette. La première fois c’était l’après-midi du départ et depuis nous avons tenu ce rythme »
conclue ainsi Thomas Ruyant.

Thomas Ruyant profite à fond du potentiel de « LinkedOut » (photo Jean-Marie Liot/LinkedOut)

Même si leurs principaux rivaux sont loin, les deux navigateurs évitent de crier victoire. « Ça ne sert à rien de sauter de joie tant que la course n’est pas terminée » estime fort justement Morgan Lagravière. « Nous sommes dans une bonne dynamique bien positive, nous cherchons à travailler et à progresser, nous apprenons jour après jour à optimiser les performances et à fonctionner tous les deux, c’est de bonne augure pour la suite. C’est presque plus ça qui me réjouit, plus que la performance en elle-même sur le court terme.« 

C’est la voie de la sagesse. Les prochains jours seront décisifs pour tous les candidats à la victoire dans une course passionnante. Cette Transat est en tous cas bien engagée pour Thomas Ruyant.

Les classements du 17 novembre à 18h

Ultime
1. Maxi Edmond de Rothschild 
2. Banque Populaire XI
3. SVR – Lazartigue

Ocean Fifty
1. Primonial 
2. Koesio 
3. Solidaires en Peloton – ARSEP 

Imoca
1. LinkedOut
2. Charal 
3. Apivia

Class40
1. Redman 
2. Volvo
3. Edenred

A propos de JEAN-MARC DEVRED 908 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Ruyant vire en tête de la Transat Jacques Vabre
  2. Primonial vainqueur de la Transat Jacques Vabre en Ocean Fifty

Les commentaires sont fermés.