VOILE. LE DUNKERQUOIS THOMAS RUYANT SUR L’OCEAN RACE EUROPE

Ruyant et son voilier LinkedOut à l'Ocean Race Europe
LinkedOut, le voilier de Thomas Ruyant (photo The Ocean Race)

Thomas Ruyant à l’Ocean Race Europe… Le 27 janvier dernier, le Dunkerquois franchissait la ligne d’arrivée du Vendée Globe, aux Sables-d’Olonne à la 6ème place. Quatre mois plus tard, le skipper du monocoque IMOCA « LinkedOut » a déjà repris la mer. Mais pas seul cette fois. Il participe en effet à une toute nouvelle course en équipages, la Ocean Race Europe, partie dimanche de son port d’attache, Lorient.

Cette nouvelle course européenne en plusieurs étapes rassemble 12 équipages représentant neuf pays. Elle est ouverte à deux classes de voiliers de course au large: le VO65 monotype de 65 pieds et les monocoques 60 pieds IMOCA . Les deux classes de bateaux sont capables de vitesses élevées et dans les bonnes conditions peuvent couvrir 600 miles nautiques ou plus en 24 heures.

Une nouvelle course, de Lorient à Gênes (carte officielle)

Le parcours de 2000 milles marins (( 3700 km) de l’Ocean Race Europe emmènera les équipes de Lorient à Gênes, en Italie, avec des arrêts à Cascais, au Portugal, et à Alicante, en Espagne.

L’Ocean Race Europe relance la course au large

L’édition inaugurale de The Ocean Race Europe lance un calendrier décennal d’activités de course

L’Ocean Race Europe fait également partie des IMOCA Globe Series qui se déroulent de 2021 au tour du monde en solitaire sans escale du Vendée Globe 2024-25.

De nombreuses équipes participant à The Ocean Race Europe prévoient également de participer à la prochaine édition autour du monde de The Ocean Race qui doit commencer à l’automne 2022 depuis la ville espagnole d’Alicante.

Des marins de 23 nationalités participent à The Ocean Race Europe, avec des équipages comprenant certains des plus grands noms de la course au large, ainsi qu’une sélection de jeunes talents aux dents longues.

Le Dunkerquois Thomas Ruyant et son IMOCA à foils reviennent à la course après avoir terminé sixième de l’édition 2020-21 du Vendée Globe. L’équipe soutient LinkedOut , une initiative innovante qui aide les personnes sans domicile en France à trouver un emploi en leur donnant l’opportunité de présenter leur CV et de montrer qui elles sont vraiment.

Un équipage au top

Thomas a recruté un équipage entièrement français et très expérimenté avec Morgan Lagravière ( son futur co-skipper pour la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre en double ), Quentin Ponroy, Laurent Bourguès (le responsable technique du voilier) et surtout Clarisse Crémer ,la révélation et la 1ère femme du dernier Vendée Globe.

Première ambiance à bord de « LinkedOut » avec Clarisse Cremer (images The Ocean Race Europe)

Après avoir passé une grande partie de la première nuit et du premier jour de l’étape engagés dans une longue série d’empannages, les équipages profitent de la navigation en ligne droite. alors qu’ils se dirigent presque directement vers l’ouest en direction de la marque de virage – un waypoint virtuel dans l’Atlantique.

Une descente de l’Atlantique ultra-rapide

L’IMOCA 60 « LinkedOut » deThomas Ruyant a été le premier bateau à effectuer l’empannage final vers l’ouest , suivi presque instantanément par le « 11th Hour Racing Team  » skippé par Charlie Enright.

Alors que la brise augmentait régulièrement, cette paire a rapidement déchiré vers l’ouest en formation serrée. Et du jour au lendemain, les deux équipages se sont affronté dans des conditions qui ont vu les principaux bateaux de l’IMOCA atteindre en moyenne près de 27 nœuds !

« LinkedOut », au départ de la 1ère étape dimanche à Lorient, son port d’attache (photo © Sailing Energy / The Ocean Race)

Thomas Ruyant à l’Ocean Race Europe est donc à la lutte pour la victoire dans cette première étape avec pour le moment un duel serré avec l’inattendu Charlie Enright.

Avec des conditions rapides qui devraient reprendre au retour du virage de l’Atlantique, l’heure estimée d’arrivée à Cascais pour les premiers bateaux de retour reste vers midi ce mercredi 2 juin.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 178 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.