FOOTBALL : LE PICARD GERALD BATICLE PREPARE LA RIPOSTE A ANGERS

LOSC Angers Baticle
Gérald Baticle en conférence de presse après LOSC-Angers (photo JMD/Sports5962)

Tout le monde connaît Gérald Baticle et son franc-parler. Cet Amiénois pur jus a longtemps été footballeur pro avant de devenir entraîneur. Actuellement au SCO d’Angers, le coach picard est sur la sellette après la 7ème défaite consécutive de son équipe, bonne dernière en Ligue 1. Son éviction semble inéluctable. Pourtant, Baticle a réagi avec beaucoup de pugnacité après la défaite d’Angers (1-0) dimanche à Villeneuve-d’Ascq contre le LOSC.

A une semaine de la Coupe du Monde au Qatar et au début de la longue trêve qu’elle entraîne, la valse des entraîneurs est très active. Le prochain convié pourrait être celui d’Angers, Gérald Baticle. L’Amiénois voit sa situation déjà instable encore plus fragilisée après la défaite (1-0) dimanche face au LOSC. La 7ème consécutive qui enfonce encore plus le SCO à la dernière place de la Ligue 1.

Mais le technicien picard n’adopte pas un profil bas. Au contraire… Dans la conférence de presse qui a suivi LOSC-Angers, Baticle a choisi la contre-attaque vis-à-vis de ses dirigeants. Pas de langue de bois traditionnelle des entraîneurs (cela fait plaisir…). Gérald Baticle s’est donc exprimé longuement et en toute franchise sur la situation actuelle et son avenir incertain à Angers.

Une décision arbitrale contestée

Auparavant, il a ainsi clairement mis en cause l’annulation du but de son équipe par la VAR. Une décision arbitrale qui a complètement fait basculer le match devant une équipe du LOSC décevante. Précisons que cette rencontre LOSC – SCO Angers était dirigée par un trio arbitral portugais, tout comme l’assistance vidéo.

 « Il y a beaucoup de frustration chez les joueurs, mais là c’est presque de la colère froide. Le match bascule sur une minute. Il faut remettre dans le contexte. On est dernier, on est dans une sale série, on vient avec nos problèmes jouer un adversaire qui est une grosse équipe du championnat, on vend chèrement notre peau, malgré l’absence de nos internationaux, qui ont des bobos.« 

 » C’est une règle anti-foot, une application qu’on ne voit jamais revenir aussi loin »

Gérald Baticle, au sujet du but annulé

« Mais sur cette minute, tout bascule », poursuit Baticle en parlant de LOSC-Angers. « On arrive à les mettre à défaut. Il y a une passe qui oblige un défenseur à tacler, il y a un hors-jeu de position qui reste à déterminer. Quatre ou cinq passes plus tard, il y a but, mais on revient. C’est une règle anti-foot, une application qu’on ne voit jamais revenir aussi loin, et face à nous elle revient. Donc c’est une frustration, et là où j’en veux à mon équipe et à moi, c’est qu’on se déconcentre, et on est puni sur le corner suivant. On passe d’un grand moment de bonheur à une bascule en faveur des Lillois. C’est rageant, mais c’est à l’image de la situation. »

Le jeune Amine Salama avait ouvert le score avant annulation du but (photo Facebook SCO Angers)

L’avertissement aux joueurs

Gérald Baticle plante ainsi le décor, avant d’enchaîner sur l’avenir immédiat, qui le voit en danger. « C’est une année particulière. Cette trêve nous permet d’avoir beaucoup de matchs à jouer après, dans cette phase de poursuite. Mais on doit réfléchir pendant cette coupure. Se poser les bonnes questions et prendre les bonnes décisions. Je parle du club. Le cas Gérald Baticle, ça fait deux mois que certains annoncent ceci ou cela, mais ça n’a pas d’importance. Vous voyez bien comme ça valse… Ça n’a pas de poids par rapport à l’avenir d’un club.« 

 » C’est un moment propice à se poser les bonnes questions« , explique t’il ainsi devant les rares journalistes présents en conférence de presse.  » Aujourd’hui, tout le monde a adhéré. Les joueurs qui n’adhèrent pas doivent aller voir le président et exprimer leur manque d’adhésion au projet. S’ils adhèrent, je ferai mes choix à la reprise pour avoir toujours une équipe avec du cœur, avec les principes qu’on a eus aujourd’hui. « 

« Ce qui est important, c’est d’avoir une union. J’en profite pour féliciter mon staff, on travaille dans le dur pour trouver cette union. On a besoin de toutes les énergies et la première pour un staff, ce sont les joueurs. Il faut qu’ils soient derrière notre projet. S’ils le sont, on va être fort, sinon il faut aller voir le président et que le président prenne les bonnes décisions pour qu’il y ait cette cohésion dans toutes les composantes du club, du staff aux supporters. »

Pas un ultimatum, mais…

Gérald Baticle anticipe visiblement une éventuelle éviction après cette défaite d’Angers face au LOSC. Mais il demande surtout du soutien de ses dirigeants pour l’opération maintien mal engagée, mais pas encore perdue.

« J’ai 28 pros dans le vestiaire, il faut une mobilisation générale et totale pour aller chercher l’objectif. Donc là, il faut prendre les décisions. Si c’est moi, tant mieux je suis heureux, si ce n’est pas moi, ce n’est pas un problème pour Baticle, ça doit être une solution pour le SCO. Seul son avenir compte. »

« Ce n’est pas un ultimatum », affirme aussi l’Amiénois, « c’est une nécessité pour le club de repartir avec des bases solides. Je pense que le SCO va être plus fort en deuxième partie de saison car on a beaucoup de jeunes. J’insiste sur la notion de cohésion. Il n’y a pas de quitte ou double, il faut être ensemble. C’est l’unité qui prime. »

En tous cas, Baticle adresse un message clair aux dirigeants comme aux joueurs. Et il assure son total engagement pour la suite. S’il reste… « L’énergie pour continuer, je l’ai, il n’y a pas de débat. Dès demain, je vais me reposer. Je fais les choses à 100 %, au détriment du reste, pour le SCO. Le club mérite qu’on prenne les bonnes décisions. Moi, j’ai plein d’énergie, plein d’idées. »

Gérald Baticle s’exprimait déjà ainsi avant le déplacement au LOSC

 » Je vais me concentrer sur les nouveautés à apporter », conclue le Picard. « Si la route se présente. C’est facile d’en avoir par rapport à ce que l’équipe a montré face à Lille. J’y crois fortement, que ce soit avec ou sans moi. Mais il faut une union sacrée au club. Il faut qu’on règle des problèmes autour, qu’on règle des problèmes dans le vestiaire, entre toutes les composantes du club. Avec l’union sacrée ce sera dur, mais faisable. Sans, ce sera compliqué. »

BATICLE L’AMIENOIS

Né le 10 septembre 1969 à Amiens, Gérald Baticle est un ancien attaquant. Passé par Amiens, Auxerre, Strasbourg, Metz, Troyes ou encore Le Havre en tant que joueur, il devient par la suite entraîneur, avec notamment 10 ans en tant qu’adjoint à l’Olympique Lyonnais (2011-2021). À l’été 2021, il prend les rênes de l’équipe pro du SCO d’Angers ! Jusqu’à quand ?

A propos de JEAN-MARC DEVRED 917 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.