HANDBALL: LES ADIEUX AMERS DE PATRICK CAZAL A DUNKERQUE APRES UN FESTIVAL DE L’USDK

Patrick Cazal USDK
Patrick Cazal quitte Dunkerque après 17 ans de fidélité (photo JMD/Sports5962)

Une page de l’histoire de l’USDK s’est tournée en ce premier week-end de juin. Les maritimes recevaient Chartres à l’occasion de la 29ème journée de Starligue. L’évènement n’était pas là. C’était avant tout le dernier match aux Stades de Flandre de Patrick Cazal et de son adjoint Arnaud Calbry, les deux entraîneurs de l’USDK. L’entraîneur emblématique de Dunkerque quitte le club à la fin de la saison, 17 ans après son arrivée, et de nombreux succès. Comme joueur d’abord, puis comme entraîneur. Ces adieux avaient cependant un vrai goût d’amertume.

Cette dernière soirée à la salle Dewerdt se voulait festive et conviviale. Les 4 trophées conquis par l’USDK ont ainsi été présentés. au public par les jeunes du club. Samir Bellahcène lui, a reçu le trophée de meilleur joueur de Starligue du mois de mai. Le gardien dunkerquois a en effet réussi 52 arrêts durant cette période faste. D’autres joueurs faisaient aussi leurs adieux comme le capitaine Kader Rahim.

Une première mi-temps heurtée

Mais derrière, il y avait encore un match à gagner malgré l’absence d’enjeu dans cette 29ème journée, car les deux équipes avaient déjà assuré leur maintien en Starligue, faute de mieux. Pour cette dernière à la maison, l’USDK était notamment privée de trois joueurs cadres, blessés: Kornel Nagy, Tom Pelayo et Dylan Garain.

Pourtant, la rencontre commence de façon heurtée. Le Chartrais Yvan Verin prend ainsi un carton rouge dès la 4è minute pour une faute sur Dylan Tossin, qui restera un moment sonné. Ce début de match est crispant pour les supporters comme les joueurs face à des visiteurs rapides en contre-attaque. Chartres mène ainsi 5-6 après le premier quart d’heure.

Dans duel sous tension, les maritimes parviennent toujours à recoller. Mais sans parvenir à prendre l’avantage. Et logiquement, les deux équipes se neutralisent au repos (15-15).

La défense dunkerquoise a bien tenu en première mi-temps (photo JMD/Sports59/62)

Mais Théo Avelange-Demouge donne l’avantage à Dunkerque quelques secondes après la reprise. Le chassé-croisé se poursuit, mais dans l’autre sens, cette fois. Pas longtemps car les Nordistes réussissent un +4 qui leur permet de creuser l’écart (21-17) après 6 minutes de jeu. L’USDK a, à ce moment-là ,75% de réussite dans ses tirs. Théo Avelange-Demouge réussit même un but extraordinaire en reprenant sur les 6 mètres adverses un lancer de son gardien Samir Bellahcène.

Le festival Avelange-Demouge

C’est l’euphorie sur le parquet, et l’explosion dans les tribunes. Le match est très spectaculaire, voire un peu fou. On se croierait presque à Roland-Garros lors de Nadal-Zverev. Mais le héros, cette fois, s’appelle Théo Avelange-Demouge. En état de grâce, l’ailier droit maritime réalise un véritable festival: 14 buts avec 100% de réussite! Tandis que Samir Bellahcène écoeure littéralement l’attaque de Chartres.

Les joueurs des deux camps s’en donnent à coeur joie vu l’absence d’enjeu. Sur le banc, Patrick Cazal appréciait sans doute cette « dernière » conquérante à la maison. Le match se termine dans une ambiance complètement folle. Une victoire 33-27 dans certainement la plus belle rencontre de la saison aux Stades de Flandre.

Le public restera un long moment dans la salle pour cette dernière. Le club rendait hommage aux partants. Les joueurs Kader Rahim, Gauthier Crépel, Kamel Alouini et Jihed Jaballah. Très ému aux côtés de son père, Rahim déclare au micro « avoir passé 5 années merveilleuses à Dunkerque ». Hommage aussi aux deux entraîneurs. Une vidéo émouvante est ainsi projetée.

Mais les remerciements de Jean-Pierre Vandaele seront très sobres, et Patrick Cazal fera une brève apparition sous les sunlights, fidèle à sa discrétion habituelle. Il n’ira pas chercher des mains du président de l’USDK, le maillot souvenir qui lui était destiné.

Arnaud Calbry et Patrick Cazal ont fait leur dernière apparition à la salle Dewerdt (photo JMD/Sports5962)

Depuis l’annonce de son éviction à la fin de cette saison, les rapports entre les deux hommes sont froids. Patrick Cazal a visiblement accusé le coup. Et on l’a senti en conférence de presse. Devant les journalistes locaux, le coach réunionnais retenait difficilement son émotion, et a quand même confié son amertume et sa blessure morale, sans tomber dans la polémique. En décembre 2021, c’est par un SMS qui ne lui était pas adressé que Patrick Cazal a appris que son aventure à la tête de l’équipe pro de Dunkerque prendrait fin au terme de la saison.

Ainsi, pour cette dernière conférence de presse à Dunkerque, le coach parle de « gâchis ». « J’aime l’honnêteté. J’ai toujours voulu être franc dans ma vie. Je me suis retrouvé à porter les valeurs de toute une région, d’une ville magnifique, sur des valeurs simples, ô combien importantes dans la vie de tous les jours: le respect, la confiance, accueillir son prochain… Forcément, depuis 7-8 mois, ce qui prend le dessus, c’est cette souffrance, cette douleur. Parce que ce que l’on t’a demandé de porter haut et fort et qui me convient très bien, tu ne l’a pas en retour. »

Aussi, Patrick Cazal ne mâche pas ses mots envers les dirigeants, et justifie sa propre réaction à la fin de la soirée.

Vidéo SPORTS 59/62. La réaction de Patrick Cazal après USDK-Chartres.

C’est également avec une sincérité touchante qu’il parle de son amour de la région, « où mes filles sont nées et ont grandi« , et où il a passé la plus grande partie de sa carrière.  » Vous avez une région extraordinaire. Vous êtes le top… C’est l’endroit où j’ai passé le plus gros temps de ma vie. Je suis avec vous depuis 2005. Il n’y a pas assez de mots pour dire les qualités humaines que vous avez. Si j’ai pu donner le meilleur de ce que j’avais, c’est parce qu’il y avait cet accueil, cette gentillesse, cette volonté que tout le monde vous intègre. Et vraiment, bravo à vous. Ne changez pas. Tout ce qu’on a gagné est bâti sur vos valeurs », conclu le Dunkerquois d’adoption à l’adresse des gens du Nord.

Avec Arnaud Calbry, Patrick Cazal dirigera donc sa dernière rencontre avec l’USDK mercredi à Cesson-Rennes. Les deux hommes auront fait des adieux discrets à Dunkerque, même si les supporters les ont vivement applaudis.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 922 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.