PARA CYCLISME : ROUBAIX AVANT RIO POUR DES BLEUS AUX PARCOURS DE VIE DIFFERENTS

Para cyclisme piste à Roubaix
Les champions de France sur piste à Roubaix (photo Florent Pervillé/FF Handisport)

Durant deux jours, le Stab de Roubaix accueillait les championnats de France de para cyclisme sur piste. Une échéance importante pour les coureurs de l’équipe de France. C’était en effet le dernier test avant les championnats du Monde à Rio de Janeiro. Des Mondiaux eux-mêmes qualificatifs pour les Jeux Paralympiques de Paris au mois d’août. Les Bleus sont prêts pour, on l’espère, une razzia de médailles comme aux Mondiaux de Glasgow l’année dernière.

L’équipe de France de para cyclisme était présente au complet sur la piste du vélodrome de Roubaix le week-end dernier. Les championnats de France ont permis aux sélectionnés de voir où ils en étaient avant les Mondiaux de Rio. Les spectateurs présents au Stab de Roubaix ont pu ainsi découvrir ces champions qui devraient ramener des médailles à la France lors des prochains Jeux Paralympiques à Paris. Des champions aux parcours de vie bien différents, souvent étonnants. Avec cependant deux points communs: la volonté et la résilience.

Ainsi, Marie Patouillet possède à 35 ans un très beau palmarès sur route comme sur piste. Médaillée aux Paralympiques de Tokyo, elle est aussi championne du Monde sur route en 2022 au Canada. Cette Francilienne va certainement disputer sa dernière saison, avant de se consacrer totalement à son métier. Marie est en effet médecin généraliste. Mais spécialisée au départ dans la médecine de guerre.

Vidéo Dailymotion SPORTS 59/62. L’interview de Marie Patouillet aux championnats de France à Roubaix.

L’Armée au coeur de la préparation

Marie se consacre aujourd’hui totalement à la préparation des Jeux. Elle a en effet arrêté d’exercer depuis un an. «  J’ai suffisamment de sponsors pour me préparer. Aussi bien d’un point de vue financier que pour l’accompagnement humain. »

Elle pratique au haut-niveau depuis 2018. Marie coure ainsi en C5, la catégorie qui désigne les handicaps les moins impactants. Le sien: une anomalie au niveau de la jambe gauche, qui l’empêche de courir. Et qui la gêne aussi pour marcher. Mais pas sur le vélo même si cette jambe est forcément moins puissante. Ce handicap l’a ainsi obligé à se retirer de la médecine des armées, qui implique des déplacements. Marie Patouillet travaillera donc dans le secteur libéral, quand elle reprendra son activité. Elle roulera aussi pour le plaisir et nagera. Deux sports « portés » dont la pratique lui est permise.

Comme Marie, Alexandre Léauté a intégré l’Armée des Champions pour préparer les Jeux au mieux. Champion paralympique en poursuite, le Breton a effectué une razzia incroyable aux championnats du Monde à Glasgow. Trois titres sur piste et deux sur route: presque le grand chelem. Léauté est aujourd’hui le chef de file du para cyclisme français, et peut-être même mondial.

Paracyclisme piste Roubaix Alexandre Léauté
Alexandre Léauté au départ de la poursuite à Roubaix (photo Florent Pervillé/FF Handisport)

Alexandre est atteint d’une hémiplégie droite depuis sa naissance. Agent de contrat, le natif de Pontivy est aujourd’hui professionnel du para cyclisme. A 24 ans, il a encore de belles années devant lui.  » L’important pour moi est de prendre du plaisir sur le vélo. Et j’espère continuer longtemps à courir au plus haut-niveau. »

Un futur agriculteur champion du Monde

L’un de ses principaux adversaires sur la piste est également français. Mais lui est Savoyard. Et il a un profil complètement différent. Florian Chapeau est champion du Monde du scratch. Il est cependant atteint de d’une hémiparésie sur toute la partie droite du corps membres supérieures et inférieures, depuis un accident vasculaire cérébral survenu à la naissance. A 21 ans, il se destine à l’agriculture. Il poursuit ses études, et espère reprendre une exploitation laitière plus tard, ce qui est courageux en cette période.  » Je sais que le contexte est compliqué. Mais nous avons l’avantage en Savoie d’avoir des prix du lait acceptables, qui permettent quand même de dégager une marge correcte. » En attendant, il est stagiaire agricole, tout en poursuivant le vélo.

Marie Patouillet la femme-médecin, Alexandre Léauté le professionnel du vélo et Florian Chapeau le jeune agriculteur: trois profils totalement différents. Mais une passion commune pour le cyclisme et une volonté affirmée de briller sur le vélodrome olympique de Saint-Quentin-en-Yvelines cet été. Ces champions de para cyclisme ont ainsi fait de la piste de Roubaix leur fief.

Retrouvez les interviews intégrales de Florian Chapeau et Alexandre Léauté sur Dailymotion SPORTS 59/62.

Les podiums des championnats de France sur piste à Roubaix

Poursuite 3 KM.      
Homme C1 : 1. Lucas Canuel (Teyran Bike), 2. Hyacinthe Aubéry (ES Seynod). Homme C2 : 1. Alexandre Léauté (VCP Loudéac), 2. Florian Chapeau (Sport Dif 73). Homme C3 : 1. Thomas Peyroton (Dunkerque Littoral cyclisme), 2. Allan Le Richeux (VC Pont Audemer), 3. Tanguy Le Menn (AVG Cyclisme).

Femmes C4 : 1. Sandra Chaleteix (Urt Vélo 64), 2. Katell Alençon (Cofidis), 3. Marion Paumier (CC Castelbriantais). Femmes C5 : Heidi Gaugain (Urt Vélo 64), 2. Marie Patouillet (Créteil). Femmes C2 : 1. Christelle Ribault (AVG Cyclisme). Femmes tandem : 1. Anne-Sophie Centis.Elise Delzenne (Dunkerque Littoral Cyclisme). 

Poursuite 4 KM.
Hommes C4 : 1. Kévin Le Cunff (Dunkerque LC), 2. Gatien Le Rousseau (Cofidis), 3. Louis Hubert (Cofidis). Homme C5 : 1. Jérôme Beaumont (COC Fougerais), 2. Dorian Foulon (Urt Vélo 64). Tandem hommes : 1. Alexandre Lloveras/Yoann Paillot (Tandem Club Rhodanien), 2. Raphaël Beaugillet/Quentin Caleyron (AS Handicapés blésois).

Omnium
Hommes C5 : 1. Jérôme Beaumont, Dorian Foulon forfait. Hommes C4 : 1. Gatien Le Rousseau, 2. Louis Hubert, 3. Dimitri Sas (VCS SQY Team Voussert). Hommes C3 : 1. Thomas Peyroton, 2. Allan Le Richeux, Tanguy Le Menn. Hommes C2 : 1. Alexandre Léauté, 2. Florian Chapeau. Hommes C1 : Lucas Canuel, 2. Hyacinthe Aubéry. Hommes MS : Clément Allegranti (VC Cluses), 2. Louis Gobet (Bourg en Bresse), 3. Paul Nivol (EC Saint-Vigor). Homme MNE : 1. Cédric Travers (VCS). Homme masters : 1. Jean-François Lorent (Seynod), 2. Christophe Bompas (Laval), 3. Thierry Maupin (Seynod).

Femmes C2 : 1. Christelle Ribault. Femmes C4 : Katell Alençon, 2. Sandra Chateleix, 3. Marion Paumier. Femmes C5 : 1. Heidi Gaugain, 2. Marie Patouillet. Femmes S : 1. Camille Pietrosante (CC Etuples).

Omnium tandem

Homme : 1. Raphaël Beaugillet/Quentin Caleyron, 2. Alexandre Lloveras/Yoann Paillot.
Femmes : 1. Anne-Sophie Centis / Elise Delzenne. 

A propos de JEAN-MARC DEVRED 1572 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.