RUGBY : LA VICTOIRE RENVERSANTE DU RACING 92 APRES UN SCENARIO INCROYABLE A LENS

Racing 92 Bordeaux rugby
La mêlée bordelaise a fait souffrir celle du Racing 92 (photo JMD Sports 5962)

Le Racing 92 a battu l’Union Bordeaux-Bègles 31-28 à l’occasion de la 22ème du Top 14 de rugby. Cette victoire « miraculeuse » est obtenue durant le temps supplémentaire à l’issue d’une seconde mi-temps au scénario insensé. Elle permet aux Parisiens de rentrer dans le top 6 à quatre journées de la fin de la phase régulière, aux détriments des Girondins. Ce match délocalisé avait lieu au stade Bollaert-Delelis à Lens devant un peu plus de 10 000 spectateurs.

Le stade Bollaert-Delelis présentait une allure printanière, ou sudiste, c’est selon… Certes, la température était bien nordiste. Mais une éclaircie survenait au moment du coup d’envoi de ce Racing 92 – UBB délocalisé. Plus de couleurs sang et or dans la tribune Marek Xercès. Mais du ciel et blanc, les couleurs du Racing Club de France dans un kop totalement rempli avec ses places debout. Plus de Marseillaise lensoise, mais quand même les corons au retour des vestiaires. Et aussi des encouragements plus classiques et des tambours pour créer une ambiance typiquement rugby.

Dans ce décor inédit, les Bordelais ne perdent pas de temps en ouvrant le score rapidement grâce à une pénalité de Maxime Lucu à la 4è minute (0-3). Mais le début de la rencontre est très fermé, entre deux formations méfiantes. Le jeu est brouillon et se résume à une bataille d’avants, sans aucune envolée des lignes arrières. Bref, on s’ennuie un peu dans les tribunes de Bollaert où siègent 10 693 spectateurs.

Un Maxime Lucu chirurgical

Il faut attendre la 26ème minute pour voir Lucu récidiver d’un but de pénalité de 20m face aux poteaux. Facile (0-6). Le second de Antoine Dupont en équipe de France en passe un 3ème à la 31ème minute. 0-9: l’écart commence à se creuser dangereusement pour le Racing 92.

Antoine Gibert stoppe l’hémorragie quand même en tapant une pénalité (38è, 3-9). Pas pour longtemps car le Racing se met à nouveau à la faute. Et l’incontournable Lucu redonne un avantage de 9 points à Bordeaux juste avant le repos (3-12), après une première mi-temps insipide.

On espérait un peu de jeu après les Corons. Le souffle de Bachelet apparemment opère puisque l’UBB marque d’un essai en coin par Nicolas Depoortere, au nom bien flamand, qui conclut une belle attaque des trois quarts. Lucu, encore lui, transforme. 3-19 cinq minutes après la reprise: cette fois, il y a vraiment le feu du côté ciel et blanc. Ce qui conduit Laurent Travers à opérer des changements. Six d’un coup, dont l’entrée de Finn Russell qui va fortement influer sur le scénario du match.

Racing 92 Bordeaux rugby
Les Ciel et Blanc ont réagi en 2è mi_temps (photo JMD/Sports 5962)

Coaching réussi puisque le capitaine Gaël Fickou transperce la défense girondine juste après. Finn Russell, qui vient d’entrer transforme l’essai. Le Racing 92 revient à 10-19 dans un match face à Bordeaux-Bègles qui s’emballe enfin (49è). Le public se réveille en assistant enfin à du jeu.

Les Racingmen lâchent la cavalerie

Cette fois en effet, les chevaux sont lâchés. Les Racingmen poursuivent leur pression. Anthime Hemery conclut dans l’en-but bordelais une poussée d’avants et Russell transforme derrière. 17-19 à la 53è minute. Le suspense est totalement relancé !

Les Girondins ont pris un coup sur la tête après ces 8 minutes de folie. Et ils se reposent désormais sur la botte de leur demi de mêlée. Maxime Lucu passe à nouveau deux pénalités (56è et 65è) qui permettent à l’UBB de reprendre du champ, 17-25 à un quart d’heure de la fin. Un avantage d’autant plus appréciable que deux joueurs, Moafena et Cazeaux, écopent chacun d’un carton jaune qui place Bordeaux en infériorité numérique.

Conséquence: face aux vagues ciel et blanc, la défense mauve craque et Antoine Gibert réussit un superbe essai après une chistera de Fickou. Finn Russell transforme et remet le Racing 92 à un point seulement de l’UBB (24-25, 74é). Cette fois, les joueurs et les supporters parisiens prennent vraiment du plaisir dans une seconde mi-temps enthousiasmante.

Racing 92 Bordeaux rugby
le demi de mêlée international Maxime Lucu a réussi 23 points de coups de pied (photo JMD/Sports 5962)

Le tournant du match se produit à trois minutes de la fin, quand la mêlée bordelaise obtient une pénalité bien placée. Les Bordelais lèvent déjà les bras en signe de victoire. Maxime Lucu prend bien sûr tout son temps pour la taper… et la réussir. 100% de réussite au pied pour le demi de mêlée bordelais ! 24-28, On croit alors c’est fini pour le Racing 92 qui n’a plus le temps de revenir sur Bordeaux-Bègles.

Les Bordelais craquent après la sonnerie

Erreur ! Car le temps supplémentaire voit un total renversement de la situation. Les Racingmen jouent leur dernière ballon à fond et se ruent sur les 22 mètres adverses. Les Bordelais commettent des fautes qui entraînent deux pénaltouches pour le Racing. Finalement, la défense, privée de Vaotoa (carton jaune) craque définitivement quand l’arbitre Vivien Praderie accorde un essai de pénalité dans les ultimes secondes au Racing, suite à un maul écroulé par les avants bordelais.

Avec la nouvelle transformation de Russell, le Racing 92 remporte un succès inespéré contre Bordeaux-Bègles, avec le bonus offensif en plus. Cette victoire renversante permet aux hommes de Laurent Travers de passer à la 4ème place du classement, alors que l’UBB sort des qualifiés. Mais il reste encore quatre journées à jouer. Et il y aura certainement du suspense jusqu’au dernier match.

En tous cas, le coach parisien analysait avec lucidité cette victoire inespérée deux minutes avant la fin. « Nous avons été inexistants en 1ère mi-temps. En 2ème mi-temps en revanche, nous avons démontré autre chose en terme d’agressivité et de jeu. Cela nous a permis d’avancer grâce à certains joueurs qui eux ont gagné les duels en 2ème mi-temps et nous ont fait énormément de bien. »

Vidéo SPORTS 59/62. Laurent Travers en conférence de presse après le match

L’hommage de Henry Chavancy au public lensois

Le héros malheureux du match, Maxime Lucu lui, apparaissait décontenancé en conférence de presse. « Quand tu fais un match comme ça et qu’à la fin, tu perds comme ça, c’est dur. Mais on ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes. Car on donne beaucoup de ballons et beaucoup de points en 2è mi-temps au Racing. Mais perdre comme cela après avoir fait autant d’efforts, il y a beaucoup de tristesse aujourd’hui ». Le demi de mêlée faisait aussi référence au travail effectué après la lourde défaite contre La Rochelle.

 » Le public de Lens nous a poussé jusqu’au bout et ça nous a fait beaucoup de bien »

Henry Chavancy, centre du Racing 92

Le racingman Henry Chavancy lui a apprécié l’ambiance de Bollaert. « Cela a été une super ambiance. Nous sommes ravis de pouvoir jouer dans un stade mythique comme le stade Bollaert. On restait sur un souvenir mitigé ici avec cette demi-finale contre La Rochelle qui ne nous avait pas souri. On a conjuré le sort avec cette victoire. Et l’on remercie tout ce public, qu’il soit parisien ou nordiste, pour tout le soutien qu’il nous a apporté. C’était important et c’est un des éléments qui a fait qu’on a pu aller chercher cette victoire dans les derniers instants. Il nous a poussé jusqu’au bout, et ça nous a fait beaucoup de bien. »

En tous cas, le public de Lens aura vécu sous le soleil une superbe seconde mi-temps comme seul le rugby sait en offrir.

Retrouvez les interviews en vidéo de Laurent Travers, Henry Chavancy, Ibrahim Diallo (Racing 92), Maxime Lucu, Clément Maynadier et Frédéric Charrier (UBB) sur Dailymotion Sports 59/62.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 1612 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

1 Trackback / Pingback

  1. Rumilly OMR 7-31 en Nationale 2

Les commentaires sont fermés.