TOP 14. LE GRATIN DU RUGBY FRANCAIS AU STADE PIERRE-MAUROY

Les joueurs du Métro Racing 92 ont reconnu la pelouse du stade Pierre-Mauroy (photo JMD)

Sept ans après, le stade Pierre-Mauroy à Villeneuve-d’Ascq accueille à nouveau le gratin du rugby français (et peut-être même mondial) à l’occasion des demi-finales du Top 14. Le stade rochelais, le Métro Racing 92, l’Union Bègles-Bordeaux et le stade toulousain se retrouvent vendredi et samedi dans le Nord pour deux affiches de grande classe. Mais il n’y aura pas autant de public qu’en 2014.

Ce jeudi 17 juin le stade Pierre-Mauroy est sorti de sa léthargie entamée le lendemain du match du LOSC contre Saint-Etienne en ligue 1, le 16 mai dernier. Un mois déjà…

Comme en (20)14

Le toit est fermé en cette journée orageuse quand les rugbymen de La Rochelle puis ceux du Racing 92 Rugby foulent la pelouse pour le dernier entraînement avant leur demi-finale du Top 14, le championnat professionnel de rugby de première division. Un évènement qui ne s’est pas produit depuis juin 2014. dans le Nord, pas vraiment une terre de rugby.

Cette année-là, le grand stade de la métropole lilloise avait fait deux fois le plein avec les matches Toulon – Racing Métro 92 (16-6) et Castres- Montpellier (22-19). L’occasion de voir des stars mondiales comme Dan Carter, Jonny Wilkinson ou Brian Habana. Il y avait 48,982 spectateurs pour la première affiche; 49 257 pour la seconde ! Deux records du stade à l’époque, avant le France-Jamaïque d’avant Coupe du Monde.

VIDEO. L’impressionnante armada parisienne sur la pelouse du stade Pierre-Mauroy avec Teddy Thomas.

Sept ans après, le contexte a bien changé. Vendredi et samedi, il n’y aura que 5000 spectateurs dans les tribunes d’un stade capable d’en accueillir 50 000. Malgré l’assouplissement du déconfinement, la jauge maximale reste la même. Sur son site, le gestionnaire du stade rappelle d’ailleurs aux heureux élus les contraintes sanitaires à respecter.

De même, comme le couvre-feu est toujours en vigueur jusqu’à dimanche, les deux coups d’envoi ont été avancés de 15 minutes (20h45) et l’ouverture des portes fixée à 19h.

5000 spectateurs, c’est peu. C’est même ridicule lorsque l’on voit les stades de Budapest et Copenhague pleins durant l’Euro 2020. Mais voilà, nous sommes en France, et il faut bien se contenter de ce minimum syndical. Pour les joueurs, c’est déjà un premier pas.

Ainsi, lors de la conférence de presse d’avant-match, le demi d’ouverture du Racing 92 (60 sélections en équipe de France) François Trinh-Duc, a spontanément exprimé son bonheur de pouvoir à nouveau jouer en public, fut-il restreint.  » C’est une vraie joie, un grand bonheur pour nous joueurs ». D’autant plus pour lui, qui va mettre fin à sa carrière à la fin de ce Top 14.  » D’où son envie « d’aller jusqu’au bout » avec le club francilien, son dernier.

 » Nous avons manqué une opportunité contre Toulouse en Coupe d’Europe. Il faudra savoir saisir la 2ème... »

Kevin Gourdon, 3ème ligne du Stade Rochelais

Quatre entraîneurs et joueurs se sont présentés pour chacune des deux équipes avant l’entraînement. Cela change de la Ligue 1 de football où les joueurs fuient de plus en plus les media. Le directeur sportif néo-zélandais Jono Gibbes, Kevin Gourdon, Romain Sazy et le demi de mêlée néo-zélandais Tawera Kerr-Barlow pour La Rochelle. Le directeur général du rugby Laurent Travers, Maxime Machenaud, François Trinh-Duc et l’arrière australien Kurtley Beale côté Racing 92.

L’état d’esprit est différent pour ces deux équipes. Un esprit de revanche pour Les Rochelais, finalistes malheureux de la dernière Champions Cup face aux Toulousains. » Nous avons manqué une opportunité de gagner un trophée lors de cette finale », a ainsi expliqué le 3ème ligne international Kevin Gourdon. » Dans une saison, on n’a pas toujours l’occasion d’en avoir une deuxième. A nous de savoir la saisir ».

Pour le Racing 92, qui termine en boulet de canon une saison compliquée, c’est l’occasion de gagner un titre qui semblait inaccessible il y a quelques semaines encore. Pour Laurent Travers, c’est devant que se gagnera ce choc énorme contre La Rochelle. » Il va falloir que les avants donnent le tempo du match. Il va falloir avoir une bonne conquête, de bons ballons pour mettre dans de bonnes dispositions nos trois-quarts. N’oublions pas que l’essence du rugby, c’est d’abord le combat. Et il faudra être capable de gagner ce combat pour que l’on puisse montrer tout notre talent ».

François Trinh Duc, le demi d’ouverture du Racing 92, jouera peut-être son dernier match au stade Pierre-Mauroy (photo JMD

Rendez-vous donc ce soir au stade Pierre-Mauroy pour cette première demi-finale Stade Rochelais/ Racing 92 rugby avant un Stade Toulousain/ Union Bordeaux-Bègles tout aussi alléchant samedi (20h45). En direct sur Canal+

Notons que la rencontre sera jouée avec le toit ouvert, comme pour les entraînements de ce jour avec Bordeaux et Toulouse.

Les équipes probables

Stade Rochelais: Dulin ; Leyds, Rhule, Favre, Retière ; (o) West, (m) Kerr-Barlow ; Gourdon, Alldritt, Liebenberg ; Skelton, Sazy ; Atonio, Bosch, Wardi.
Remplaçants : Lagrange, Priso, Joly, Lavault, Vito, Le Bail, Plisson, Sweetnam.

Racing 92: Beale, Thomas, Vakatawa, Fickou, Dupichot ; (o) Russel, (m) Machenaud ; Diallo, Claassen, Palu ; Bird, Le Roux ; Gomes Sa, Baubigny, Kolingar.
Remplaçants : Le Guen, Gogichashvili, Ryan, Lauret, Iribaren, Trinh-Duc, Zebo, Colombe.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 174 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.