AUTOMOBILE: SEBASTIEN LOEB GAGNE SON 8ème RALLYE DE MONTE-CARLO ! BILAN MITIGE DES NORDISTES

Monte-Carlo Nordistes malchanceux
Sébastien Loeb (FRA) and Isabelle Galmiche vainqueurs du rallye de Monte-Carlo 2022 (photo WRC)

Sébastien Loeb est devenu le plus vieux vainqueur d’une manche du Championnat du Monde FIA ​​des Rallyes après avoir décroché dimanche une remarquable victoire au Rallye Monte-Carlo sous le nez de son vieil ennemi Sébastien Ogier. Le Français de 47 ans a devancé Ogier de près d’une demi-minute avant l’avant-dernière épreuve de vitesse de cette première manche du championnat du Monde WRC. Les trois Nordistes engagés (Fourmaux, Lefebvre, Delecour) ont été brillants… et malchanceux dans ce Monte-Carlo historique.

Loeb, qui débutait sa première épreuve WRC depuis plus d’un an, concourait pour l’équipe britannique M-Sport Ford pour une apparition unique. Il rejoint Ogier en tête du palmarès de Monte-Carlo avec huit victoires. Un exploit d’autant plus fort que le nonuple champion du Monde rentrait à peine d’Arabie Saoudite, où il a pris la 2ème place du Dakar ! Il devient aussi le vainqueur le plus âgé en WRC dans ce qui restera une édition historique.

L’incroyable duel Loeb-Ogier

Sa victoire signifie que Sébastien Loeb est monté sur le podium du WRC au cours de trois décennies différentes. La copilote Isabelle Galmiche, une professeure de maths de 50 ans qui effectuait ses premiers débuts au plus haut niveau, est devenue la première femme vainqueur en WRC depuis 1997.

La Ford Puma Hybride (ici celle de Sébastien Loeb) a réussi ses débuts dans le rallye de Monte-Carlo (photo WRC)

Le duel entre les pilotes les plus titrés de l’histoire du sport s’est avéré un bon début pour la nouvelle ère de la propulsion hybride dans la 50e saison du championnat.

Ogier menait initialement après la courte soirée d’ouverture de jeudi dans sa Toyota GR Yaris, mais une série de quatre meilleurs temps consécutifs vendredi a donné l’avantage à Loeb. Il n’a pas réussi à retrouver le même rythme samedi et Ogier est repassé devant avant la finale époustouflante de dimanche.

Les Nordistes malchanceux au Monte-Carlo

Les Français ont donc dominé cette édition historique. Ainsi que l’écurie M-Sport qui place 3 voitures dans le top 5. La 4ème a abandonné. Et c’est malheureusement celle de Adrien Fourmaux. Le Seclinois figurait en 4ème position au scratch vendredi matin lorsqu’il est sorti de route.

Le principal, c’est que Adrien et son co-pilote Alexandre Coria soient sortis indemnes de cet accident spectaculaire. Sur le plan sportif, Fourmaux est le grand perdant de cette première manche du championnat du Monde. Et d’ailleurs, le manager de l’écurie britannique, Richard Millener, n’a pas caché son sentiment après cette nouvelle sortie de route du Nordiste.

Interrogé sur Dart Fish, il déclare: » Adrien doit se mettre dans la tête que parfois nous devons avoir une approche mesurée et ne pas essayer de courir à la vitesse ultime quelque part où vous n’avez pas une grande expérience. Nous avons besoin de résultats. Adrien était un pilote nominé pour le championnat constructeurs et maintenant il est sorti – ce n’est pas ce que nous voulons. OK, nous avons deux autres pilotes nominés pour marquer des points et, bien sûr, vous ne pouvez prendre des points qu’avec deux voitures, mais il a compromis nos options ce matin ».

Après cet avertissement sans frais, Adrien n’aura pas le droit à l’erreur lors du rallye de Suède (24-27 février), prochaine manche du championnat WRC.

Stéphane Lefebvre encore maudit

Ce Monte-Carlo 2022 marquait aussi le retour de Stéphane Lefebvre au championnat du Monde des rallyes. Son parcours évoque celui de Adrien Fourmaux. Le Noeuxois avait démontré toutes ses qualités de vitesse sur la Citroën C3 engagée en WRC2. Il figurait en tête de la catégorie avant de prendre une pénalité sévère et surtout, de perdre sa roue en pleine spéciale et de terminer la course sur la jante !

Une fois de plus, le Noeuxois est victime de malchance, alors qu’il semblait bien parti pour gagner le rallye en WRC2. Une victoire qui revient finalement au Norvégien Andreas Mikkelsen.

Stéphane Lefebvre avait bien démarré la course avec sa nouvelle Citroën C3 (photo WRC).

Parmi les aléas de ce grand retour, Stéphane Lefebvre a aussi dû changer de co-pilote au dernier moment. Le Belge Renaud Jamoul, victime du covid, a été remplacé au pied levé par le Boulonnais Andy Malfois. Citroën avait donc monté un équipage 100% nordiste.

François Delecour 25ème au scratch

Le vétéran François Delecour (59 ans) a connu aussi son lot de malchance. Son Alpine A 110 a crevé dans la 2è étape, alors qu’il était à la lutte pour la victoire en RGT (Rallye Grand Tourisme). Quatre minutes de perdue : un retard irrattrapable pour la suite.

L’Alpine A110 de François Delecour (photo Jérôme Pastré)

 » C’était compliqué ce rallye! » a expliqué le Casselois sur les réseaux sociaux. » Je ne me suis jamais autant trompé en choix de pneus sur un Monte-Carl et on a manqué en pointe de vitesse sur le sec en début de rallye, la crevaison est venu mettre un coup de massue et tuer nos espoirs de deuxième place…La première c’était de toute façon compliqué j’étais un ton en dessous par rapport à Raphaël sur les deux premiers jours mais j’ai prouvé depuis hier que je pouvais encore aller très vite, je vous dis pas comment ça vole dans l’Alpine ! Nous terminons P3 RGT/2RM et 25 au général c’est loin de mes espérances mais j’ai pas à rougir de mes 4 scratchs(RGT) devant des aguerris en R5 et dans des conditions pas évidente, un grand bravo à mon ami Sébastien Loeb il est juste monstrueux. »

Delecour termine donc 3ème de sa classe derrière les deux autres pilotes Alpine Raphaël Astier et Manu Guigou, et 25ème au classement scratch. Mais l’ancien vice-champion du Monde a montré qu’il avait toujours la pêche.

Le classement final du 90ème rallye de Monte-Carlo

Maintenant, les trois pilotes Nordistes malchanceux dans ce Monte-Carlo 2022, vont partir sur des programmes différents. On retrouvera déjà Adrien Fourmaux fin février en Suède pour la prochaine étape du championnat WRC.

Positions finales
1. S Loeb / I Galmiche FRA Ford Puma 3h00min 32.8sec
2. S Ogier / B Veillas FRA Toyota GR Yaris +10.5sec
3. C Breen / P Nagle IRL Ford Puma +1min 39.8sec
4. K Rovanperä / J Halttunen FIN Toyota GR Yaris +2min 16.2sec
5. G Greensmith / J Andersson GBR Ford Puma +6min 33.4sec
6. T Neuville / M Wydaeghe BEL Hyundai i20 +7min 42.6sec

Championnat du monde des pilotes de rallye de la FIA (après la manche 1 sur 13)
1. S Loeb 27pts
2. S Ogier 19
3. K Rovanperä 17

Championnat des constructeurs
1. M-Sport Ford 42pts
2. Toyota Gazoo 39
3. Hyundai Shell Mobis 13

A propos de JEAN-MARC DEVRED 675 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.