AUTOMOBILE : STEPHANE LEFEBVRE ATTAQUE BIEN LE RALLYE DE MONTE-CARLO 2023

Monte-Carlo Lefebvre
Stéphane Lefebvre (Citroën C3) lors de l'étape nocturne (photo Janus Ree/Red Bul Content Pool)

Après les deux spéciales nocturnes de jeudi, le 91è rallye de Monte-Carlo entrait dans sa phase principale ce vendredi, avec 6 épreuves chronométrées au programme. Trois pilotes nordistes participent au WRC2, avec le désir de mieux faire qu’en 2022. Tous trois ont connu des fortunes diverses lors de cette 2è étape. Le mieux classé de ce Monte-Carlo 2023 est Stéphane Lefebvre (Citroën C3), 3è en WRC2, dominé par le Russe Gryazin (Skoda).

Après ce préambule nocturne, la matinée de vendredi était ainsi marquée par de nombreuses péripéties. En WRC surtout, mais également en WRC2. Un championnat peut-être plus intéressant que le premier, où ne figure que dix engagés.

On attendait Adrien Fourmaux, revenu au volant d’une Ford Puma Rally1 cette saison. Le Seclinois a cependant été en retrait, pas forcément à l’aise sur une voiture peu performante. Aussi était-il surpris de son temps à l’issue de l’ES3. « C’était bien, en fait. J’ai poussé très fort sur celui-ci mais le chrono ne vient pas. C’est vraiment frustrant mais c’est comme ça.”

Une journée frustrante pour Adrien Fourmaux

Fourmaux termine ainsi cette 2è journée à 1’25 déjà du leader Nicolas Gryazin. Ce dernier gagne ainsi 4 des 6 spéciales du jour, au volant d’une Skoda RS Fabia Rally2 visiblement très au point pour ses débuts. Le pilote russe précède les deux Français de Citroën Yohann Rossel (+30 secondes) et Stéphane Lefebvre (+47″). Le Noeuxois avait la même réaction que Fourmaux, après la 4è spéciale. “Je pense que celui-ci était assez correct en termes de rythme. J’ai essayé de bien faire mais le temps n’est pas là.”

Monte-Carlo Stéphane Lefebvre
Adrien Fourmaux à la peine sur sa Ford Puma lors de cette 2è journée (photo Janus Ree/Red Bull Content Pool)

Stéphane Lefebvre commence donc correctement le Monte-Carlo 2023. Mais il devra sans doute se battre pour la 2è place, tant Gryazin a semblé supérieur. L’an passé, le pilote artésien avait également bien commencé la course, avant de perdre une roue le samedi.

François Delecour lui pointe à la 11è place en WRC2, également au volant d’une Skoda Fabia, à 2’46 du leader. Après avoir piqué une grosse colère la veille (voir ci-dessous).

Devant, Sébastien Ogier (Toyota GR Yaris Rally1 Hybrid) a survolé cette 2è étape en laissant son équipier, le champion du Monde sortant Kalle Rovanperä, à 36 secondes. Et le Belge Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1 Hybrid), 3è, à 37 secondes.

Ogier en WRC, et Gryazin en WRC2 s’installent ainsi en grand favoris vendredi soir. Mais il va certainement se passer encore beaucoup de choses lors des deux dernières étapes, avec encore 12 spéciales à disputer.

Classement général après la 2è étape

1. S Ogier / V Landais FRA Toyota GR Yaris 1hr 26min 39.4sec
2. K Rovanperä / J Halttunen FIN Toyota GR Yaris +36.0sec
3. T Neuville / M Wydaeghe BEL Hyundai i20 N +37.9sec
4. O Tänak / M Järveoja EST Ford Puma +54.2sec
5. E Evans / S Martin GBR Toyota GR Yaris +1min 2.3sec
6. D Sordo / C Carrera ESP Hyundai i20 N +1min 30.2sec

LE COUP DE GUEULE DE FRANCOIS DELECOUR

François Delecour était furieux après la 2è spéciale (photo Red Bull Content Pool)

Les deux spéciales inaugurales disputées de nuit ont été marquées par plusieurs sorties de route lors de l’ES 2, entre La Cabanette/Col de Castillon. Et pour cause. A un virage, des inconscients ont déversé de l’eau afin de former une plaque de verglas. Les routes étaient pourtant sèches pour le début du rallye souvent enneigé dans les cols de l’arrière-pays niçois.

Plusieurs cadors ont ainsi dérapé: Neuville, Serderidis, Rovanperä notamment. Cet agissement qui aurait pu provoquer des accidents plus graves ont provoqué la colère de François Delecour. A 60 ans, le Casselois qui dispute son 24è Monte-Carlo, n’a pas mâché ses mots. Et on le comprend.

Les termes en tous cas sont crus, mais justifiés. « Des fum… de spectateurs ont jeté de l’eau pour faire du verglas ! Qu’ils viennent me voir ces enc… ! Ce sont des e… de leur race, ce sont des m… ces gens-là ! J’ai été prévenu, mais j’ai quand même failli aller taper le talus. Ils ont jeté de l’eau pour faire du verglas…« 

Le vétéran nordiste en met aussi une couche, c’est le cas de le dire, sur les organisateurs, dans une vidéo réalisée par France Racing, visible sur Facebook. « Et la FIA, ils sont où là ? Ils vont continuer à nous laisser partir comme ça ? Il n’y a pas eu suffisamment de problèmes sur ces rallyes ? Qu’ils aillent voir ce qu’ils se passent sur les chronos (spéciales), le danger que c’est à cause de ces gens-là. Ils n’ont rien à foutre sur les rallyes ces gens-là, ce sont les mêmes que dans les stades de foot, les mêmes c… !

A propos de JEAN-MARC DEVRED 1019 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

1 Trackback / Pingback

  1. Monte-Carlo 2023 bilan des Nordistes

Les commentaires sont fermés.