CANOE-KAYAK : ADRIEN BART A LES CROCS

Canoé-kayak Adrien Bart
Adrien Bart était invité aux 4 Jours de Dunkerque (photo Pierre Willemetz/Sports 5962)

Cette semaine a lieu à Poznan (Pologne) la deuxième manche de la Coupe du Monde de course en ligne en canoé-kayak. Comme à Szeged (Hongrie) il y a quelques jours, plusieurs Nordistes y participent. C’est le cas de Adrien Bart, l’un des leaders du canoé en France. Nous avons rencontré le céiste immercurien, 4ème aux JO de Tokyo. Celui-ci fait le point sur sa saison et son programme jusqu’à Paris 2024, où il vise une médaille avec son équipier de l’ASL Grand Arras Loïc Léonard.

Vendredi, la commune d’Achicourt était très animée. Elle accueillait en effet la 4ème étape des 4 Jours de Dunkerque. Un invité d’honneur sur le podium animé par Daniel Mangeas: Adrien Bart. Le rameur immercurien était l’invité d’honneur des 4 Jours. Une petite pause conviviale et locale entre deux courses internationales. « J’aime beaucoup le vélo. On le pratique déjà pas mal dans notre préparation. Je regarde aussi beaucoup de sport à la télé, et je me suis pris de passion pour le cyclisme il y a 2-3 ans en regardant le Tour de France et d’autres épreuves. »

Adrien Bart et l’équipe de France sprint de course en ligne prennent donc l’avion mercredi à Paris, direction la Pologne pour leur deuxième rendez-vous international de la saison. Le premier, c’était début mai à Szeged. Loïc Léonard, 3ème en C1 500m, et Gabin Keirel, finaliste en paracanoé, avaient brillé en Hongrie. Plus que Adrien qui s’était contenté de deux finales B en C1 et en C2.

L’interview de Adrien Bart pour SPORTS 59/62.

La qualification olympique comme premier objectif

« Le bilan est en demi-teinte », avoue Adrien sur Szeged. « J’arrive avec un état de forme qui est vraiment top, prêt à en découdre. Il faut croire que je n’étais pas le seul dans cet état là…. J’ai eu du mal à m’adapter aux conditions. J’ai fait quelques erreurs et ça m’a coûté l’accession en finale A. »

Durant cette période passée « à la maison », Adrien et les autres athlètes nordistes ont aussi reçu une bonne nouvelle. Leur sélection officielle pour les championnats d’Europe et du Monde programmés en 2023. Trois Immercuriens participeront ainsi aux Jeux Européens du 21 et 25 juin à Cracovie: Adrien Bart, en Canoé monoplace 500 m et C2 500 m avec Loïc Léonard en C2 500 m; et Lucas Laroche, en C2 mixte 500 m.

Pour les championnats du Monde à Duisbourg, du 21 au 27 août, il y aura à nouveau Adrien en C1 1000 m et en C2 500 m avec Loïc. Mais aussi Gabin Keirel en K1 200 m paracanoë. Encore une première dans l’ histoire du club !

Canoé Adrien Bart
Adrien Bart en action à Szeged (photo FFCK)

On les retrouvera donc cette semaine à Poznan, une nouvelle étape sur la route de Paris 2024. « On a l’opportunité de corriger le tir. Mon niveau de forme sera le même. Par contre, l’envie, la réalisation, ce que je dois mettre en place, c’est beaucoup plus clair pour moi. Pour atteindre cette finale A en Coupe du Monde, et même les meilleures places. »

Un soldat au service de la France

Mais clairement, l’objectif de la saison, ce sera bien les Mondiaux de Duisbourg, qualificatifs pour les prochains Jeux Olympiques. Pour obtenir le précieux quota, le critère est simple: terminer dans les 8 premiers en C2. « Notre objectif avec Loïc, c’est donc de terminer dans les huit. Mais clairement, ce n’est pas ce qu’on vise. L’an prochain, les Jeux sont à la maison. Nous visons donc le podium. Etre dans les huit, c’est le minimum cette année, pour viser le podium l’année prochaine. »

« Avec Loïc, nous visons le podium à Paris »

Adrien Bart

Pour cela, le 4ème de Tokyo dispose des meilleures conditions de préparation. Il a intégré cette année l’Armée des Champions. Adrien Bart est employé par l’Armée de Terre et totalement détaché pour préparer ces Jeux. « Aujourd’hui je suis soldat. Et ma mission c’est de défendre les couleurs de la France à l’International. Pour cela, l’Armée me soutient et me verse une solde. Et moi je suis détaché à 100% pour m’entraîner dans les meilleures conditions. Avec en plus l’accompagnement de l’Armée qui est un soutien moral, qui nous permet d’aller chercher le meilleur à Paris. »

Des conditions idéales donc pour Adrien Bart, qui espère bien comme les autres Nordistes faire briller le canoé-kayak français aux prochains JO, ce qui n’avait pas été le cas à Tokyo 2020.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 1626 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.