CANOE-KAYAK : LE RETOUR DES IMMERCURIENS A LA MAISON

ASL canoé
Frantz Vasseur, Adrien Bart, Loïc Léonard et le président Olivier Bayle lors du retour au club (photo JMD/Sports 5962)

Après un été chargé en compétitions, les céistes de l’ASL Grand Arras canoé-kayak sont rentrés lundi de Munich, où se déroulaient les championnats européens multisports. Adrien Bart, Loïc Léonard et Frantz Vasseur ont rencontré leurs supporters et leurs proches à la base nautique Robert-Pecqueur de Saint-Laurent-Blangy. C’était l’occasion de faire le point sur leur saison.

C’est une tradition sympathique à Saint-Laurent-Blangy. A la fin de l’été, le club de canoé-kayak organise une réception bon enfant pour le retour de ses sélectionnés en équipe de France. C’était le cas ce mardi avec les trois membres du club présents aux championnats d’Europe à Munich. Tous les trois ont atteint leur objectif: se qualifier en finale. Le C1 500m pour Frantz Vasseur (8è); le C2 500m pour Adrien Bart et Loïc Vasseur (7è) et le C1 1000m pour Adrien Bart (5è). Ce dernier était forcément un peu-dessus d’avoir à nouveau raté le podium, après sa 4ème place à Tokyo, et la même place aux championnats du Monde à Halifax (Canada). Mais Adrien préfère positiver après une saison un peu laborieuse. Il n’est pas passé loin de la médaille.

Vidéo SPORTS 59/62. Adrien Bart à Saint-Laurent-Blangy.

Adrien Bart intègre l’Armée des Champions

 » C’est un bilan en demi-teinte entre les Mondiaux et les Europe », poursuit le céiste artésien. » A chaque fois on arrive en finale A. C’est une première étape. C’est super et on a de la chance de pouvoir disputer ces courses-là et de se donner à fond. Mais on aspire clairement, Loïc et moi, à mieux en C2 comme en C1. Même si maintenant, il faut prendre le temps pour faire les bilans et prendre des vacances, moi j’ai déjà très envie de retourner au travail pour l’année prochaine parce que je ne suis pas encore très satisfait de ces résultats. Et je vais continuer à travailler pour aller chercher plus… »

L’année prochaine sera marquée par les championnats du Monde à Duisbourg, en Allemagne. Dans l’optique de Paris 2004, Adrien Bart bénéficiera d’un changement important, comme l’a révélé son président Olivier Bayle. » Cette année, Adrien travaillait à plein temps pour le club. Mais il va intégrer l’Armée de champions .» C’est le nom officiel de l’équipe, où les athlètes dépendent du Centre national des sports de la Défense (CNSD). Il disposera ainsi des meilleures conditions pour préparer les Jeux Olympiques, qui seront probablement ses derniers.

trois statuts différents pour les Internationaux

Les trois céistes immercuriens ont d’ailleurs des statuts différents, qui leur permettent de se consacrer un maximum à la pratique de leur sport. Loïc Léonard ainsi travaille dans le secteur privé. Mais l’entreprise de mareyage Leroy Fish Cut, implantée à Saint-Laurent-Blangy. » C’est le 2ème producteur mondial de saumon. J’y effectue tout ce qui est communication et marketing. Mais j’ai un emploi du temps aménagé. Il y a une convention signée entre l’Etat, la Fédération, l’entreprise et moi-même qui m’alloue un détachement sportif. Je peux ainsi partir en stage ou en compétition. Je peux m’entraîner deux ou trois fois par jour. J’ai très peu de contraintes professionnelles. Bien sûr, je dois me rendre de temps en temps au bureau. Mais presque tout mon travail se fait à distance. C’est aujourd’hui mon principal partenaire et l’entreprise m’offre une aide très précieuse. »

Loïc Léonard termine 7ème en canoé biplace 500m à Munich (photo JMD/Sports 5962)

 » On sent qu’il ne manque pas grand-chose pour monter sur le podium »

Loïc Léonard

A Munich, Loïc Léonard a terminé 7ème du C2 500m aux côtés de Adrien Bart. Un résultat qui le satisfait. » Rentrer en finale, c’est toujours un objectif important car c’est là que sont données les médailles. On effectuent de très bonnes courses sur ce championnat d’Europe en accédant directement en finale dès les séries. C’est un niveau de performance que l’on n’avait pas encore atteint cette saison. On termine 7èmes. Donc pas de médaille mais honnêtement, on sent que notre C2 a bien progressé cette saison. On sent qu’il ne manque pas grand-chose pour atteindre les bonnes places et enfin monter sur le podium. »

La frustration oubliée de Frantz Vasseur

Le troisième larron de l’ASL canoé à Munich, Frantz Vasseur, lui, dispose d’une autre situation comme sportif de haut-niveau. Il récupère le poste de permanent au club qui lui permet de se préparer au mieux. » On part beaucoup en stage. De fin octobre à début mars, nous sommes quasiment en stage trois semaines par mois. Ici on a ce qu’il faut pour s’entraîner. Mais pour les conditions météo, on va aussi les chercher ailleurs. »

Huitième du C1 500m à Munich, Frantz se dit satisfait de sa performance. » Oui, ça clôture une belle saison. En demi-finale, je fais ma meilleure course avec mon meilleur chrono. Et puis, cerise sur le gâteau, je rentre dans la grande finale. Cela fait vraiment plaisir. »

Frantz Vasseur a donc digéré la déception de ne pas avoir disputé les championnats du Monde à Halifax. » Depuis le mois de janvier, le mode de sélection était clair. J’avais échangé avec l’entraîneur dessus. Si je ne faisais pas les perfs demandées, je ne serais pas aux championnats du Monde. Cela m’a permis de me concentrer sur une compétition, les championnats d’Europe, et cela m’a plutôt bien réussi. » Précisons que l’entraîneur national sprint n’est autre que l’Immercurien Anthony Soyez, qu’il côtoie donc à longueur d’année.

Frantz Vasseur a bien réussi ses premiers championnats d’Europe (photo JMD/Sports 5962)

Après ces Europe de Munich, la saison 2022 est donc globalement réussie pour les internationaux de l’ASL canoé-kayak. Elle n’est pas totalement terminée car il reste prochainement les championnats de France de short race à Mantes-la-Jolie. L’objectif est de ramener des points pour le classement national des clubs.

Prochain objectif: Duisbourg 2023

Mais les regards sont déjà braqués vers 2023. Olivier Bayle a profité de cette rencontre pour lancer un appel aux élus présents. Notamment le maire d’Arras Frédéric Leturque et celui de Saint-Laurent-Blangy Nicolas Desfachelle. D’abord pour voir comment obtenir des billets pour Paris 2024. Mais aussi pour aller supporter les sélectionnés immercuriens aux championnats du Monde 2023 à Duisbourg. » Il n’y a que quatre heures de route. La dernière fois, nous avions déplacés deux cars de supporters… »

Il est vrai que les élus comme les supporters du premier club de course en ligne de France sont derrière leurs athlètes. Ces derniers ne manqueront pas de soutien d’ici Paris 2024.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 817 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.