CANOE-KAYAK : UNE BASE NAUTIQUE AU TOP A SAINT-LAURENT-BLANGY

Base nautique Saint-Laurent-Blangy
La base nautique de Saint-Laurent-Blangy est unique en France (photo JMD/Sports 5962)

L’ASL Grand Arras canoé-kayak a inauguré son nouvel outil. Le stade nautique du Grand Arras vient d’être livré à son club résident, le meilleur de France en course ligne. Cette nouvelle base s’ajoute au stade en eaux vives créé il y a 20 ans. Il permet désormais à ses licenciés de s’entraîner au mieux sur la Scarpe toute l’année. Mais cet équipement flambant neuf va aussi servir à toute la population de l’agglomération arrageoise.

Vidéo Dailymotion Sports 59/62. Le président de l’ASL Canoë Olivier Bayle et le maire de Saint-Laurent-Blangy Nicolas Desfachelle.

Il y avait du monde vendredi 23 juin en fin de journée, sur les bords de Scarpe à Saint-Laurent-Blangy. Les élus de l’agglomération du Grand Arras étaient là pour célébrer un évènement positif: l’inauguration d’un équipement sportif de qualité. Le nouveau stade nautique du Grand Arras, qui servira à la fois le haut-niveau du canoë-kayak; mais aussi les scolaires et une population loisir.

Même si la base était ouverte depuis quelques semaines, le grand public a pu le découvrir à l’occasion de portes ouvertes le week-end. Un bâtiment et des installations flambants neufs.

Le bâtiment bâti en bord de Scarpe, à deux pas du centre d’Arras, s’étend sur 820 m2. Il comprend des espaces sportifs: vestiaires, salle de musculation, tank à pagayer… Des hangars, abris pour bateaux et des ateliers d’une surface de 680 m². Des abris complémentaires protègent les bateaux, sur 285m². S’y ajoutent des locaux administratifs : bureaux, salle de gestion de course, salles de réunion Et un club house pour la convivialité.

Vidéo Agglo Grand-Arras. Le clip de présentation du stade nautique

Un équipement économe en énergie

Cet équipement se veut aussi éco-responsable. Les façades largement vitrées permettent de bénéficier d’une lumière naturelle et des apports solaires, sans échauffement excessif grâce à l’emploi de brise-soleil. Les menuiseries extérieures sont en aluminium à rupture de pont thermique, en double vitrage. La production de chauffage se fait par chaudière gaz à condensation. Le chauffage des locaux est réalisé par radiateurs et panneaux rayonnants à eau chaude à basse température.

La production d’eau chaude est prévue par panneaux solaires. L’éclairage intérieur artificiel par luminaires LED sera gradable selon la luminosité et avec des détecteurs de présence. La ventilation sera opérationnelle par centrale de traitement d’air double flux. Sans oublier des panneaux photovoltaïques présents sur le site.

« Nous sommes à 800m du centre de l’agglomération », rappelle le président du club immercurien Olivier Bayle. « Nous avons un bassin de population de 120 000 personnes autour de nous. C’est formidable pour le recrutement. Mais l’enjeu est aussi d’attirer un public plus large, de développer la pratique pour handicapés ainsi que le sport au féminin. »

stade nautique grand Arras
Les membres du club ont présenté une parade nautique (photo JMD/Sports 5962)

Un morceau de la Scarpe canalisée permet l’accueil d’un bassin de compétition pour les courses de 200m et 500m, les distances olympiques. Ce bassin comprend aussi une aire de départ équipée d’un ponton et d’une plateforme de départ. Ainsi qu’une aire de compétition constituée de 8 couloirs de course pour le 200m et 6 couloirs de course et 1 couloir de remontée pour le 500m. Sans oublier une aire d’arrivée équipée.

Un coût de 6,4 millions d’euros

Les travaux, réalisés de janvier 2022 à mai 2023, s’élèvent à 6,4 M€ TTC, dont 1,66 M€ (26%) à la charge de la Communauté Urbaine d’Arras. La Région Hauts-de-France, le Département du Pas-de-Calais et l’Agence Nationale du Sport ont également subventionné ce nouvel équipement. La livraison a donc été rapide, avec seulement deux mois de retard.

En cette fin du mois de juin agréable, l’ensemble s’intégrait parfaitement dans ce paysage verdoyant à deux pas des centres-ville de Saint-Laurent-Blangy et Arras. « Nous sommes ici sur l’ancien cœur industriel d’Arras, à la confluence de trois communes : Arras, Saint-Laurent-Blangy et Saint-Nicolas« , comme l’a rappelé le maire de Saint-Laurent-Blangy, Nicolas Desfachelle.

Dans cet état d’esprit, le bassin sera régulièrement curé des mauvaises algues par une focardeuse, un peu comme aux Près-du-Hem à Armentières.

Stade nautique Grand Arras
Les élus ont reçu leur flamme olympique lors de l’inauguration (photo JMD/Sports 5962)

La base nautique artésienne, est aussi l’annexe du pôle olympique de Vaires-sur-Marne dans le cadre de la préparation des Olympiades 2024. C’est donc en premier lieu de préparation pour l’élite du club. C’est ainsi que Adrien Bart, Loïc Léonard et Lucas Laroche n’assistaient pas à cette inauguration. Ils couraient en effet au même moment aux Jeux Européens à Cracovie.

Mais le stade nautique du Grand Arras servira aussi de base arrière pour Paris 2024. Des délégations étrangères envisagent ainsi de préparer les prochains Jeux Olympiques à Saint-Laurent-Blangy. Une convention existe déjà avec la fédération de canoë-kayak d’Ouzbékistan. Des contacts existent aussi avec Israël et le Chili.

DES RESULTATS MITIGES POUR LES IMMERCURIENS A CRACOVIE

Stade nautique du Grand Arras
Adrien Bart et Loïc Léonard aux Jeux Européens (photo CNOSF/KMSP)

Les trois principaux internationaux de l’ASL Grand-Arras canoë-kayak étaient absents lors de l’inauguration. Et pour cause. Adrien Bart, Loïc Léonard et Lucas Laroche étaient en Pologne, où ils disputaient les 3èmes Jeux Européens. Leurs premiers résultats ont d’ailleurs été annoncés durant la cérémonie par leur président Olivier Bayle. Hélas, au final, ces résultats ne sont pas totalement satisfaisants.

Pas de médailles en effet dans ce contexte très relevé, avec les meilleurs Européens. Adrien Bart en C1 500m, et Lucas Laroche (C2 mixte 200m) parviennent néanmoins en finale. Mais ils terminent à la 9ème et dernière place. Adrien Bart, associé à Loïc Léonard, échouent en demi-finale et remportent la finale B. Ils se classent donc 10èmes à Cracovie.

Tous deux vont maintenant préparer les championnats du Monde de Duisbourg fin août, où ils devront décrocher leur qualification pour les Jeux Olympiques.

DEUX RAMEURS SENEGALAIS PREPARENT PARIS 2024 A ARRAS

Stade nautique grand Arras
Combe Seck, Edmond Sanka et Gabin Keirel préparent les Jeux Olympiques et Paralympiques (photo JMD/Sports 5962)

Dans le cadre de leur préparation aux qualifications olympiques, Combe Seck (canoë dame) ainsi qu’Edmond Sanka (kayak homme paracanoë KL3) s’entrainent désormais au Stade Nautique du Grand Arras et sont licenciés au club. En effet, ils ont déjà couru aux sélectives nationales de 200m à Boulogne-sur-Mer avec tout le groupe de compétition.

Ces deux athlètes bénéficient d’un soutien financier et logistique du Comité International Olympique avec une bourse d’aide à l’entraînement et à l’hébergement. Et grâce au président du Comité Olympique Sénégalais ainsi que du président de la Fédération Sénégalaise de canoë-kayak, et bien sûr de la candidature de l’ASL pour les accueillir, ce stage de longue durée a pu se mettre en place.

A cet effet, l’ASL lance un appel aux dons en faveur de Edmond Sanka. Ce kayakiste amputé d’une jambe à la suite d’un accident au Sénégal se déplace à l’ aide d’une prothèse ( de la mi-cuisse jusqu’ au pied) qu’ il a depuis 2015. Celle-ci est « usée » et il faut la changer pour se déplacer normalement et cela au delà du sport et de la préparation paralympique.

Le coût de la prothèse de la jambe en carbone plus le « pied articulé » est de 8000 €. Le réseau du club va permettre de diminuer ce montant  grâce à une facturation à prix coutant du matériel. Il resterait donc 5000 € à trouver. Le club lance donc un appel à solidarité : ce peut-être par un don de mécénat à l’ ASL. A ce titre, le club peut décerner des factures de mécénat pour les entreprises comme pour les particuliers.

http://www.helloasso.com/associations/asl-canoe-kayak-grand-arras/formulaires/1

A propos de JEAN-MARC DEVRED 1510 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.