CYCLISME: L’ARTIC RACE OF NORWAY GLISSE AU SUD

Artic Race of Norway 2022
07/08/2021 - Arctic Le peloton retrouvera les paysages superbes du Nord de la Norvège (photo Gauthier Demouveaux ARN)

Les premières courses par étapes ont commencé en France avec l’Etoile de Bessèges et le Saudi Tour. Le Golfe Persique offre des courses au soleil dépaysantes. En aôut, l’Artic Race of Norway 2022 offrira également du dépaysement aux coureurs, mais dans des décors complètement différents. Le parcours de la course la plus au nord du monde vient d’être présenté par les organisateurs.

Connue comme « la course au-dessus du cercle arctique », l’Arctic Race of Norway va voir sa neuvième édition se dérouler entièrement en-dessous du cercle arctique, du 11 au 14 août, où les favoris se disputeront le maillot du classement général. Quatre étapes sont prévues, de Mo i Rana, qui a déjà accueilli l’épreuve en 2016, à Trondheim, la troisième ville la plus peuplée de Norvège qui entretient une forte et ancienne passion pour le sport cycliste.

Des sommets … à 475m !

Pour la première fois également, l’Arctic Race of Norway va se dérouler en totalité en-dessous du cercle arctique après une première incursion en 2016. Cette année-là, Gianni Moscon avait décroché sa première victoire professionnelle au sommet de Korgfjellet. Les deux versants de cette ascension sont cette fois au menu de la première étape mais assez loin de l’arrivée, ce qui laisse supposer qu’elle ne sera pas aussi décisive qu’il y a six ans. Le final en faux-plat (900 mètres), sur un circuit de 10,5km à couvrir à deux reprises à Mo i Rana, favorise a priori un puncheur.

Vidéo ASO. Les meilleurs moments de l’édition 2019.

Les purs sprinters apprécieront plus la deuxième étape et son arrivée inédite sur la cité côtière de Brønnøysund. Mais à la différence des photographes, ils risquent de rater le panorama sur Torghatten. Le rocher a rendu légendaire son trou au milieu, mais les images vont faire le tour du monde et montrer les beautés naturelles du nord de la Norvège. Mosjøen, qui accueillera le départ, va perdre son statut de point le plus au sud dans l’histoire de l’ARN mais retrouver l’atmosphère particulière de l’évènement.

Un final pour les puncheurs

Les grimpeurs prendront leur tour en direction de Skallstuggu (alt. 475m), le sommet choisi pour décanter la situation dans cette neuvième édition. C’est une côte de 3,7km avec une pente à 6% de moyenne et un passage à 13%. « Elle est très irrégulière« , décrit Yannick Talabardon, le directeur technique de l’épreuve.  » Elle comprend un kilomètre vraiment dur. C’est une très belle arrivée au sommet qui surviendra après une deuxième partie d’étape fort vallonnée. Les coureurs seront donc bien usés avant la montée finale. Cela dit, elle ne devrait pas engendrer de trop gros écarts entre les meilleurs. Une fois encore, la grande explication pour la victoire finale devrait avoir lieu le dernier jour. »

Le coureur de Cofidis Thomas Champion avait brillé lors de l’édition 2019 (photo ARN/Thomas Maheux)

Le parcours de la quatrième étape a été proposé par l’enfant du pays Atle Kvålsvoll, véritable légende cycliste de Trondheim. Celui-ci a joué comme équipier un rôle fondamental dans la troisième conquête de Greg LeMond sur le Tour de France en 1990. Long de 8km, le circuit final passera par le Gamle Bybro (le pont de la vieille ville) qui enjambe la rivière Nidelva, avant d’affronter la côte de la tour Tyholt, qui monte tout droit sur 1,4km à 8% de moyenne et un secteur à 17%.

L’Artic Race of Norway est la course la plus septentrionale du Monde. Les retombées sont importantes dans cette course très populaire en Norvège.

Artic race of Norway
La carte du parcours @ASO

Les étapes de l’Artic Race of Norway 2022

1. Jeudi 11 août, 1è étape: Mo i Rana – Mo i Rana (185 km)

2. Vendredi 12 août, 2e étape : Mosjøen – Brønnøysund (155 km)

3. Samedi 13 août, 3e étape : Namsos – Skallstuggu summit (180 km)

4.   Dimanche 14 août, 4e étape : Trondheim – Trondheim (160 km)

Infos ASO

A propos de JEAN-MARC DEVRED 908 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.