CYCLISME : VICTOR LAFAY FROLE LA VICTOIRE A TIRRENO-ADRIATICO

Tirreno-Adriatico Victor Lafay
L'équipe Cofidis a été très présente dans la 4è étape de Tirreno-Adriatico (photo Team Cofidis/Getty Image)

Le Slovène Primoz Roglic (Jumbo Visma) remporte la 4ème étape de Tirreno-Adriatico devant le Français Julian Alaphilippe (Soudal-Quick Step) et le Britannique Adam Yates (UAE Team Emirates). Filippo Ganna (Ineos Grenadiers) perd son maillot de leader au profit de Lennard Kämna (Bora-Hansgrohe). Cette étape de Tirreno-Adriatico a été animée par les coureurs de Cofidis, dont Victor Lafay qui est passé tout près de la victoire.

Cette 4e étape de Tirreno-Adriatico ressemblait ainsi à celle de la veille sur Paris-Nice avec une première explication attendue entre les favoris. Les quatre montées de Tortoreto promettaient en effet une sacrée bataille et elle a eu lieu lors des 219 km à parcourir, avec les coureurs Cofidis comme protagonistes majeurs. 

Après avoir été protégé par l’ensemble de ses coéquipiers, Victor Lafay répondait ainsi à l’attaque incisive de Julian Alaphilippe dans la première montée. Ensuite, il reste aux avant-postes avec Rémy Rochas et Anthony Perez au moment où les coureurs longeaient l’Adriatique. Et quand la route s’est élevée à nouveau, Guillaume Martin a porté une attaque à 2 km du sommet.

En tête à 300m de l’arrivée

Victor Lafay attendait impatiemment son heure avant de d’attaquer à son tour dans les derniers hectomètres de la course. Le Savoyard est ainsi en tête à 300 mètres de la ligne. Mais il cède devant les favoris, Primoz Roglic en tête. À l’arrivée, Lafay termine néanmoins à la 7e place, avec les meilleurs.

« On a fait une super course avec l’équipe aujourd’hui », expliquait Victor Lafay après ce temps fort de Tirreno-Adriatico. « J’avais coché cette étape et je me sentais vraiment bien, d’autant que je m’étais relevé hier pour garder toutes mes chances de faire l’arrivée aujourd’hui. Les jambes étaient vraiment bonnes, c’est un point très positif. Tous ont fait un travail incroyable pour bien me placer.« 

La montagne sera une nouvelle fois au menu, vendredi, avec l’ascension finale vers Sarnano-Sassotetto. Et comme aujourd’hui, les coureurs Cofidis comptent bien jouer leur carte à fond et exploiter les opportunités qui s’offrent à eux.

OLAV KOOIJ VAINQUEUR AU SPRINT A PARIS-NICE

Paris-Nice Olav Kooij
Olav Kooij bat les favoris au sprint à Saint-Paul-Trois-Châteaux (photo ASO/Aurélien Vialatte)

Après la belle performance de Victor Lafay à Tirreno-Adriatico, on attendait une nouvelle explication au sprint sur les routes de Paris-Nice ce jeudi. À Saint-Paul-Trois-Châteaux, après 212,4 km, il fallait être particulièrement agile pour se mêler à la bataille finale. « C’était une étape de transition, sans vent et ce n’est jamais évident d’être au taquet dans ce genre de journée », soulignait ainsi Alain Deloeuil, le directeur sportif de Cofidis.

Comme prévu, l’étape s’est terminée par un sprint massif. Le coureur de Jumbo-Visma Olav Kooij est le plus fort. Le tout jeune sprinteur néerlandais, deuxième à Fontainebleau derrière Mads Pedersen, a pris sa revanche en battant précisément l’ancien champion du monde danois dans les derniers mètres. À 21 ans, il devient le plus jeune vainqueur d’une étape de Paris-Nice depuis Peter Sagan durant l’édition 2010.

Olav Kooij sera au départ du prochain Grand Prix de Denain, le 16 mars, à la tête de l’équipe Jumbo Visma. Au classement général de Paris-Nice, Tadej Pogacar reste en tête mais cède tout de même 4’’ à David Gaudu sur le sprint intermédiaire du jour.

Bien en forme et bien placé, Bryan Coquard prend la 6e place. Il s’agit de son 2e ‘top 10’ depuis le début de Paris-Nice après celui obtenu à La Verrière (7e) et le 3e de l’équipe Cofidis (9e place d’Alexis Renard à Fontainebleau). Au classement général, Ion Izagirre reste au 12e rang. L’étape de demain, avec cinq côtes répertoriées devrait permettre aux baroudeurs de s’exprimer, même si Bryan Coquard aimerait se mêler à la bagarre pour la victoire.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 1608 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.