FOOTBALL : FRANCE-ECOSSE, LA SOIREE DE BATARD DE BENJAMIN PAVARD

France-Ecosse Benjamin Pavard
Benjamin Pavard retrouvait le stade Pierre-Mauroy (photo JMD/Sports 5962)

L équipe de France de football bat largement l’Ecosse 4-1 en match amical mardi 17 octobre au stade Pierre-Mauroy de Villeneuve-d’Ascq. Devant des tribunes bien garnies, les Bleus ont fait le spectacle après avoir concédé le premier but. De plus, le public a vibré pour le héros de match France-Ecosse qui s’appelle Benjamin Pavard. Le défenseur nordiste a marqué deux buts avant de terminer le match avec le brassard de capitaine. Une soirée de folie pour l’ancien joueur du LOSC.

Dix jours seulement après le dernier match de la Coupe du Monde de rugby (Tonga-Roumanie), le Stade Pierre-Mauroy accueillait un nouveau match international, en football cette fois, avec ce France-Ecosse sans enjeu. Malgré cela, les tribunes étaient à nouveau pleines. Et les nombreux supporters lillois présents ont apprécié la composition de l’équipe de France. Leurs deux chouchous Mike Maignan et Benjamin Pavard étaient titulaires.

Didier Deschamps a procédé à quatre changements après Pays-Bas/France. Hormis le Jeumontois Pavard en défense centrale, Camavinga entrait au milieu, tandis que Giroud et Dembélé remplaçaient Kolo Muani et Coman. L’ex-Lensois Jonathan Clauss conservait sa place sur le côté droit, tandis que Brice Samba restait sur le banc, avec Alphonse Aréola..

Benjamin Pavard, le héros de France-Ecosse

Le décor était ainsi planté pour une soirée de football disputée dans la première fraîcheur de l’automne, sur une pelouse finalement plutôt bien retapée par les jardiniers locaux, après les cinq matches de rugby.

Vidéo FFF. L’interview de Benjamin Pavard après le match.

Un homme a brillé de mille feux dans ce stade qu’il connaît bien. C’est Benjamin Pavard. Tout le monde se souvient du but marqué contre l’Argentine lors de la Coupe du Monde 2018. Un but marqué suite à « une frappe de bâtard » qui sauvait l’équipe de France. Mais depuis, le petit gars de Jeumont a dû attendre le 17 novembre 2020 pour marquer à nouveau sous le maillot bleu, contre la Suède.

Et il a surtout connu un vrai vide lors de la Coupe du Monde 2022. Didier Deschamps l’a complètement écarté après le premier match raté contre l’Australie. La bouderie avec le sélectionneur national a duré un moment. Il est redevenu titulaire le 27 mars dernier lors du match contre l’Irlande, où il a d’ailleurs marqué.

Mais en passant du poste de latéral droit à celui de central, Benjamin Pavard a montré lors de ce France-Ecosse qu’il n’avait rien perdu de ses qualités. Devant un public entièrement acquis à sa cause, le Nordiste va réaliser un « match de bâtard… » Après la douche écossaise du début, il réussit un étonnant doublé, en marquant deux fois de la tête, aux 16è et 25è minutes. Il manque même le triplé de peu à la 38è minute. C’est son capitaine Kylian Mbappé qui va en profiter en marquant le pénalty consécutif à une faute sur Giroud.

L’adoubement de Kylian Mbappé

Benjamin met cependant fin à deux séries. Cela faisait 10 ans, depuis Mamadou Sakho contre l’Ukraine, qu’un défenseur n’avait pas marqué deux buts dans le même match. Mieux, il faut remonter à juillet 1998 pour voir un Bleu marquer deux buts de la tête. C’était tout simplement lors de la finale de la Coupe du Monde avec Zidane en personne. Une soirée historique donc avec cette performance XXL de Pavard.

Et cerise sur ce gâteau déjà bien copieux. En sortant à quelques minutes de la fin, Kylian Mbappé l’adoube en lui confiant le brassard de capitaine pour terminer la rencontre. Benjamin ne pouvait espérer plus belle fin.

« Cela m’a fait plaisir de revenir dans le Nord« , confiait Benjamin Pavard après France-Ecosse. « C’est mes premiers buts ici. Je n’avais pas marqué quand je jouais à Lille. J’espère que cela va continuer comme cela et on va savourer et se remettre au boulot demain. » Et sur ce capitanat inattendu: « ça m’a fait aussi fait plaisir. Avoir le brassard, surtout ici à Lille qui est un club qui me tient à coeur. »

Un hommage unanime

Didier Deschamps a en tous cas apprécié la prestation de son défenseur, désormais intégré à son poste de prédilection. « Je retiens ces deux buts, mais aussi son attitude en tant que défenseur central », déclare ainsi le sélectionneur en conférence de presse. « Il a été efficace dans un rôle qui lui convient mieux. Je lui ai dit en début de stage, à partir du moment où il est en difficulté et pas en confiance à droite, il allait avoir un rôle sur ce rassemblement. »

Ses équipiers aussi ont félicité le Jeumontois pour son rôle décisif dans ce match amical. « Il s’est bien positionné sur les coups de pied arrêtés. On est content pour lui. Il se savait attendu. Il avait forcément à cœur de faire une bonne prestation, c’est ce qu’il a fait. C’est bien pour le groupe France », dit ainsi Aurélien Tchouaméni. « J’aurais bien aimé qu’il mette le triplé sur le penalty de Kilian. Mais bon, on ne peut peut pas tout avoir dans la vie« , confie Ibrahima Konaté de son côté.

Un attaquant de métier, Olivier Giroud, souligne ainsi sa performance. « Il plonge au premier sur un service de Kylian. Il est là à l’affût au bon endroit au bon moment. Je suis super content pour lui après sa première apparition dans l’axe. Il finit même avec le brassard de capitaine. C’est super pour lui et pour l’équipe… »

Vidéo Dailymotion SPORTS 59/62. La réaction de Olivier Giroud en zone mixte après France-Ecosse

Après la « frappe de bâtard » de 2018, un « match de bâtard » pour Benjamin Pavard avec ce France-Ecosse à Lille, que le Jeumontois n’est pas prêt d’oublier…

Retrouvez l’interview de Aurélien Tchouaméni et Ibrahima Konaté sur Dailymotion SPORTS 59/62.

La feuille de match

FRANCE – ÉCOSSE : 4-1  (3-1)
Le mardi 17 octobre, à Villeneuve-d’Ascq (Decathlon Arena stade Pierre-Mauroy). Arbitre : Daniel Siebert (ALL). 44 000 spectateurs environ. Match amical. Toit ouvert. Soirée fraîche. Pelouse en mauvais état.

Buts. – France : Pavard (16e, 25e), Mbappé (41e s.p.), Coman (70e) ; Écosse : Gilmour (11e). Avertissements. – Écosse : Patterson (37e), Cooper (39e), Taylor (84e). 

FRANCE : Maignan – Clauss, Pavard, Konaté (Lukeba, 87e), T. Hernandez – Tchouaméni (B. Kamara, 77e), Griezmann (Yo. Fofana, 77e), Camavinga – O. Dembélé (Coman, 64e), Giroud (M. Thuram, 64e), K. Mbappé (cap., Kolo Muani, 87e). Sélectionneur : Didier Deschamps. Remplaçants : Areola (g.), Samba (g.), Gusto, L. Hernandez, Todibo, Rabiot. 

ÉCOSSE : Kelly (Clark, 46e) – Patterson (McGinn, 89e), Hendry, Cooper (Souttar, 65e), McKenna, G. Taylor – Ferguson, McTominay (cap.), Gilmour (Armstrong, 77e), McLean (Christie, 77e) – C. Adams (Brown, 65e). Sélectionneur : Steve Clarke. Remplaçants : Gunn (g.), Porteous, Johnston, McGregor, Dykes. 

A propos de JEAN-MARC DEVRED 1513 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.