FOOTBALL : L’USL DUNKERQUE SANS PRESIDENT !

USL Dunkerque Scouarnec
Jean-Pierre Scouarnec à gauche aux côtés du maire Patrice Vergriette (photo JMD/Sports 5962)

La nouvelle est tombée brutalement lundi soir. Jean-Pierre Scouarnec annonce sa démission de la présidence de l’Union sportive du littoral de Dunkerque (USLD) ! Le bouillant président dunkerquois avait laissé planer la menace depuis sa mise en minorité dans le capital du club qui évolue cette saison en Nationale 1. Mais il n’a pas tardé à la mettre à exécution, laissant le navire sans capitaine.

La défaite vendredi soir contre Martigues (0-1) au stade Tribut a t’elle déclenché cette décision ? Peut-être. Mais ce résultat peu glorieux n’hypothèque pas encore les chances des maritimes de remonter en Ligue 2, après un début de saison étincelant. Elle a tout juste provoqué un « coup de gu… » de l’entraîneur Romain Revelli contre ses joueurs. En réalité, la crise à l’USLD n’est pas sportive, mais bien politique, si l’on en croit les propos de Jean-Pierre Scouarnec devant la presse locale dans l’après-midi de lundi.

Cet été déjà, deux des trois actionnaires du club, Eddy Dobbelaere et Douglas Broucke, ont cédé leurs parts, qui représentaient 52% de celles de l’USLD. Si bien que JPS se retrouvait actionnaire minoritaire avec 28% des parts. Et apparemment, il a mis les partants au pied du mur ce lundi.

« J’ai demandé un conseil d’administration ce matin qui a eu lieu à 8 h pour demander où ça en était. J’avais deux questions : avez-vous choisi et quand allez-vous l’annoncer ? Ils ont dit qu’ils n’avaient pas choisi. . Les salariés administratifs se posent des questions sur leur avenir, le staff sportif et médical également, les joueurs également. Pour travailler sur le mercato hivernal, on a besoin de savoir qui sera le patron. Comme on ne le saura pas, j’ai décidé de déposer sur la table ma démission de la gérance de la société et donc de la présidence. »

Pas un simple coup de tête

Président de l’USL Dunkerque depuis 2014, Scouarnec affirme n’avoir pas agi sur un coup de tête. « Cette décision a été pesée et réfléchie depuis quelques semaines. Il faut que les choses bougent, que le club sache où il va. Cette non-annonce met l’USLD en danger. »

Descendue en Nationale 1 après deux saisons laborieuses en Ligue 2, l’USL Dunkerque a toujours le statut professionnel, laissé durant deux ans aux clubs relégués. L’objectif était clairement la remontée à l’échelon supérieur dès la fin de saison.

Toujours est-il que cette démission brutale plonge tout le monde dans l’embarras. Pas de réaction au club lundi soir, puisqu’il n’y a plus de patron, et que l’on attend le nom du successeur. Ou tout au moins la mise en place d’un intérim. Pas de réaction non plus du côté de la ville et de la communauté urbaine de Dunkerque, dirigées toutes deux par Patrice Vergriete. Les deux hommes semblaient pourtant dans les meilleurs termes, après une cohabitation difficile lors de l’arrivée de Patrice Vergriete à la mairie.

Ce n’est pas le premier coup d’éclat de Jean-Pierre Scouarnec, dont on connaît le franc-parler à Dunkerque. On se souvient ainsi qu’il avait claqué la porte de la peu connue association des clubs de Nationale, au sortir du premier confinement, au printemps 2020.

On assiste en tous cas à une valse des présidents dans les clubs de football de la Côte d’Opale. Il y a trois semaines en effet, Reinold Delattre démissionnait de la présidence de l’US Boulogne Côte d’Opale, tombée en Nationale 2. La différence, c’est que la succession à l’USBCO était prévue. Vincent Boutillier est ainsi devenu président d’un club au plus mal sur le plan sportif.

Les deux clubs frères ennemis de la côte auront donc connu une annus 2022 horribilis, chacun à son niveau…

A propos de JEAN-MARC DEVRED 1018 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.