JEUX OLYMPIQUES 2024: LILLE SE PRÉPARE DANS LA SÉRÉNITÉ

Paris 2024 à un an des Jeux
Le stade Pierre-Mauroy en configuration JO @Paris 2024

Dans quatre mois débuteront les 33èmes Jeux Olympiques d’été de l’ère moderne. Ceux-ci auront lieu du 26 juillet au 11 août, à Paris et en Ile-de-France. Mais aussi dans plusieurs villes de province. La plus active sera Lille, qui accueille les tournois de basket-ball et de handball au stade Pierre-Mauroy, durant les deux semaines de compétition des Jeux Olympiques 2024. La métropole lilloise se prépare à accueillir 1 million 250 000 spectateurs à cette occasion. A quelques mois de l’évènement planétaire, le vice-président de la Métropole européenne de Lille chargé des Sports, Eric Skyronka, fait le point sur l’organisation des JO à Lille, pour SPORTS 59/62.

Vidéo Dailymotion SPORTS 59/62. L’interview de Eric Skyronka, vice-président de la MEL.

La Métropole lilloise accueillera donc les Jeux Olympiques pour la première fois de son Histoire. Et plus précisément, le stade Pierre-Mauroy de Villeneuve-d’Ascq. Et ce ne sera pas que pour un simple « one-shot ». Durant deux semaines, du 27 juillet au 11 août, l’enceinte villeneuvoise recevra pas moins de 52 matchs de basket et de handball, féminins et masculins (36 en basket-ball, 16 en handball) . Un programme somptueux avec notamment les 4 équipes de France, toutes médaillables. Derrière Paris, la capitale des Flandres est donc la ville la mieux servie pour ces Jeux d’Été, les 3èmes organisés en France.

La Métropole Européenne de Lille est donc le partenaire principal du Comité d’organisation des Jeux Olympiques (COJO) Paris 2024. Les 33èmes Jeux Olympiques d’Été de l’ère moderne. Le président Tony Estanguet est venu deux fois sur place constater l’avancée de l’organisation lilloise.

Tony Estanguet lors de sa visite à Lille en janvier

L’expérience des grandes compétitions

Le compte-à-rebours est désormais commencé pour la MEL. A quatre mois de l’évènement sportif le plus important de la planète, Eric Skyronka fait le point pour SPORTS 59/62. En tant que vice-président chargé des sports, le maire de Lys-les-Lannoy est bien sûr en première ligne pour l’organisation qui dépasse les précédentes. Le Grand Stade de la MEL a en effet déjà accueilli le championnat d’Europe de basket féminin; la Coupe Davis de tennis; l’Euro 2016 de football; le championnat du Monde de handball masculin; la Ligue des Nations de volley-ball; et tout dernièrement, la Coupe du Monde de rugby. Autant dire que Lille, avant ces Jeux Olympiques 2024, dispose d’une solide expérience en matière de grands évènements sportifs.

Mais les Jeux Olympiques, c’est la dimension supérieure. Ainsi qu’une forme de consécration pour le savoir-faire nordiste.

La Résidence des athlètes. Elle est construite sur le site du Stadium de Villeneuve-d’Ascq, qui a totalement été refondu avec notamment la disparition des tribunes en virages. Cette résidence accueillera 495 logements et sera transformée en résidence universitaire après les Jeux.  » Elle est déjà prête. Elle sera ainsi livrée avec 15 jours d’avance le 15 avril. Le COJO l’a récupérera le 1è mai. » Hormis les logements qui sont grand confort, il y a aussi des services au rez-de-chaussée qui permettront une vie sur place, dans ce petit village olympique, avec aussi un restaurant pour les athlètes.

Jeux Olympiques 2024 à Lille
Eric Skyronka (à droite) avec Renaud Lavillenie, et le président du TLM Pascal Lahousse (photo JMD/Sports5962)

On sait déjà que les équipes de France féminines de basket et de handball logeront à l’Olympium de Villeneuve-d’Ascq. Ce qui ne sera pas le cas des hommes ni de la Dream Team américaine qui préfèrent le confort de grands hôtels de la région.

Deux priorité: la sécurité et les transports

La sécurité. C’est la priorité des organisateurs actuellement.  » Nous avons une réunion toutes les trois semaines en préfecture sur ce dossier, mais aussi les transports et les parcours ». La rénovation du stadium a été conçue dès le départ dans ce sens. Bien entendu, tous les dispositifs de sécurité sont tenus top-secret. Un recrutement supplémentaire d’agents de sécurité avec des formations à l’appui a lieu pour compléter l’importante présence sur place des forces de l’ordre et des sociétés spécialisées.  » Il y aura ainsi une sanctuarisation du Grand Stade pour la sécurité et l’accès.« 

 » Un gros challenge à relever avec 4 matchs par jour « 

Eric Skyronka, vice-président de la MEL

Les Transports. C’est sans nul doute le souci principal, comme à Paris.  » Nous avons un gros challenge à relever. Il faudra en effet gérer la première semaine avec le basket, quatre sessions par jour, avec tous les flux de circulation que cela engendre ». Rien à voir donc avec un match du LOSC en soirée. Ni même avec la Coupe du Monde de rugby où tout s’est bien passé. Cela implique une gestion des parkings avec des entrées et des sorties enchaînées.  » Il faut savoir que seulement 23% des parkings situés autour du Grand Stade sont occupés habituellement au mois d’août. »

Toute la métropole concernée

La route principale reliant Lille à Villeneuve-d’Ascq sera la voie olympique, avec toutes les restrictions d’accès que cela implique. Des travaux sont entrepris sur la RN 227. «  Mais la première quinzaine d’août est toujours la période la moins chargée en circulation, ce qui facilitera les choses« . Ilevia renforcera bien sûr ses lignes durant la période des JO, même s’il n’y aura pas le doublement des rames, comme cela avait été espéré. Il y aura donc beaucoup plus de bus et des navettes permanentes. Les stations V’Lille aussi seront renforcées pour inciter aux déplacements autour du stade Pierre-Mauroy.

Les sites d’entraînement. Un certain nombre d’équipements de la métropole lilloise sont labellisés Paris 2024, et pourront accueillir les équipes pour leur entraînement sur place. Le principal est le Palacium de Villeneuve-d’Ascq. Mais il y a aussi la salle Marcel Cerdan, la salle Maurice Herzog, le Palais des Sports Saint-Sauveur à Lille. «  Des conventions ont été passées avec les villes concernées pour la mise à disposition de ces équipements. »

Un gros succès populaire en vue

La billetterie.  » Comme vous, je la suis sur le site officiel de Paris 2024« . Il y en a encore un peu à vendre pour le basket-ball. Mais il s’agit des places les plus chères. Il y aura aussi forcément de la revente quant le programme définitif des matchs sera connu. 2 000 places sont également réservées pour permettre aux classes défavorisées de voir un match. Pour le handball comme le basket, l’Arena Pierre-Mauroy aura une norme de 27 000 places. Le record de fréquentation se situe à 28 232.  » Elle sera mise à disposition du COJo trois semaines avant la compétition, notamment pour l’installation de la ventilation. C’est pourquoi nous ne pourrons accueillir cette année les 1/2 finales du Top 14 de rugby. »

Volontaires Paris 2024
L’Aréna Pierre-Mauroy en configuration handball @Paris2024/ Elisa/Valode et Pistre Architectes/ Atelier Ferret Architecture)

Les fans zones. Il n’y en aura pas contrairement à Paris ou d’autres villes en Ile-de-France et dans le pays. La frilosité des derniers préfets du Nord est certainement l’explication principale. Les gens qui n’ont pas la chance d’avoir pu acheter des billets devront donc suivre les Jeux à la télé, comme s’ils avaient lieu à l’étranger… Et comme cela avait été le cas pour le rugby. Dommage…

Les animations. S’il n’y aura pas de vraie fan zone, avec diffusion sur écran géant, des animations sont néanmoins prévues. Il y aura ainsi un roadshow organisé par la Fédération française de handball. Des week-ends d’animation sont prévus en juin, avec l’installation de 50 terrains dans la MEL.

Un investissement important

Le coût.  » La MEL verse 15 millions d’euros à Paris 2024 pour accueillir les 52 matchs. Nous nous étions positionné au départ sur le volley-ball. Mais nous sommes comblés d’accueillir le basket et le handball. Cela promet un beau succès avec notamment des équipes de France très performantes. » Sans oublier la Team USA en basket qui va certainement suscité un « boom » au niveau de la billetterie.

 » Ne pas faire d’ombre à la Tour Eiffel « 

Eric Skyronka

C’est pourquoi les élus de la MEL ont mal vécu l’exclusion de la métropole lilloise sur l’affiche officielle, vu l’important investissement financier et humain consenti pour accueillir ces Jeux Olympiques 2024 à Lille.

 » Le stade Pierre Mauroy n’a pas vocation à faire de l’ombre à la tour Eiffel », conclut Eric Skyronka.  » On est partenaires de ces Jeux. Mais nous sommes très fiers de contribuer à la réussite de ces Jeux Olympiques de Paris. »

Les Jeux Olympiques en chiffres

  • 16 jours de fête du 26 juillet au 11 août 2024
  • 329 épreuves olympiques dont 52 rencontres se joueront sur le territoire de la Métropole Européenne de Lille
  • 36 rencontres féminines et masculines de basket se joueront à la Décathlon Arena – stade Pierre-Mauroy
  • 16 épreuves de handball se tiendront entre le 27 juillet et le 4 août au stade Pierre-Mauroy
  • 39 sites olympiques sur le territoire national, dont la Métropole Européenne de Lille
  • 28 disciplines olympiques traditionnelles et 22 sports paralympiques
A propos de JEAN-MARC DEVRED 1641 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.