VOILE : LE TEAM FRANCE SAILGP VEUT SE RELANCER EN NOUVELLE-ZÉLANDE

Voile SailGP France à Christchurch
Quentin Delapierre à la barre du France SailGP (photo Felix Diemer pour SailGP)

Christchurch (Nouvelle-Zélande) accueille la 9e manche du calendrier de 13 étapes de la saison 4 du SailGP. Ce qui signifie que la flotte entre désormais dans la fin décisive de la saison. La pression sera exercée sur les équipes de milieu de flotte – comme la France à la 5ème place – pour grimper au classement du SailGP 2024. Et s’emparer de l’une des trois places convoitées pour participer à la Grande Finale dans laquelle le vainqueur rafle tout. Après une très belle saison 3, le team France de Quentin Delapierre est en effet à la peine.

S’exprimant lors de la conférence de presse avant l’événement, Quentin Delapierre a admis que la Grande Finale du SailGP de l’année dernière à San Francisco – qui a vu la France sortir du top trois par Emirates GBR – avait été « vraiment douloureuse pour toute l’équipe. Cela fait partie de notre héritage et cela compte à la toute fin, lorsque le Championnat [Grand Final] arrive« , a déclaré le pilote français.

La France a notamment manqué de confiance et de conviction au début de la saison 4, ce qui a entraîné de nombreuses performances médiocres. Mais à l’aube de l’étape européenne, le retour de la France a commencé. L’équipe a remporté la 4ème place lors de quatre épreuves successives – Tarente, Dubaï, Abu Dhabi et Sydney, manquant de peu une place dans ces finales.

Duel en vue avec les Danois

 » C’est vraiment frustrant (…) et c’est difficile parce que nous avons été à plusieurs reprises à égalité de points et que nous n’avons pas atteint la finale », a-t-il déclaré. « C’est du sport de haut niveau et c’est toujours une petite marge qu’il faut gérer. » À l’approche de la dernière ligne droite avant la Grande Finale de San Francisco, Delapierre a déclaré que l’équipe « n’a pas besoin de changer grand-chose », sauf un changement de mentalité. « Nous devons y croire davantage – nous avons montré la saison dernière que nous étions capables de le faire – nous devons juste croire davantage en ce que nous faisons.« 

À l’approche de Christchurch, les Français n’ont que sept points de retard sur ROCKWOOL DEN en troisième position, ce qui signifie que l’équipe de Delapierre est sous pression pour battre les Danois afin de conserver une chance de se qualifier pour les trois derniers.

SailGP France en Nouvelle-Zélande
Le team France à la lutte avec le team Espagne sur le plan d’eau de Christchurch (photo Ricardo Pinto pour SailGP)

Réfléchissant à la récente victoire des Français Erwan Fischer et Clément Péquin aux Championnats du monde 49er, Delapierre a aussi admis « qu’il y a toujours un risque » qu’il soit remplacé si les résultats ne s’améliorent pas. « C’est la meilleure ligue du monde et si vous n’êtes pas le meilleur, vous devez partir, c’est aussi simple que cela », a-t-il déclaré.

Le Grand Prix ITM de Voile de Nouvelle-Zélande | Christchurch a lieu les 23 et 24 mars, avec des courses à partir de 15h00 (heure locale).

Infos SailGP

Classement Saison 4 après 8 manches

1 // Australia 66 points

2 // New Zealand 58 points**

3 // ROCKWOOL Denmark 52 points

4 // Spain 48 points*

5 // France 45 points

6 // Emirates GBR 45 points

7 // United States 45 points

8 // Canada 38 points***

9 // Germany 21 points****

10 // Switzerland 17 points*****

Le team France SailGP

L’une des six équipes originelles de SailGP , la France est dirigée par le pilote Quentin Delapierre, qui a réuni une équipe de choc lorsqu’il a pris ses fonctions de pilote au cours de la saison 2. Il compte ainsi dans ses rangs le régleur Kevin Peponnet et le contrôleur de vol Jason Saunders, qui courent avec les Bleus aux côtés des stratèges Amélie Riou et Manon Audinet, et des grinders Matthieu Vandame, Olivier Herledant et Timothe Lapauw. L’équipe de France SailGP , connue sous le nom de « Les Bleus », privilégie les conditions sauvages et venteuses et détient le record de vitesse SailGP avec 99,94 km/h. Delapierre et Péponnet se sont notamment révélés lors du Tour de France à la Voile à Dunkerque.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 1572 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.