ROUTE DU RHUM 2022: GWEN CHAPALAIN, L’ANCIEN DE BONDUELLE, DANS LA COURSE « VINTAGE »

Route du Rhum Chapalain
Gwen Chapalain en sortie d'entraînement (photo DR)

Gwen Chapalain est un professionnel de la voile. Pourtant, à 53 ans, ce Breton de Douarnenez va disputer sa première Route du Rhum, sur le trimaran « Guyader Savéol », dans la classe des Rhum Multi. S’il compte porter haut les couleurs de sa région sur cette 12ème Route du Rhum, Gwen Chapalain est également bien connu dans les milieux nautiques nordistes. Et pour cause. Il a été durant plusieurs années le team manager du trimaran « Bonduelle », aux côtés du skipper Jean Le Cam. Il conserve un excellent souvenir de cette collaboration sans faille avec l’entreprise nordiste.

A Saint-Malo, Jean-Marc Devred

Qui ne se souvient de l’épopée des voiliers jaunes « Bonduelle » au début du siècle ? Le grand monocoque IMOCA avec lequel Jean Le Cam a terminé 2ème du Vendée Globe en 2005. Mais avant, il y a eu le trimaran ORMA avec lequel l’entreprise de Renescure, spécialisée dans la production et la distribution de légumes, s’était lancée dans la course au large.

Jean Le Cam en était le skipper. Il avait monté autour de lui une équipe solide, avec des gens en qui il avait une totale confiance. Gwen Chapalain en faisait partie. Comme navigant sur les courses en équipage de Bonduelle 59. Mais surtout à terre en tant que team manager du voilier.

« C’était au début des années 2000″, se souvient le skipper de Guyader Savéol. « Il y avait le circuit des ORMA (multicoques de 60 pieds) à l’époque. C’était fabuleux. J’ai eu la chance de diriger le projet Bonduelle pour la Route du Rhum 2002 avec Jean Le Cam. Au delà de cela, il y a eu d’autres courses. On a ainsi fait des Grands Prix à Zeebrugge. Je ressens encore de l’émotion par rapport à cette période. Il y avait en effet 22 trimarans, le circuit était incroyable. C’était une autre époque, celle du passage à l’euro…« 

Une collaboration idéale avec Bonduelle

Gwen Chapalain en revanche ne participera pas à l’étape suivante, le monocoque de 60 pieds pour le Vendée Globe. « J’étais déjà parti sur un autre projet, même si j’ai initié le passage à l’IMOCA. »

Malgré cela, le Finistérien conserve un excellent souvenir de la collaboration avec la famille Bonduelle. « J’ai adoré d’avoir collaboré avec eux. Hormis la course, Il y a eu pas mal d’autres aspects sympas, comme celui de développer des produits Bonduelle qu’utilisait Jean Le Cam pour la Route du Rhum. »

Le seul regret, c’est le fait que Bonduelle n’ait pas gagné cette Route du Rhum 2002. « Jean a cassé un bras de liaison pendant la course. 2002, c’était une édition exceptionnelle. La mer était énorme. Avec un hauban cassé, il avait quand même réussi à rapatrier le bateau. Mais c’était à moins deux de casser totalement le trimaran. »

Le catamaran « Guyader Savéol », avec lequel Gwen Chapalin va disputer la Route du Rhum (photo DR)

Vingt ans après, Gwen Chapalain se retrouve à la place de Jean Le Cam sur cette Route du Rhum 2022. Où plutôt, de Christian Guyader. Le patron de l’entreprise éponyme a disputé la précédente Route du Rhum sur le catamaran que Gwen va barrer sur la 12ème édition. C’est un professionnel de la voile depuis 1987, avec plus de 100 000 milles en course et l’organisation ou la création de plus 40 événements maritimes à son actif.

La course sur un bateau de croisière

Le bateau est conçu pour la course-croisière, avec un vrai confort à bord, notamment au niveau de la cuisine. Mais il a été reconfiguré pour la course au large. « Le bateau va vite, mais avec un confort important« . Et il a été baptisé le week-end dernier par une marraine de prestige: Faustine Merret, la championne olympique de planche en voile en 2004 à Athènes. Celle-ci a d’ailleurs navigué sur l’ORC50 « Guyader Savéol » lors de la parade des Rhum Multi qui précédait ce baptême.

Skipper breton, bateau construit en Bretagne: le projet Guyader Savéol fait aussi la promotion de la gastronomie bretonne. C’est ainsi que les partenaires de Gwen Chapalain ont ouvert sur le village de la Route du Rhum, un restaurant gastronomique éphémère « Escales Culinaires Guyader – Savéol ». Tout au long des treize jours de fête en amont du départ de l’épreuve, de nombreux invités sont reçus au sein de l’établissement idéalement situé face aux Ultim 32/23. Tous peuvent ainsi découvrir les produits du terroir bretons cuisinés par des chefs réputés. Mais les invités peuvent aussi rencontrer le skipper pour parler de la course au large.

Faustine Merret et Gwen Chapalain lors de la parade des Rhum Multi (photo François Van Malleghem/Guyader Savéol)

Gwen Chapalin définit simplement son objectif sportif pour sa première Route du Rhum: « terminer pour le plaisir, et faire le mieux possible. On est dans une classe atypique car nous ne nous sommes pas mesuré beaucoup les uns contre les autres. En performance pure, on sait que le bateau de Philippe Poupon est le plus grand et le plus léger. Normalement, il va plus vite que nous. Derrière, il n’est pas facile de se jauger. »

La magie de la Route du Rhum

Les Rhum Multi, c’est la classe dans laquelle sont également engagés deux skippers natifs du Nord-Pas-de-Calais, Charlie Capelle (A Capella-La Chaîne de l’Espoir) et Etienne Hochedé (PiR2).

L’ancien équipier de Jean Le Cam sur Bonduelle dispose pour cette course d’un bateau fiable, sur lequel il navigue depuis deux ans. « On est dans la magie de la Route du Rhum. Nous sommes clairement avec nos classes rhum mono ou multi dans un esprit semi-professionnel. Et pour moi, c’est un rêve de gosse de pouvoir faire cela. Il n’est pas obligatoire de s’appeler Armel Le Cléac’h ou Charlie Dalin pour faire la Route du Rhum. »

L’objectif plaisir est donc clairement affiché par Gwen Chapalain. Celui-ci pense parvenir en Guadeloupe en moins de 20 jours sur son trimaran de course-croisière. Et si possible en bonne place, 20 ans après son mentor Jean Le Cam.

DANS L’ESPRIT DE LA ROUTE DU RHUM

Ouverte à tous les bateaux sans limitation de taille lors de sa création en 1978, la plus mythique des transatlantiques conserve toujours son esprit originel à travers la catégorie Rhum. Le 6 novembre prochain, 17 concurrents prendront le départ en Rhum Multi, 12 en Rhum Mono. Un plateau éclectique en multicoque et monocoque, composé de marins et de bateaux aux profils très différents qui ont tant contribué à forger la légende de La Route du Rhum – Destination Guadeloupe. 

Les Rhum Multi lors de la parade d’ouverture à Saint-Malo (photo Arnaud Pilpré/RDR2022)

C’est dans la catégorie Rhum Multi que la part de récidivistes est la plus importante, 81% : 13 sur 16 des marins engagés remettent sur le métier et cumulent 31 participations à La Route du Rhum – Destination Guadeloupe !

A propos de JEAN-MARC DEVRED 917 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.