SARAH PITKOWSKI, UNE NORDISTE DIRIGE LA COMMUNICATION DU TENNIS FRANCAIS

Sarah Pitkowski FFT
Sarah Pitkowski lors du Play In Challenger Lille 2021 (photo Laurent Sanson/Play In Challenger)

Hormis les joueuses Dodin et Mladenovic, des femmes des Hauts-de-France sont présentes à Roland-Garros sur des rôles administratifs importants. C’est le cas de la Picarde Amélie Mauresmo, nouvelle directrice du tournoi. C’est le cas aussi de la Lilloise Sarah Pitkowski. L’ancienne joueuse, consultante et responsable de relations publiques est devenue il y a quelques mois directrice de la communication de la Fédération française de tennis. Sarah Pitkowski vit son premier Roland-Garros à ce poste hautement stratégique de la FFT.

La génération précédente se souvient certainement de Sarah Pitkowski joueuse. C’était à la fin des années 90. Championne d’Europe junior avec son club de La Raquette Villeneuvoise, la petite joueuse native de Seclin va mener une carrière professionnelle durant 10 ans, de 1991 à 2001. A la même époque que sa rivale nordiste Nathalie Dechy. Elle atteindra le 29ème rang mondial et disputera même la Fed Cup sous la direction de Yannick Noah.

Une reconversion réussie dans la communication

Parallèlement à sa carrière de joueuse, Sarah a passé un Master en communication et marketing du sport. Mais avant de se lancer dans ce domaine, elle s’est orientée vers les media comme animatrice ou consultante tennis sur de grandes chaînes comme RMC, France TV, Eurosport, l’Equipe, ou dernièrement Amazon Prime Vidéo.

En 2006, Sarah Pitkowski fonde l’agence de presse et événementiel spécialisée dans le sport “15 Love“, qu’elle dirige durant 15 ans. Elle développe ainsi un large portefeuille de clients dans le monde du sport (notamment parmi les fédérations et les ligues), des événements, des marques qui activent dans le sport. Elle gère également l’image de différents sportifs.

Sarah Pitkowski (à droite) lors de la remise du prix Denis-Lalanne à Roland-Garros (photo JMD/Sports 5962)

L’arrivée de Gilles Moretton à la tête de la Fédération française de tennis entraîne logiquement des changements dans l’encadrement. Sarah va ainsi avoir une opportunité. Celle-ci a ainsi un échange il y a quelques mois avec la nouvelle directrice générale de la FFT, Amélie Oudéa-Castera, aujourd’hui Ministre des Sports et des Jeux Olympiques. Celle-ci lui propose le poste de directrice de la communication.  » J’étais venue pour un simple échange avec Amélie. Je ne m’attendais à cette proposition, qui était alléchante. Mais j’étais engagée sur pas mal d’autres collaborations importantes, en plus de mon agence.« 

Un service de 50 personnes à gérer

La Nordiste va donc prendre le temps de la réflexion pour cette proposition qui l’intéresse vivement. Mais qui nécessite des choix au niveau de ses autres activités professionnelles.

Finalement, le choix se confirme durant l’été 2021. La Lilloise met de côté ses collaborations de consultante et d’animatrice avec les media. Elle délègue la gérance de son agence à son associée. Et Sarah Pitkowski est nommée officiellement directrice de communication de la FFT le 1è septembre.

Sarah Pitkowski avec la jeune championne du TC Lillois Hélène Kereselidze (photo Laurent Sanson/Play In Challenger)

L’ancienne joueuse change alors totalement de cadre professionnelle. » Je suis passée de 5 personnes à gérer avec mon agence, à 50 durant toute l’année au service com de la Fédé… » Un service très important à la FFT qui couvre plusieurs domaines: le développement des pratiques; l’organisation des tournois; les relations avec les marques.

Hormis Roland-Garros, de loin la vitrine de la FFT et son principal pourvoyeur de ressources, celle-ci organise aussi le Rolex Masters de Bercy en novembre et une nouveauté cette année: le Greenwiz Paris Premier Padel Major.  » C’est l’équivalent d’un tournoi du grand chelem dans cette nouvelle discipline qu’est le padle. Et il aura lieu ici dans le même cadre que Roland-Garros« . Précisons que le padle est bien un sport de raquette, et n’a rien à voir avec le stand-up paddle pratiqué sur les plans d’eau. Ce premier tournoi se déroulera du 10 au 17 juillet avec les meilleurs joueurs mondiaux.

Conquérir de nouveaux publics

La tâche de la communication est immense car la FFT cherche à reconquérir des licenciés. Et pour cela, à diversifier les pratiques.  » Il nous faut de nouveau communiquer avec le public après deux années de crise sanitaire qui nous en ont éloigné. Nous cherchons à développer de nouveaux créneaux: le padel, le beach tennis, le paratennis, l’urban tennis. Nous devons nous adapter pour chercher d’autres publics ».

Premier signe encourageant: le nombre de licenciés va repasser la barre du million dans les prochaines jours. » Ce n’était plus le cas depuis 2015« . Autre bonne nouvelle: le budget de la Fédération est de nouveau bénéficiaire malgré les deux années de crise sanitaire. La FFT avait été privée de billetterie durant ces deux années de pandémie. Le tournoi de Roland-Garros représente en effet sa principale source de revenus. Et les deux dernières éditions ont été organisées en jauge (extrêmement) restreinte. Mais l’essentiel des recettes était assuré avec les doits TV.

Gilles Moretton, le président de la FFT, veut développer l’urban tennis. (Photo : Tomas Stevens / FFT)

Après Roland-Garros, Sarah Pitkowski et son équipe com à la FFT ont plusieurs chantiers en vue. L’organisation du Padle Major dans la foulée.  » Nous aurons ensuite une campagne multi-raquettes pour la rentrée, et ensuite la promotion du Rolex Masters« .

La nouvelle « dircom » de la FFT veut aussi développer la communication sur les réseaux sociaux. La Fédération compte déjà 10 millions de fans. Bref, Sarah Pitkowski ne manque pas de travail dans sa nouvelle vie qu’elle aborde avec enthousiasme à la FFT.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 910 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.