SERIE OLYMPIQUE LES CH’TIS A TOKYO 9éme EPISODE ALEXANDRE BARDENET (ESCRIME)

Portrait alexandre Bardenet à Tokyo
Alexandre Bardenet sur l'affiche officielle de la Fédération

Une vingtaine de sportifs natifs du Nord-Pas-de-Calais ou assimilés sont sélectionnés pour les Jeux Olympiques de Tokyo (23 juillet au 8 août). Dans cette série olympique, nous vous présentons un par par un nos « ch’tis à Tokyo ». Aujourd’hui, 9ème volet consacré à l’escrimeur valenciennois , licencié à Rodez, Alexandre Bardenet. Eliminé du tournoi individuel à l’épée, il vise l’or dans la compétition par équipes.

Le Nord-Pas-de-Calais a fourni dans le passé beaucoup de champions à l’escrime française, pourvoyeuse de médailles aux Jeux Olympiques. Didier Flament, Eric Srecki, Franck Boidin, Laurence Modaine notamment sont les plus beaux fleurons de l’escrime nordiste. L’Héninois Jérémy Cadot, plus récemment, a obtenu une médaille d’argent au fleuret par équipes aux Jeux Olympiques de Rio en 2016. Alexandre Bardenet marche sur leurs pas. et dispute à Tokyo ses premiers Jeux Olympiques.

Les premiers pas au Cercle d’escrime de Valenciennes

Mais c’est encore un Nordiste que l’on connaît peu puisqu’il s’est exilé … à Rodez. Alexandre Bardenet est en effet Valenciennois d’origine. Né le 26 mai 1990 à Saint-Saulve, il a débuté l’escrime à l’âge de 8 ans, au Cercle d’escrime de Valenciennes. Il choisit l’épée comme arme avant de commencer une carrière prometteuse. Chez les juniors, il enchaîne les belles performances.

Lors de la saison 2009-2010, il obtient ainsi trois podiums en Coupe du monde et une belle médaille d’argent aux championnats du monde.

En 2014, il devient vice-champion de France en individuel, puis deux ans plus tard, il monte sur son premier podium en Coupe du monde, en prenant la seconde place au Grand Prix de Doha.

Alexandre Bardenet, ancien du Cercle d’Escrime de Valenciennes (photo FFE)

Ses débuts chez les seniors s’avèrent plus compliqués pour se frayer un chemin entre les épéistes français. Il prend une licence à l’Escrime Rodez Aviron. Ce club du Sud-Ouest certainement le meilleur de France à l’épée. Il a notamment conquis la Coupe d’Europe en 2016.

En 2019, il participe à ses premiers championnats du monde senior. Il accède aux huitièmes de finale en individuel mais remporte avec ses coéquipiers français Yannick Borel, Daniel Jérent et Ronan Gustin le sacre de champion du monde d’épée.

Le tireur nordiste s’empare également du bronze sur la Coupe du monde à Vancouver en 2019.

Un épéiste bien assuré…

Alexandre Bardenet est un sportif à la tête bien faite, comme on le constate souvent en escrime, sport purement amateur. Il a passé un bac scientifique au lycée Notre-Dame de Valenciennes, avant d’obtenir une licence de droit après quatre années passées à l’Université de Reims. Diplômé de l’EDHEC, après 7 années d’études en marketing, il travaille actuellement à Paris comme chargé des ressources humaines chez Direct Assurance.

Il a donc su concilier, comme d’autres, des études haut-niveau, un « vrai » métier et le sport d’élite. Sa sélection aux JO de Tokyo était logique après les performances réalisées en 2019, avant le confinement.

 » J’ai envie de mettre un pied sur la boîte »

Alexandre Bardenet

Arrivé au Japon, il a défini ses objectifs., lors de la conférence de presse officielle de l’équipe de France d’épée. » Ce sont mes premiers Jeux Olympiques, mais j’ai eu la chance de faire trois Universiades. C’est un peu le même principe », a t’il ainsi rappelé. » Je me sens bien, détendu et satisfait du travail fait (…) J’essaierai de gagner chaque match pour aller le plus loin possible. J’ai envie de mettre un pied sur la boîte. Et si c’est sur la plus haute marche du podium, je ne m’en priverai pas. »

Las, dans l’épreuve individuelle disputée le deuxième jour des Jeux de Tokyo, Alexandre Bardenet a échoué dans sa conquête de médaille. Vainqueur de l’Américain Mac Dowall au 1è tour (15-12) après une belle remontée, il est éliminé en 1/8è de finale par l’Italien Andrea Santarelli (11-15).

Après la déception individuelle, l’espoir par équipes

Maigre consolation, la médaille d’or est remportée par un autre Français, Romain Canonne. Alors que l’on attendait plutôt Yannick Borel, sorti très tôt lui aussi.

Mais les Jeux de Tokyo ne sont pas terminés pour Alexandre Bardenet. Avec Canonne et Borel, mais aussi le remplaçant Ronan Gustin, il jouera sa meilleure carte dans l’épreuve par équipes. L’équipe de France fait figure de favorite pour le titre olympique. La compétition a lieu vendredi 30 juillet.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 178 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

1 Trackback / Pingback

  1. Les Nordistes à Tokyo obtiennent quatre médailles par équipes

Les commentaires sont fermés.