VOILE : DEJA DES DEGATS DANS L’ETAPE HISTORIQUE DE THE OCEAN RACE

The Ocean Race Le Cap
Holcim-PRB de Kevin Escoffer, actuel leader de The Ocean Race (photo Sailing Energy/The Ocean Race)

Après deux semaines passées à réparer et se reposer, les cinq monocoques IMOCA engagés dans The Ocean Race ont pris dimanche le départ de la 3ème étape de ce Tour du Monde entre Le Cap (Afrique du Sud) et Itajaï (Brésil). C’est sans doute l’étape la plus difficile et la plus longue de ce tour en équipages et avec escales. Le voilier Holcim-PRB de Kevin Escoffier, qui a gagné les deux premières étapes, espère confirmer son leader ship. Trois jours après le départ, la casse est déjà importantes dans la plus longue étape de l’histoire de la course.

Le départ de la troisième étape de The Ocean Race a été magnifique dans Table Bay, au large du Cap. La flotte réduite des cinq IMOCA s’est ainsi élancée dimanche pour un périple de 12 750 milles à travers les mers du Sud vers Itajaí au Brésil. Cette étape historique et redoutée des marins, à travers les 40èmes Rugissants et les 50èmes Hurlants a déjà provoqué des dégâts, et engendré de nombreuses péripéties.

Réparation express pour Biotherm

Peu après le départ, le navire français Biotherm a en effet connu un problème. L’équipe avait du mal à contrôler ses voiles. Un appel radio au comité de course a permis à l’équipe de suspendre sa course pour retourner au port et effectuer des réparations.

« Nous avons cassé l’estrope du point fixe de l’écoute de grand-voile », a déclaré Paul Meilhat à quai. « Puis le chariot de grand-voile est allé trop loin lors de l’empannage et s’est arraché de l’extrémité du rail et nous avons perdu tous les roulements du système. Nous avons donc dû rentrer pour effectuer cette réparation et ce remplacement. Nous ne devrions pas perdre beaucoup de temps si nous le faisons immédiatement. Ce n’est pas un gros problème, mais nous devons le réparer. »

The Ocean Race Le Cap
L’équipage de Biotherm est revenu à terre pour réparer (photo Ronan Glaudu/Biotherm)

C’est ensuite 11th Hour Racing Team qui a suspendu sa course en raison d’une avarie sur une latte. Mais l’équipe américaine a choisi de rester en mer pour effectuer des réparations et respecter la période minimale de deux heures.

De ce fait, les équipages composés tous de marins expérimentés s’attendaient à une étape « musclée » dans des conditions météo extrêmes. C’est ce que le skipper de Holcim-PRB, Kevin Escoffier, confiait avant le départ.

Vidéo The Ocean Race. Kevin Escoffier avant le départ de la 3ème étape au Cap

Après une journée de lundi calme, les conditions se sont durcies avec l’arrivée d’une dépression. Une première victime doit se dérouter après trois jours de course, dans cette 3ème étape de The Ocean Race.

Guyot Environnement revient au port

Ce mercredi 1er mars en effet, alors qu’il pointait en deuxième position de la flotte des IMOCA et évoluait entre 20 et 25 nœuds, l’équipage de Guyot Environnement – Team Europe a entendu deux bruits inhabituels, sur les coups de 7h30.

Suite à la discussion entre les architectes et l’équipe technique, l’équipage est arrivé à la conclusion qu’il s’agissait d’une rupture du sandwich de la coque. « Compte tenu de la position actuelle du bateau et de la distance jusqu’à l’arrivée à Itajai, il est préférable pour l’équipage et l’intégrité du bateau de faire demi-tour vers Cape Town », a déclaré Thomas Cardrin, le directeur technique de Guyot Environnement – Team Europe.

« Guyot Environnement » revient au Cap après une avarie sur la coque (photo Sailing Energy/The Ocean Race)

L’équipe technique attendra l’arrivée du bateau pour effectuer une inspection plus détaillée, et mettre en place un plan d’action de réparation. L’équipage à bord se porte bien et prévoit de ramener le bateau en toute sécurité.

Au dernier classement, ce mercredi matin, Holcim PRB pointait toujours en tête à 12 000 miles nautiques de Itajaï. Tandis que Guyot Environnement faisait demi-tour, 11th Hour Racing Team prenait la 2ème place à 75 miles derrière le voilier d’Escoffier. Juste devant le bateau allemand Malizia de Boris Hermann.

Après être reparti du Cap pour réparations, Biotherm lui se rapprochait et se situait à 12 540 miles de l’arrivée. Mais ce n’est encore que le début de cette 3ème étape. Et d’autres péripéties sont à attendre.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 1506 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

1 Trackback / Pingback

  1. Solitaire du Figaro 2023 : présentation

Les commentaires sont fermés.