VOILE : LES FRANCAIS TRES PRESENTS DANS THE OCEAN RACE 2023

The Ocean Race les Français
Le départ des Imoca en baie d'Alicante (photo Charles Drapeau/Guyot Environnement/Team Europe)

Partis le 15 janvier, 11 monocoques disputent The Ocean Race, une course autour du Monde au passé glorieux. Parmi eux, cinq Imoca venus préparer le Vendée Globe. Mais ici, ce tour de la planète se fait en équipage et avec des escales. La 1ère étape (Alicante-Cap Vert) a vu la victoire du voilier suisse Holcim PRB dirigé par le Breton Kevin Escoffier. Les marins français sont très présents sur The Ocean Race, un tour très international. Ainsi, Le tout nouveau Biotherm de Paul Meilhat termine 4è pour sa 2è course. Les concurrents sont déjà repartis pour une 2è étape qui les conduit actuellement vers Le Cap, en Afrique du Sud.

The Ocean Race est l’héritière de la Volvo Ocean Race et de la Whitbread, course autour du monde en équipage avec escales, née en 1973, et qui se dispute uniquement en monocoque. Cette épreuve légendaire réunit depuis  bientôt 50 ans les plus grands navigateurs et navigatrices de la planète : marins purs et durs mais aussi champions olympiques, vainqueurs de l’America’s Cup. C’est la course au large la plus internationale de toutes, un marathon de plusieurs mois parmi les mers les plus dures, sur tous les océans du globe.

Un départ spectaculaire en Espagne

C’est aussi une épreuve qui, ces dernières années, s’est donné une mission, à l’avant garde de très nombreux événements sportifs : favoriser la mixité, la jeunesse, le développement durable et la préservation des océans.

The Ocean Race Biotherm
Le voilier français « Biotherm » termine 4è au Cap Vert (photo The Ocean Race)

Cette année cependant, cette nouvelle édition du Tour du Monde à la voile en équipages et avec escales est partie dans une certaine discrétion, le 15 janvier, de Alicante en Espagne. Onze bateaux participent à la course. Dont cinq Imoca très proches qui vont sans nul doute se livrer une belle lutte jusqu’à la fin. Loin devant les 6 VO 65 qui eux, ne disputent que trois étapes.

A moins de deux ans du Vendée Globe, ces monocoques viennent se tester sur ce Tour du Monde en équipages. Certains sont très récents, comme le « Biotherm » de Paul Meilhat. C’est seulement la 2è course de ce monocoque à foils, après la Route du Rhum en novembre dernier. Ce nouvel Imoca est aussi le sistership (la copie conforme) du voilier « LinkedOut » avec lequel le Dunkerquois Thomas Ruyant a gagné la Route du Rhum.

« Biotherm » prépare le Vendée Globe

A Saint-Malo, Paul Meilhat découvrait son nouveau bateau. Sur The Ocean Race, il vient avec des ambitions de victoire. Et il semblait plutôt satisfait de cette « première en équipage » pour Biotherm.

Vidéo The Ocean Race. L’interview de Paul Meilhat à l’arrivée de la 1ère étape.

Cette première étape rapide à travers l’Atlantique voit la victoire du voilier battant pavillon suisse Holcim-PRB mené par Kevin Escoffier. Il précède sur la ligne d’arrivée l’Imoca « 11th Hour Racing Team » de l’Américain Charlie Enright; et le  » Team Malizia » de l’Allemand Boris Hermann.

Paul Meilhat, Anthony Marchand, Damien Seguin, Amélie Grassi et le mediaman Minghao Zhang  terminent 4e au Cap Vert à l’issue de cet acte inaugural. Un premier test à la fois sévère et fondateur. « Ça a été une super étape. Le but était de ne rien casser, de se sentir bien à bord, de ne pas faire de bêtise, de faire de belles manoeuvres.  L’équipe est top, on a le potentiel et beaucoup de choses à donner », résume ainsi Anthony Marchand.

Début prudent pour « Guyot Environnement »

Un autre voilier français participe à The Ocean Race. C’est « Guyot Environnement ». Français ou plus précisément franco-allemand avec ses deux skippers, Robert Stanjek et Benjamin Dutreux. Ce voilier part d’ailleurs sous pavillon européen. C’est l’ancien voilier « Hugo Boss » de Thomson.

Cette première étape s’est avérée difficile pour le voilier européen composé de nombreux marins français. « Guyot Environnement » termine 5è, juste derrière Biotherm.

le Polonais « WindWhisper Racing Team », skippé par l’Espagnol Pablo Arrarte, arrive lui premier de la flotte des VO65 SDprint.

Paul Meilhat, le skipper de Biotherm, à son arrivée au Cap Vert (photo The Ocean Race)

Mercredi 25 janvier, à 17h05, la petite armada des IMOCA repris la mer en direction de l’Afrique du Sud. Cape Town sera le prochain arrêt après 4 600 milles de navigation sur un tracé que les coureurs au large connaissent bien. Au menu de ce périple vers l’hémisphère sud : un passage du pot au noir. Puis celui de l’équateur, le contournement de l’anticyclone de Sainte-Hélène entre les côtes sud-américaines et africaines avant d’atterrir aux portes du cap de Bonne Espérance. Avec un peu de chance, beaucoup de vents portants !

Les Français espèrent retrouver leur supériorité lors de cette 2è étape de The Ocean Race 2023.

Classement de la 1ère étape Alicante-Cap Vert

IMOCA

1 – Holcim – PRB, 5 points
2 -11th Hour Racing Team, 4 points
3 – Team Malizia, 3 points
4 – Biotherm Racing, 2 points
Arrivé mardi 22 janvier à 00 47 40 (heure FRA) – 6 jours 8 heures et 47 minutes de course
5 – GUYOT environnement – Team Europe, 1 point

Le parcours de The Ocean Race

Parcours : 38 000 milles (70 300 km) autour du monde par les trois caps, en 7 étapes

  • Alicante, Espagne – Départ de l’étape 1 : 15 janvier 2023 – Alicante ville de départ depuis 2008
  • Cap Vert – ETA : 22 janvier ; départ de l’étape 2 : 25 janvier
  • Le Cap, Afrique du Sud – ETA : 9 février ; départ de l’étape 3 : 26/27 février (à confirmer)
  • Itajaí, Brésil – ETA : 1 avril ; départ de l’étape 4 : 23 avril
  • Newport, RI, USA – ETA : 10 mai ; départ de l’étape 5 : 21 mai
  • Aarhus, Danemark – ETA : 30 mai ; départ de l’étape 6 : 8 juin
  • Passage devant Kiel (Allemagne) le 9 juin
  • La Haye, Pays-Bas – ETA : 11 juin ; départ de l’étape 7 : 15 juin
  • Gênes, Italie – Le Grand Finale – ETA : 25 juin, 2023; In-Port Race finale : 1 juillet 2023
A propos de JEAN-MARC DEVRED 1613 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.