VOILE : PHILIPPE POUPON REFAIT LA ROUTE DU RHUM EN MEMOIRE DE FLORENCE ARTHAUD

Philippe Poupon Flo
Philippe Poupon repart à l'assaut de l'Atlantique Nord (photo Laura Poupon)

C’est sans doute l’une des sensations de la 12ème édition, qui partira le 6 novembre de Saint-Malo. Philippe Poupon revient sur la Route du Rhum 32 ans après sa dernière participation ! C’était en 1990. Cette année là, il terminait 2ème de la course, derrière Florence Arthaud, 8 heures derrière. Et c’est justement en souvenir de « Flo » que Philippe Poupon a voulu « replonger », en récupérant l’ancien trimaran de son amie disparue. Une belle histoire qu’il nous a raconté lors de la présentation de la Route du Rhum à Paris.

Les plus âgés se souviennent sans doute des petits fiancés de l’Atlantique. Il s’agissait d’un couple de jeunes marins, Florence Arthaud et Philippe Poupon, qui naviguaient ensemble dans les années 80. Ils ont ensuite suivi chacun leur chemin, sur l’eau et à terre. Tous deux ont notamment gagné la Route du Rhum: Philippe en 1986; Florence en 1990 devant… Philippe.

Une amitié au delà de la mort

Poupon arrêtera de courir en 1995. Flo, elle, disparaîtra de façon tragique le 9 mars 2015, dans un accident d’hélicoptère lors du tournage d’une émission TV en Argentine, en même temps que la nageuse Camille Muffat et le boxeur Alexis Vastine. Elle avait alors 57 ans. Tout au long de ces années, Philippe et Florence sont restés très amis.

Florence Arthaud sur Pierre 1er (archives Route du Rhum)

Aussi, Poupon n’a pas hésité à reprendre le ciré et les bottes à l’âge de 68 ans pour rendre hommage à son amie décédée. A l’origine de ce projet se trouve son épouse, Géraldine Danon. Actrice, réalisatrice et amie de « Flo », celle-ci a voulu consacrer un film à Arthaud. Pas un documentaire, mais un biopic qui doit être présenté au Festival de Cannes l’an prochain. Sept ans après la disparition de la navigatrice, il prend enfin forme. Ce projet colossal coûtera 14 à 15 millions d’euros.

Car il a fallu dans un premier temps retrouver et racheter le trimaran « Pierre 1er », avec lequel Florence Arthaud s’était imposée en 1990. Il croupissait alors aux Philippines, sous le nom de « Lakota ». Un médecin parisien paye le rachat.

Un convoyage aventureux pour l’ancien « Pierre 1èr »

Pourtant le bateau a failli ne pas arriver à Cannes, son nouveau port d’attache. Lors du convoyage, l’équipage (mené par le skipper suisse Bernard Stamm) chargé de le ramener en France, a un peu trop approché les côtes du Yémen. Des pirates se sont alors mis à leur poursuite. Heureusement, tout s’est bien terminé et le bateau ressort sain et sauf. Pour le plus grand soulagement de Philippe Poupon.  » Nous sommes bien contents de l’avoir retrouvé. C’est un patrimoine maritime français. Des bateaux de cette époque là, il n’y en a plus beaucoup. Soit ils ont disparu en mer, soit ils sont cassés… C’est le dernier des survivants.« 

 » Ce n’était pas prévu que je revienne dans la course au large »

Philippe Poupon, skipper de « FLO »

 » Ce n’était pas prévu que je revienne dans la course au large« , poursuit Philippe Poupon. » C’est une opportunité qui m’a fait revenir, et d’être au départ le 6 novembre. Cela est parti d’un scénario que mon épouse Géraldine Danon a écrit, et réalise le fil sur Florence. On s’est donc mis en tête de retrouver le trimaran avec lequel elle a gagné la Route du Rhum en 1990. On l’a trouvé. Nous l’avons acheté pour le ramener en France. Et puis on s’est dit il y a la Route du Rhum qui part. Pourquoi pas ? On s’est dit que ça ferait un petit supplément pour rendre hommage à Florence. »

Vidéo SPORTS 59/62. Philippe Poupon évoque le film et Florence Arthaud.

Depuis, le splendide trimaran a été remis à noeuf, au chantier naval de Michel Desjoyeaux, à Port-la-Forêt, près de Concarneau. Pour les besoins du film, il a été repeint dans les mêmes couleurs dorées qu’à son origine, même si « FLO » remplace « Pierre 1er » sur les coques.

Une souscription pour financer le projet

Le beau trimaran doré portera ce nom et pas celui d’un sponsor. Philippe Poupon, Géraldine Danon et les autres animateurs du projet ont d’ailleurs lancé une souscription pour financer l’opération.

Les premières scènes du film sont déjà tournées, avec l’actrice Stéphane Caillard dans le rôle de Florence Arthaud. « FLO », ce sera le nom du film de Géraldine Danon. C’est aussi le titre de la chanson que le chanteur calaisien Pierre Bachelet a écrit sur la navigatrice. Sept ans après les corons… Et d’ailleurs, Bachelet et Arthaud l’ont interprété sur les plateaux de TV en duo.

D’autres scènes, de navigation, seront tournées lors de la Route du Rhum. Philippe Poupon participera à 68 ans à cette transat impitoyable. Malgré son âge, le marin finistérien a toujours la forme. Car il n’a jamais cessé de naviguer. Il sera ainsi engagé dans la catégorie « vintage » des Rhum multis. Il espère se faire plaisir aux côtés des autres concurrents de la catégorie. Ils sont 16 avec d’autres glorieux anciens comme Roland Jourdain (We Explore), Halvard Mabire (GDD) et Marc Guillemot (Metarom MGS). Mais aussi les deux Nordistes Charlie Capelle (A Capella), et Etienne Hochedé (PiR2).

Route du Rhum Poupon
Philippe Poupon navigue encore activement (photo Laura Poupon)

Une course aux côtés de sa fille

Philippe Poupon ne part donc pas dans l’inconnu dans cette Route du Rhum qu’il affectionne. Il croisera sur l’eau l’une de ses filles, Morgane Ursault Poupon , engagée elle sur Médecins du Monde en Class40. A 36 ans, elle disputera sa première Route du Rhum. » Mais nous ne serons pas concurrents car nous ne courrons pas dans la même catégorie », confie dans un sourire Philippe Poupon. » Elle a été initiée. Elle est grande maintenant. Tout va bien aller pour elle… »

Cette 12ème Route du Rhum aura donc un double caractère affectif pour Philippe Poupon, qui est très attendu sur les pontons de Saint-Malo le 25 octobre, date de l’ouverture du village de la course. On attend un public considérable pour les 11 jours qui précèdent le départ dans la cité corsaire.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 917 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.