ATHLETISME : DES NORDISTES AMBITIEUX AU MEETING DE PARIS

meeting de Paris les Nordistes
Les Nordistes retrouvent le public du stade Charléty (photo KMSP/FFA)

L’élite mondiale de l’athlétisme se retrouve ce samedi 18 juin au stade Charléty à Paris. C’est à l’occasion de la manche française de la Ligue de Diamant. La Ligue des Hauts-de-France est fortement représentée parmi la délégation française. Jimmy Gressier, Arthur Pruvost, Théo Bastien et les athlètes du LMA Cyréna Sam-Mayela, Jimmy Vicaut et Pierre-Ambroise Bosse participent à des épreuves très relevées. Sans oublier le triple sauteur burkinabé de Béthune Hugues-Fabrice Zango. Etat des lieux pour les athlètes nordistes au meeting de Paris.

Pour Jimmy Gressier et Hugo Hay, se lancer dans douze tours de piste et demi dans la fournaise parisienne pourrait s’apparenter à une douce folie. Mais pour les deux meilleurs Français du moment sur 5000 m, l’occasion est trop belle de s’affranchir des minima pour les Mondiaux de Eugene (13’09’’00), en profitant d’une course de très haut niveau du fait de la présence de coureurs des hauts plateaux africains de tout premier plan, cinq d’entre eux ont déjà cassé la barrière des 13’.

Jimmy Gressier à l’assaut de l’Afrique

Le Boulonnais s’est montré serein lors de la conférence de presse d’avant-meeting. « Ma première partie de saison se passe très bien. Mentalement, je suis très frais. Je me sens en forme, et ça va encore monter dans les semaines à venir. Ce sera surtout une préparation de haut niveau avant les championnats à venir. On verra où j’en suis face aux meilleurs coureurs africains et du monde. Le meeting de Paris, c’est pour moi une prise de rendez-vous avant les Jeux de Paris 2024, avec mon public. »

Le Nordiste confie ne pas être inquiet pour la chaleur. « A 22h20, ça devrait aller. Hier, à cette heure-là, j’étais en train de pique niquer à l’Insep avec ma copine, et il faisait plutôt frais.« 

meeting de Paris Gressier
Jimmy Gressier lors du meeting de Montrouge (photo Denis Trasfi/Stadion)

Deux Nordistes participent aussi au triathlon du meeting de Paris (110m haies, la longueur et le poids). Il s’agit de Téo Bastien et Arthur Prévost, qui essaieront de profiter du duel attendu entre le recordman du monde Kevin Mayer et l’Estonien Maicel Uibo deuxième des championnats du monde de Doha au décathlon. Mais aussi le Belge Benjamin Hougardy, qui partage le quotidien du recordman du monde à Montpellier. Les jeunes Français tenteront de battre leurs records personnels.

Jimmy Vicaut dans un 100m bleu-blanc-rouge

La ligne droite du 100 m masculin sera bleue samedi au stade Charlety. Les meilleurs sprinters français seront présents, Jimmy Vicaut, nouvelle recrue du Lille Métropole Athlétisme en tête. Le recordman de France (9’’86) tentera de faire mieux qu’à Montreuil (10’’10) pour s’emparer des minima mondiaux (10’’03). La concurrence sera là pour l’y pousser, avec notamment Mouhamadou Fall et Amaury Golitin, auteur d’un très bon 10’’08 la semaine dernière à Genève.

Trois des sept hommes ayant déjà franchi les mythiques 18,00 m au triple saut sont ce samedi à Paris. L’Américain Christian Taylor, deuxième performeur de tous les temps (18,21 m), en pleine reconstruction après sa lourde blessure, le Portugais Pedro Pichardo (18,08 m), champion olympique en titre, et le Burkinabé Hugues-Fabrice Zango, qui avait réussi 18,07 m en salle à Aubière en 2021. Le Béthunois d’adoption aime particulièrement se livrer dans ces concours de haut-niveau.

Le Burkinabé d’Artois Athlétisme confie n’être pas au top actuellement.  » Après Tokyo, beaucoup de choses se sont passées. Après ça, j’ai privilégié la rédaction de la fin de ma thèse, je suis d’ailleurs en train d’apporter des corrections en vue de ma soutenance. J’ai ensuite repris l’entraînement, et j’ai encore faim, j’espère améliorer ma meilleure performance de la saison et retrouver mon niveau d’ici les Mondiaux d’Eugene. C’est toujours un plaisir de se présenter en compétition avec des grands noms autour de soi, à commencer par Christian Taylor. Je sais que je ne suis pas le meilleur actuellement, mais c’est ce vers quoi je veux tendre. »

Belocian forfait sur 110m haies

L’une des épreuves-phares de ce meeting de la Ligue de Diamant sera le 110m haies. L’Américain Devon Allen défiera les meilleurs Français, dans une discipline qui a souvent souri aux Frenchies. Malheureusement le néo-Lillois Wilhem Belocian, qui a déjà réussi les minima pour les championnats du monde, a déclaré forfait après s’être blessé au meeting du Bislett à Oslo.

Contrairement à Belocian, un autre athlète du LMA, Pierre-Ambroise Bosse est à la recherche de repères. Le champion du monde du 800m en 2017 attend avec impatience cette course pour se situer face à ses adversaires. Et comme le talent ne manquera pas dans les couloirs d’à côté, l’explication vaudra le coup d’œil. Le Polonais Patryk Dobek, champion du monde en salle, le Bosnien Amel Tuka, le Hollandais Tony Van Diepen et le Botswanais Nijel Amos sont ainsi attendus aux avant-postes, où il faudra jouer des coudes pour se frayer un chemin jusqu’à la victoire.

Cyréna Samba-Mayela, la nouvelle étoile des haies

Depuis sa victoire somptueuse aux championnats du monde en salle à Belgrade mi-mars, Cyrena Samba-Mayela s’est faite rare. Trois courses,dont deux tours d’interclubs avec le LMA .Les observateurs sont avides de voir ce que la Lilloise peut faire sur 100  haies après son exploit sur 60 m haies cet hiver. L’étudiante en design retrouvera à cette occasion sa meilleure rivale sur le plan hexagonal, en la personne de Laeticia Bapté, vainqueur au meeting de Liévin cet hiver. La Martiniquaise vient de claquer un 12’’80 record à Genève, et ne compte pas en rester là.

« L’objectif est de prendre mes marques », explique Cyréna Samba-Mayela, » et de m’habituer à mes concurrentes, en prenant de l’expérience. Ces dernières semaines, je me suis préparée, je suis notamment partie en stage à Monte Gordo (Portugal). J’ai effectué quelques réglages. Je n’ai pas disputé beaucoup de compétitions, mais la saison est encore longue. C’est ma première participation au Meeting de Paris en plein air. C’est énorme ! D’habitude, je le vis depuis les gradins en tant que supportrice. Je vais prendre énormément de plaisir en courant devant mes proches. Je ressens un mélange de stress et d’excitation. »

Comme on le voit, la présence des Nordistes est forte dans ce meeting de Paris, véritable avant-goût des championnats du Monde. Reste à savoir si la chaleur étouffante qui tombe sur Paris ne va pas bloquer les performances de haut-niveau.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 667 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

1 Trackback / Pingback

  1. Meeting de Paris 2022 les Nordistes

Les commentaires sont fermés.