ATHLETISME : JIMMY GRESSIER A L’AFFICHE DU MEETING DE PARIS

meeting de Paris Gressier
Jimmy Gressier lors du meeting de Montrouge (photo Denis Trasfi/Stadion)

Les épreuves de demi-fond du Meeting de Paris Wanda Diamond League offriront une large place aux athlètes français, le samedi 18 juin au stade Charléty. Une opportunité unique de se confronter aux pointures internationales pour les valeurs montantes de l’Hexagone, emmenées par Jimmy Gressier (5000 m), Alice Finot (3000 m steeple) et Benjamin Robert (800 m). Dix Bleus seront au départ des trois courses. Gressier se livrera à un test grandeur nature avant les Mondiaux lors de ce meeting de Paris.

Depuis le début de l’été, les demi-fondeurs tricolores ont pris la bonne habitude de s’illustrer. Avec, aux avant-postes d’un peloton aux dents longues, le Boulonnais Jimmy GressierAlice Finot et Benjamin Robert. Le premier a dominé haut la main, en 27’24’’51, la coupe d’Europe du 10 000 m organisée à Pacé le 28 mai. La seconde a réalisé une rentrée fracassante sur 3000 m steeple à Huelva (Espagne) le 25 mai, en s’emparant du record de France de la spécialité en 9’21’’41.

Le troisième est monté sur son premier podium en Diamond League à Birmingham le 15 mai, avant d’égaler son record personnel le 5 juin à Chorzow (Pologne) en 1’44’’53. Dans le top 3 des bilans européens avec ces performances, ils ont tous les trois l’ambition de briller aussi à l’échelle mondiale. Et, pour cela, rien ne vaut, avant d’aborder les grands championnats de l’été, la participation à des courses estampillées Diamond League.

Jimmy Gressier Paris
Jimmy Gressier sur l’affiche officielle du meeting de Paris

Gressier à la chasse au record

A Paris, samedi 18 juin, ils seront servis avec, face à eux, des ténors de l’athlétisme mondial. Une occasion idéale pour s’attaquer à leurs records personnels et aux meilleures marques nationales. Sur 5000 m, Jimmy Gressier, qualifié en finale olympique sur la distance l’an dernier, aura aussi en tête les minima pour les championnats du monde de Eugene (13’09’’00), largement à sa portée. Le record de France, détenu depuis 2000 par Ismail Sghyr en 12’58’’83, est bien plus bas.

Pour s’en approcher, le Nordiste (record en 13’08’’99) devra s’accrocher le plus longtemps possible aux Ethiopiens Selemon Barega (12’43’’02) et Yomif Kejelcha (12’46’’79), qui figurent dans le top 10 des bilans mondiaux tous temps. En plus de Jimmy Gressier, trois autres Français seront au départ de la course avec dans le viseur Eugene : Hugo HayFélix Bour et Yann Schrub, qui ont déjà montré de belles choses cet été.

La troisième épreuve de demi-fond au programme du Meeting de Paris Wanda Diamond League, le 800 m masculin, accueillera, elle aussi, un trio hexagonal. Avec Benjamin Robert en figure de proue, prêt à jouer les premiers rôles en s’appuyant notamment sur son sens tactique. Si le Toulousain de 24 ans a déjà en poche les minima pour les Mondiaux de Eugene, il n’en est pas de même pour Gabriel Tual, finaliste olympique à Tokyo, et le champion du monde 2017, licencié au Lille Métropole Athlétisme (LMA), Pierre-Ambroise Bosse.

L’enjeu est donc majeur dans le cadre d’un double tour de piste au plateau royal, avec le champion olympique kényan Emmanuel Korir, le Botswanais Nijel Amos, troisième meilleur performeur mondial de tous les temps (1’41’’73), et le Marocain Moad Zahafi, en tête des bilans 2022 avec ses 1’43’’69.

Le Lille Métropole Athlétisme en force à Paris

Hormis Gressier et Bosse en demi-fond, plusieurs athlètes du Lille Métropole athlétisme sont inscrits dans ce meeting de la Ligue de Diamant, le top mondial. Comme Jimmy Gressier, Cyrena Samba-Mayela a eu droit à son affiche. La championne du monde du 60m haies en salle cherchera à réaliser les minima pour les Mondiaux sur le 100m haies.

Wilhem Belocian et Pascal Martinot-Lagarde lors du meeting de Nancy (photo KMSP/FFA)

Même objectif pour Wilhem Belocian sur le 110m haies. Et peut-être pour Jimmy Vicaut sur 100m. A quelques semaine des championnats du Monde, la montée en puissance des favoris va certainement se manifester dans l’enceinte du stade Charléty.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 910 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

1 Trackback / Pingback

  1. Meeting de Paris les Nordistes sans complexe

Les commentaires sont fermés.