AUTOMOBILE : ADRIEN FOURMAUX EN GUEST-STAR AU TOUQUET

Adrien Fourmaux animait jeudi une émission pour FFSA TV avec les favoris du rallye du Touquet (photo JMD/Sports5962)
Adrien Fourmaux animait jeudi une émission pour FFSA TV avec les favoris du rallye du Touquet (photo JMD/Sports5962)

Le 64è rallye du Touquet/Pas-de-Calais ouvre comme les années précédentes le championnat de France des rallyes. 175 voitures participent à cette édition étalée sur deux jours et 14 épreuves spéciales. En préambule, la journée du jeudi, consacrée aux essais chronométrés et aux vérifications techniques, a vu deux invités de prestige parrainer l’épreuve. Le président de l’écurie britannique M-Sport Ford, Malcolm Wilson, et son pilote n°1, Adrien Fourmaux étaient en effet au Touquet. A cette occasion, le pilote de Seclin, est revenu pour nous sur son début de saison remarquable en championnat du Monde WRC.

Ce jeudi a été une journée chargée pour Adrien Fourmaux. Entre le rallye de Suède, où il est monté pour la première fois de sa carrière sur un podium du WRC, et le Safari Rally du Kenya, le Nordiste s’est accordé une parenthèse dans un emploi du temps bien chargé. Il a ainsi suivi le shakedown de Clenleu, qui avait déplacé un public énorme vu le soleil présent. Accumulé les selfies et les dédicaces, avant d’enchaîner à la présentation officielle en fin de journée au palais des Congrès du Touquet, et de terminer par les sollicitations médiatiques. Et pour finir, le dîner officiel avec l’organisation.

A cette occasion, Adrien est revenu pour nous sur son début de championnat exceptionnel: 5è au Monte-Carlo puis 3è en Suède. Cela sur la Ford Puma Rally1 hybride, qu’il retrouvait après une année de purgatoire en WRC2.  » C’est toujours difficile de passer d’une catégorie à une autre. Les voitures sont plus rapides et plus puissantes en WRC. Il y a aussi l’aéro qui change la conduite. Et en plus, on se bat ici avec les meilleurs pilotes du monde. Le niveau est supérieur.« 

Après Le Touquet, le Kenya pour Adrien Fourmaux

L’année galère de 2022 est donc oubliée. Et l’écurie de Malcolm Wilson est repartie sur d’autres bases. Avec deux jeunes pilotes francophones: Adrien Fourmaux (28 ans), et le Belgo-Luxembourgeois Grégoire Munster (26 ans).  » Malcolm Wilson a toujours apprécié les pilotes francophones« , rappelle ainsi Fourmaux. » Avant nous, il a notamment fait courir Sébastien Loeb et Sébastien Ogier. Avant à M-Sport, je ne parlais qu’ anglais. Avec Grégoire, nous pouvons échanger en français, ce qui apporte notamment des informations supplémentaires sur le plan technique.« 

Après ce passage amical au Touquet, un rallye qu’il a disputé plusieurs fois alors qu’il débutait, Adrien Fourmaux va partir dans quelques jours au Kenya. Il retrouve le Safari Rally, où il avait terminé 4è il y a 3ans.  » C’était mon premier top 5. Mais ce n’est pas forcément cadeau. C’est un gros challenge car c’est compliqué pour la mécanique, mais aussi pour nous. Il y a plein de passages à gué, pleins de boue. Des parties rocheuses peut-être cachés. Il faut réussir à passer à travers. C’est en plein pendant la saison des pluies. On s’attend donc à un rallye très compliqué. »

Mais désormais, tous les espoirs sont permis pour le Nordiste. Après l’enfer en 2022, et le purgatoire en 2023, Adrien Fourmaux verra peut-être voir s’entrouvrir les portes de l’Eden dans les prochains mois.

Vidéo Dailymotion SPORTS 59/62. L’interview de Adrien Fourmaux avant le rallye du Touquet.

Léo Rossel domine la première journée

La première journée au Touquet, sans Adrien Fourmaux reparti à Lille, a donné lieu à une furieuse bataille dans des conditions météo compliquées. Elle a été dominée par Léo Rossel, sur Citroën C3. Le jeune pilote sudiste possède ainsi 26 secondes d’avance sur le champion de France Yoann Bonato et le recordman de victoires au Touquet, le Normand Eric Brunson à 46 secondes. Les Citroën C3 ont donc survolé cette première étape.

Yoann Bonato avant la dernière spéciale de vendredi

On notera que Rossel a quand même perdu du temps suite à une crevaison dans l’ES3. Stéphane Lefebvre, qui dispute la course pour le fun sur une BMW, a perdu énormément de temps suite à un problème moteur survenu le matin. Sans oublier l’abandon d’un des favoris, Eric Camilli (Hyundai).

Lors de cette première journée, l’ES6 (Créquy/Saint-Michel-au-Bois) a été annulée à cause d’un trop grand nombre de spectateurs à un endroit jugé dangereux. Suite et fin du rallye du Touquet samedi avec 6 épreuves spéciales au programme.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 1621 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

1 Trackback / Pingback

  1. Rallye du Touquet Léo Rossel vainqueur 2024

Les commentaires sont fermés.