CYCLISME : 8 OU 9 EQUIPES WORLD TOUR AUX 4 JOURS DE DUNKERQUE 2023

4 Jours Dunkerque 2023
Le peloton lors des 4 Jours de Dunkerque 2022 (photo Pierre Willemetz/Sports5962)

Vendredi soir 20 janvier 2023, le comité organisateur des 4 Jours de Dunkerque présentait ses voeux aux Stades de Flandres, le fief de l’USDK. Il y a un mois, il présentait le parcours de l’édition 2023 qui traversera bien les cinq départements des Hauts-de-France. A cet occasion, on a appris que huit ou neuf formations UCI World Tour participeront à la grande course par étapes des Hauts-de-France. Et qu’il faudra serrer le budget tout en préparant déjà l’édition suivante.

Dans cinq mois sera donné le départ des 4 Jours de Dunkerque 2023. Et le compte à rebours est déjà commencé pour les organisateurs. Après avoir révélé en décembre dernier les 10 villes-étapes retenues, l’équipe dirigée par Joël Huysman reconnaît les parcours, avant de les livrer pour autorisation en préfecture. « C’est difficile cette année car nous traversons vraiment les cinq départements », confie ainsi le directeur de course. « Cela nous donne énormément de travail de reconnaissance, et de concertation avec les communes. »

D’autant que l’UCI a encore alourdi son cahier des charges pour les épreuves UCI Pro Séries. Après deux éditions annulées par le covid, les 4 Jours avaient repris en 2022, avec pas mal de difficultés. Depuis, le comité d’organisation a été renouvelé. Eric Marchyllie a remplacé Bernard Martel à la présidence. L’équipe composée uniquement de bénévoles a trouvé les villes-étapes, ce qui n’était pas évident. Elle a aussi attiré de nouveaux partenaires privés. Ce qui n’empêchera de serrer les budgets sur tous les postes, comme l’a confirmé devant les invités le nouveau président des 4 Jours.

La rigueur à tous les niveaux

La disparition du Tour de la Provence du calendrier UCI inquiète forcément tous les organisateurs de course en France. Le cyclisme pro reste fragile, même s’il semble bien reparti après les deux années covid.

« Nous sommes actuellement en négociation avec deux partenaires. Si nous parvenons à un accord, tout ira bien. Sinon, nous trouverons la solution pour boucler le budget. Ce qui est sûr, c’est que l’on ne pompera pas dans nos réserves. J’ai appris dans mon ancien métier (NDLR: Eric Marchyllie était dirigeant dans le groupe Carrefour) qu’il fallait de la rigueur tout le temps, à tous les niveaux. »

Eric Marchyllie, le nouveau président des 4 Jours, lors de la cérémonie des voeux (photo JMD/Sports5962)

Pour éviter de se retrouver dans une perpétuelle course contre-la-montre (qui revient cette année sur le parcours…), le comité d’organisation anticipe déjà sur 2024. L’objectif étant de trouver rapidement les villes-étapes et les partenaires pour préparer l’épreuve plus en amont.

« J’ai eu la chance de suivre de nombreux Tours de France. ASO sait déjà où il va aller dans deux ans. Il faut anticiper, pas seulement sur les parcours. Nous allons ainsi créer un club des partenaires, comme cela se fait en football. »

Sur la participation, Eric Marchyllie et Michel Everaert, qui s’occupe des contacts avec les équipes désormais, ont annoncé qu’il y aurait 8 ou 9 équipes UCI World Tour au départ. Elles n’étaient que 5 l’an passé, dont les 3 Françaises. C’est déjà l’effet du changement de date.

Vidéo exclusive SPORTS 5962/Cyclism’Actu. Eric Marchylie fait le point sur les 4 Jours de Dunkerque 2023.

Le comité d’organisation, où les postes ont été redéfinis, est donc sa la phase active de préparation de la course. Pour 2023, mais aussi pour 2024. Rendez-vous le 16 mai, pour la 1è étape Dunkerque-Abbeville. Avec un parcours inédit, on suivra qui sera le successeur de Philippe Gilbert, vainqueur l’an passé.

INQUIETUDE POUR GO SPORT ROUBAIX LILLE METROPOLE

Go Sport Roubaix
Wilhelm Hubner lors des 4 Jours de Dunkerque 2022 (photo Pierre Willemetz/Sports5962)

La crise économique a des conséquences pour les courses. Mais peut-être encore plus pour les équipes cyclistes. B&B Hôtels/KTM a ainsi mis la clé sous la porte à la fin de l’année. Des questions se posent aussi sur l’avenir de l’équipe nordiste Continentale Go Sport Roubaix Lille Métropole.

L’an passé, Wilhelm Hubner, le président de la holding Hermione People & Brands (HPB), est arrivé à la tête du VC Roubaix. Il amenait avec lui l’enseigne de distribution d’articles sportifs Go Sport. Mais celle-ci vient d’être mise en redressement judiciaire, trois mois après la liquidation de l’enseigne Camaïeu.

Ces péripéties économiques et sociales inquiètent forcément le team cycliste, pour qui Go Sport est le principal partenaire (privé), aux côtés de la Ville de Roubaix et de la MEL, ses partenaires publics. L’équipe pro compte dix routiers professionnels, plus tout un staff autour dirigé par Daniel Verbrackel. Après une saison de beachrace satisfaisante pour Samuel Leroux, et des championnats de France sur piste éclatants au Stab de Roubaix, les routiers sont partis en stage en Espagne, avant la reprise de la compétition au Grand Prix de La Marseillaise.

Pour l’instant, Wilhelm Hubner, qui assistait aux championnats d’Europe de beachrace à Dunkerque, et aux « France » sur piste à Roubaix, ne communique pas sur l’avenir de l’équipe. Mais une inquiétude légitime survient auprès des coureurs et techniciens de l’équipe pro.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 1018 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.