CYCLISME : CEDRIC VASSEUR PREPARE UNE EQUIPE COFIDIS AMBITIEUSE POUR 2023

Guidon d'Or Cédric Vasseur
Cédric Vasseur répond à SPORTS 59/62 au Guidon d'Or d'Hellemmes (photo Pierre Willemetz/Sports 5962)

Cédric Vasseur était lundi soir au Guidon d’Or à Hellemmes, près de Lille. Le manager général de l’équipe Cofidis a notamment suivi ses deux coureurs engagés dans le critérium lillois, Piet Allegaert et Hugo Toumire. L’ancien maillot jaune du Tour de France a fait le point pour SPORTS 59/62 sur la saison remarquable de ses coureurs. Le maintien dans le circuit UCI-World Tour est quasiment assuré. Et le staff de Cofidis prépare depuis la fin du Tour de France l’équipe qui défendra ses couleurs en 2023.

C’est avec un large sourire que Cédric Vasseur est venu à Hellemmes assister au Guidon d’Or remporté par Florian Sénéchal. Là en voisin, le manager du team Cofidis vit visiblement très bien la période actuelle, qui voit ses coureurs multiplier les victoires. Avec 16 bouquets cette saison, l’équipe Nordiste a marqué beaucoup de points et semble d’ores et déjà assurée de rester en UCI World Tour, même si la chasse aux points va se poursuivre jusqu’à la fin de la saison, vers la mi-octobre. Avec son président Thierry Vittu présent également lundi soir à Hellemmes, il a déjà jeté les bases de l’effectif pour l’année prochaine. Il a balayé pour SPORTS 59/62 l’actualité de son équipe.

Le maintien en World Tour. » Il faut rester concentré jusqu’à la fin de saison. On sent quand même une forte concurrence des autres équipes. C’est logique. On se bat à 19-20 équipes pour 18 places. Mais c’est vrai que l’équipe fait un beau parcours. Et on est assez serein avec une force collective. Peut-être la meilleure de toutes les équipes qui luttent pour le maintien. »

La victoire de Jesus Herrada lors de la 7è étape du Tour d’Espagne: certainement la plus prestigieuse de l’année (photo Unipublic/Charly Lopez)

La belle victoire de Jesus Herrada

La victoire d’Herrada à la Vuelta. » Une belle victoire la semaine dernière au Tour d’Espagne avec Jesus Herrada. Toutes les victoires sont belles. Mais gagner sur les routes d’un Grand Tour, c’est particulier. Gagner avec un Espagnol chez lui en Espagne, il y a eu vraiment une adrénaline sur cette étape. On a vu le peloton mettre en route derrière. On n’imaginait même pas que l’échappée puisse aller jusqu’au bout. Et puis au sprint Jesus n’était pas vraiment le plus rapide. Aussi cette victoire représente une délivrance. C’est une super bonne nouvelle pour l’équipe à un moment important de la saison. Bien sûr, ce n’est pas le Tour de France. Mais pour nous, c’est certainement la victoire la plus prestigieuse de l’année. »

Les performances de Benjamin Thomas sur piste et sur route. » C’est vrai qu’avec Benjamin on a un objectif qui s’appelle Paris 2024. Il faut donc lui permettre de continuer à travailler sur la piste. Mais travailler avec Benjamin, c’est un pur bonheur. C’est un coureur qui est toujours à l’écoute, qui est fidèle à ses objectifs et à ceux de l’équipe. On voit très bien qu’il peut faire cohabiter la route et la piste. Nous allons donc continuer de cette façon. On s’aperçoit aussi que Benjamin ne cesse de franchir des paliers sur la route. Je suis persuadé qu’il n’a pas encore atteint son maximum, loin de là. C’est probablement un vainqueur d’étape du Tour de France; un coureur qui peut porter un maillot distinctif. On l’a encore vu au Grand Prix de Plouay. »

Des configurations de course chamboulées

La chasse aux points UCI. » La chasse aux points change complètement les configurations de course. On voit même des équipes plus orientées vers les victoires d’étape rouler derrière une échappée. parce qu’il y a dedans des coureurs d’une équipe concurrente… On assiste à des scenarii un petit peu particuliers. Maintenant, il faut l’accepter. C’est le jeu, comme au football où quand on mène dans les dernières minutes, on joue la montre ».

Cédric Vasseur à Hellemmes
Le Belge de Cofidis Piet Allegaert lors du Guidon d’Or (photo Pierre Willemetz/Sports 5962)

Les trois ans de Cofidis en World Tour. » On sait que le maintien en World Tour se joue sur trois ans, et pas sur une seule saison. Nous avons connu des débuts difficiles en 2020 avec la crise covid. Mais nous sommes montés en puissance. 2021 a été nettement meilleure, et 2022 est un cru exceptionnel. Cofidis est la 11ème meilleure équipe mondiale sur 2022. Vu nos moyens, c’est quelque chose d’exceptionnel. »

Les objectifs de la fin de saison. » Les courses de la région ont toujours un attrait particulier pour nous. On aime s’imposer sur les routes des Quatre Jours de Dunkerque, mais aussi au Grand Prix de Denain, au Grand Prix de Fourmies ou à Isbergues. L’année prochaine, nous aurons un championnat de France dans le Nord à Cassel. On voudra aller chercher un maillot qui ne veut pas venir. Mais peut-être qu’avec un championnat de France dans la région, ça va sourire. Si nous avons la possibilité de gagner à Fourmies et à Isbergues, on ne va pas bien entendu s’en priver (comme en 2021 avec Elia Viviani). D’abord parce que c’est un honneur et un prestige de gagner dans la région. On a des coureurs qui sont capables de la faire comme Max Walscheid ».

Sécuriser le top 10 de Cofidis

Le mercato pour l’équipe 2023. » Le mercato a déjà bien bougé. En tous cas notre volonté était de sécuriser les dix meilleurs coureurs puisque le classement UCI est basé sur les dix meilleurs coureurs de l’année. On est la 11ème meilleure équipe mondiale cette année. Cela veut dire que les dix meilleurs de notre équipes sont de grande qualité. Notre volonté avec Thierry Vittu était de sécuriser ce top 10 en resignant Guillaume Martin, mais aussi Ion Izagirre . Cela a pris beaucoup de temps, mais nous avons annoncé ces prolongations au début du Tour de France.« 

Renforcer les leaders.  » Maintenant, on cherche à renforcer l’équipe autour de Guillaume Martin et Ion Izagirre. Mais aussi Axel Zingle qui est la révélation de la saison. On essaye de renforcer le train de Bryan Coquard. Il y aura probablement des coureurs qui vont être annoncés dans les prochaines semaines. Mais ces coureurs seront là plus pour préparer le terrain pour notre top 10 puisque ce top 10 est quand même assez exceptionnel. »

VIDEO SPORTS 59/62 Cyclism’Actu. L’interview de Cédric Vasseur au Guidon d’Or à Hellemmes.

Propos recueillis le 29 août à Hellemmes

A propos de JEAN-MARC DEVRED 817 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.