CYCLISME : LES CONFIDENCES DE FLORIAN SENECHAL AU GUIDON D’OR A HELLEMMES

Guidon d'Or Sénéchal
Florian Sénéchal répond à Sports59/62 (photo Pierre Willemetz/Sports 5962)

Après le départ de la 5ème étape du Tour de France à Lille, Florian Sénéchal a de nouveau présenté son maillot de champion de France aux supporters de sa région lors du Guidon d’Or, lundi soir à Hellemmes près de Lille. Le Cambrésien a fait le point sur sa fin de saison, et qui est loin d’être terminée en ce qui le concerne.

Après un Tour de France exténuant au service de Fabio Jakobsen, Florian Sénéchal a coupé avant de reprendre la compétition il y a quelques jours. Le coureur originaire de Ligny-en-Cambrésis vient ainsi de se distinguer au Tour d’Allemagne, où il est passé tout près de la victoire d’étape. C’est de bon augure pour la fin de saison où il a encore beaucoup d’ambitions, et la volonté de montrer son maillot de Champion de France.

Le point sur la saison.«  Toute l’année est chargée entre les classiques, les stages, le Tour de France. Maintenant, il y a eu le Tour d’Allemagne, et maintenant, un autre stage pour préparer le championnat du Monde… C’est ma plus grosse année depuis que je suis professionnel. Je suis aussi celui qui le plus couru dans mon équipe. Cela prouve mon engagement. Là, c’est la dernière ligne droite. Encore un mois à fond jusqu’au 24 septembre en Australie.« 

Guidon d'Or Sénéchal
Florian Sénéchal mène le peloton lors du Guidon d’Or (photo Pierre Willemetz/Sports 5962)

La saturation de la fin de saison. » Mentalement oui, c’est dur. Mais physiquement, non. J’ai bien quadrillé les choses. Maintenant, dans le nouveau vélo, il faut être à 100% à chaque course. Ne pas se dire: je finis la saison comme ça. Il faut à chaque fois prendre du repos et s’entraîner pour chaque événement. C’est vrai que c’est dur mentalement. Mais physiquement, c’est toujours possible si l’on fait bien les choses. »

Un maillot qui change beaucoup de choses

Le championnat du Monde en Australie. » C’est sûr que le circuit sera favorable à Julian (Alaphilippe) avec une bosse à 8km de l’arrivée. Et pas une petite bosse… Après, pour moi, il faudra peut-être maigrir encore un petit peu pour être sûr d’être là (sourire). Mais je sens que les jambes reviennent bien. En Allemagne, j’ai failli gagner les deux premières étapes. Je travaille encore pour perfectionner ma condition. J’échange beaucoup avec Thomas (Voeckler, le sélectionneur national). Je suis sûr que je vais être en forme. Mais après, je sais qu’il faut être en très grande forme pour jouer la gagne. »

Vidéo SPORTS 59/62. Florian Sénéchal au Guidon d’Or parle de son maillot tricolore.

Le maillot Bleu-Blanc-Rouge. » Il a changé énormément de choses. J’ai beaucoup plus de supporters, c’est sûr. Et aussi l’envie de bien faire. On se dit, j’ai le maillot de Champion de France et je vais essayer de gagner le plus de courses possibles. Maintenant, on n’est plus anonyme. Je ne peux pas me faufiler dans le peloton. Cela change donc beaucoup de choses. Sinon, à la maison, ça reste pareil (NDLR: Florian est marié et père de famille). Là ma vie n’a pas changé. Il n’y a que sur les courses de vélo où c’est différent. Mais après, à la maison, je reste le même. »

FLORIAN SENECHAL VAINQUEUR DU GUIDON D’OR

Florian Sénéchal s’impose détaché à Hellemmes (photo Pierre Willemetz/Sports 5962)

Le Guidon d’Or à Lille-Hellemmes est l’un des rares critériums professionnels encore organisés en France. Ils ne sont ainsi plus que deux dans les Hauts-de-France avec Amiens (Prix Jean-Renaux) qui le précédait de quelques jours, et qui s’est terminé sur la victoire de Arnaud Démare. Malgré les difficultés inhérentes à une sécurité de plus en plus stricte, et à des disponibilités moindres des coureurs, les organisateurs lillois autour de Vincent Petit, Frédéric Vandenboogaerde et Laurent Pillon ont quand même rassemblé un plateau attractif d’une trentaine de coureurs, avec donc comme tête d’affiche Florian Sénéchal, venu en voisin de Belgique (il réside près de Tournai).

Le champion de France a justifié son statut. Florian Sénéchal gagne détaché, devant un public très nombreux autour du petit circuit urbain de 1,4km (à couvrir 55 fois). Derrière, Marc Sarreau (Citroën-AG2R), fort de ses trois victoires d’étape au Tour Poitou-Charentes, souffle la 2ème place au Boulonnais de Go Sport Roubaix Samuel Leroux. L’Arrageois Adrien Petit a été désigné coureur le plus combatif du critérium.

Le podium du Guidon d’Or: Marc Sarreau, Florian Sénéchal et Samuel Leroux (photo Pierre Willemetz/Sports 5962)
A propos de JEAN-MARC DEVRED 825 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

1 Trackback / Pingback

  1. Cédric Vasseur à Hellemmes

Les commentaires sont fermés.