CYCLISME : UNE ÉQUIPE DÉCATHLON AG2R LA MONDIALE AMBITIEUSE POUR PARIS-ROUBAIX

Paris-Roubaix Décathlon
Oliver Naesen sera le leader de Décathlon sur Paris-Roubaix 2024 (photo JMD/Sports 5962)

Cinq équipes françaises participent à Paris-Roubaix 2024. Les quatre World Tour: Groupama-FDJ, Cofidis, Arkéa-B&B Hôtels et Décathlon-AG2R-la Mondiale. Ainsi que TotalEnergies, classée en Pro Séries, mais invitée par ASO en tant que formation française. Le team créé par Vincent Lavenu a été renforcé cette année par l’arrivée du Nordiste Décathlon comme partenaire principal; important pour Paris-Roubaix. Les résultats sont bons depuis le début de saison. Aussi, les coureurs engagés sur la reine des classiques sont ambitieux pour dimanche.

Cofidis ne sera pas la seule formation nordiste engagée cette année dans l’Enfer du Nord. Le team belge Intermarché-Wanty, avec l’Arrageois Adrien Petit, est en effet implanté à Tournai. Et dans ce 121è Paris-Roubaix, on suivra aussi l’équipe Décathlon-AG2R-la Mondiale, vu l’importance de l’équipementier nordiste dans cette très ancienne formation.

On rappelle aussi que les coureurs sont équipés par Van Rysel, la marque vélo de Décathlon. C’est pourquoi le fabricant nordiste a installé durant deux jours un « Van Rysel Café » devant le Moulin de Vertain à Templeuve, pour accueillir les cyclos en ballade sur les secteurs pavés de Paris-Roubaix. C’est là que les coureurs ont aussi rencontré la presse, 24 heures après avoir effectué une reconnaissance sous la pluie des pavés du Nord.

L’équipe Décathlon AG2R lors de la reconnaissance des pavés jeudi.

Une équipe hybride autour de Naesen

Sur ce Paris-Roubaix, Décathlon alignera une équipe « hybride » composée d’habitués des classiques flandriennes, et de jeunes pros venus en découverte de l’Enfer du Nord. Le leader sera ainsi Le Belge Oliver Naesen (33 ans). L’Ostendais est en forme comme le prouvent sa 4è place au Circuit Het Nieuwsblad, puis sa 7è place il y a quelques jours au Tour des Flandres. « A Roubaix, si je termine dans le top 10, j’aurais réussi ma campagne de classiques. Mais je peux aussi viser un podium, comme je peux rentrer vite à la maison. »

 » Paris-Roubaix, c’est une loterie où tu as plus de chances de gagner avec de bonnes jambes »

Oliver Naesen

Et de préciser à ce sujet, « Paris-Roubaix, c’est une loterie. Mais si tu as de bonnes jambes, tu as des tickets supplémentaires pour gagner… » Naesen pense ainsi aux crevaisons et aux chutes qui sont inévitables sur les pavés du Nord. Même le super-favori, Mathieu van der Poel, n’en est pas à l’abri. Ce qui lui fait dire: « au Ronde, il n’y avait qu’un coureur, voire deux, qui pouvait gagner. A Paris-Roubaix, il y en a 25 ou 30 cette année. »

Vidéo Dailymotion SPORTS 59/62. L’interview de Oliver Naesen à Templeuve avant Paris-Roubaix.

Oliver Naesen aura une équipe à son service car c’est l’un des outsiders de cette 121è édition. Il pourra ainsi compter sur ses compatriote Dries de Bondt et Sander de Pestel, mais aussi sur Edvald Boasson Hagen et Damien Touzé, toujours à l’aise sur ce type de parcours. « J’essaierai de partir dans l’échappée matinale. Mais ce sera dur car tous les coureurs veulent le faire. Sinon, j’espère passer entre les chutes et les crevaisons pour accompagner Oliver le plus loin possible. »

Damien Touzé au Moulin de Vertain à Templeuve

Continuer à surfer sur la bonne vague

Quelques jeunes pousses découvrent Paris-Roubaix. C’est le cas de Pierre Gautherat et de Jordan Labrosse, 21 ans tous les deux. » Paris-Roubaix, c’est la reine des classiques », rappelle ce dernier. C’est toujours énorme de prendre le départ pour la première fois. Mon objectif ici est de prendre de l’expérience et d’aider nos leaders le plus loin possible. Si je parviens en plus à terminer la course, ce serait aussi un bon résultat pour moi. »

Depuis le début de cette première saison commune entre l’équipementier de sport nordiste et la compagnie d’assurance, les résultats sont bons. Excellents même avec déjà 8 succès, dont 3 pour le jeune Paul Lapeira, grande révélation de ce premier trimestre.

Les « Décathlon » surfent donc sur la bonne vague. Et c’est en pleine confiance, et sans aucun complexe, qu’ils plongeront dans cet Enfer du Nord qui ne leur fait pas peur, quelles que soient les conditions annoncées.

Retrouvez aussi les interviews en vidéo de Jordan Labrosse et Pierre Gautherat sur Dailymotion SPORTS 59/62.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 1606 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.