FOOTBALL : LE RETOUR DES NORDISTES EN EQUIPE DE FRANCE FEMININE

France Portugal féminines
L'équipe de France et Amandine Henry au stade du Hainaut (photo JMD/Sports5962)

Entre la Coupe du Monde de rugby à Lille et les Coupe d’Europe pour le RC Lens et le LOSC, l’évènement est passé un peu inaperçu. Mais vendredi soir, l’équipe de France féminines fait sa rentrée après la Coupe du Monde disputée cet été en aux antipodes; ce sera contre le Portugal dans une nouvelle compétition. Il s’agit de la Ligue des Nations, qui voit le jour 5 ans après celle des hommes. Ce sera au stade du Hainaut à Valenciennes avec dans la sélection de Hervé Renard, deux joueuses nordistes. Ce qui ne s’était pas vu depuis un moment.

Les femmes à leur tour ont droit à une nouvelle compétition, avec cette Ligue des Nations qui remplace les habituelles rencontres amicales sans enjeu. Les deux premières journées ont donc lieu en ce début d’automne, avec France-Portugal ce vendredi 22 septembre à Valenciennes. Suivi de Autriche-France le 26 à Vienne. Pour préparer ces deux matches officielles, les Bleus se sont retrouvées lundi à Clairefontaine. Elles ont quitté le Centre national du football jeudi matin pour rallier Valenciennes, où elles resteront jusqu’à samedi pour le décrassage. Et elles ont effectué un dernier entraînement en fin d’après-midi.

Les Bleues à l’entraînement au stade du Hainaut jeudi après-midi

Le retour de Amandine Henry

Les Bleues se retrouvent donc quelques semaines après une Coupe du Monde frustrante. A l’issue d’une opération commando, les joueuses du nouveau sélectionneur Hervé Renard ont atteint les 1/4 de finale. Et là, elles sont éliminées par les Australiennes à l’issue d’une séance de tirs au but irrespirable (7-6). Une fois de plus, la France échouait dans sa quête de titre, ou au minimum, de podium. Mais il y avait certes des circonstances atténuantes vu la crise interne provoquée par Corinne Diacre; puis les absences de plusieurs taulières en Australie.

Pour ce premier rassemblement international de la saison, Hervé Renard a retenu 25 joueuses. En grande majorité le groupe de la Coupe du Monde. Néanmoins, quelques noms sont apparus. Et parmi ceux-là, ceux de deux joueuses du Nord, qui auront le plaisir d’évoluer chez elles, au stade du Hainaut à Valenciennes.

On assiste d’abord au grand retour de Amandine Henry avec ce France Portugal féminines. La Lilloise retrouve l’équipe de France à l’âge de 34 ans (dans quelques jours), après deux années d’exclusion par Corinne Diacre, puis des blessures à l’arrivée de Hervé Renard.

L’ancienne capitaine de l’équipe de France évolue désormais aux Etats-Unis, au Angel City FC. Elle jouait encore dimanche là-bas et elle est arrivée lundi à Paris, avec le décalage horaire à avaler. C’est pourquoi elle ne débutera pas le match, comme l’a clairement laissé entendre Hervé Renard. « Amandine va nous apporter son expérience. Mais elle sait qu’actuellement, elle n’est pas capable d’enchaîner les titularisations avec l’équipe de France. Mais elle va avoir son rôle à jouer . Bon retour à elle , et on espère qu’elle nous conduira vers de nombreux succès. »

Vidéo Dailymotion Sports 59/62. La conférence de presse de Hervé Renard et Selma Bacha en intégralité

Les débuts de Julie Dufour

Avec l’expérimentée Amandine Henry (34 ans, 93 sélections, 13 buts), une autre Nordiste figure dans cette nouvelle équipe de France féminines face au Portugal. Il s’agit de Julie Dufour (22 ans, aucune sélection). Et c’est en plus la locale de l’étape. La petite attaquante du Paris FC est en effet née à Valenciennes. Elle a été formée à Fenain puis Escaudain, avant de rejoindre le LOSC où elle a joué 4 saisons, et notamment en D1, avant d’émigrer à Bordeaux. Le week-end dernier, hasard malicieux, Julie affrontait d’ailleurs, avec son actuel club du Paris FC, les Lilloises pour leur retour en D1. Un match auquel assistait d’ailleurs Hervé Renard, et qui s’est fini sur une large victoire des parisiennes (0-4).

« C’est lors de ce match que j’ai appris qu’elle était de cette région, avec toute sa famille dans les tribunes… » explique le coach français. « On la suit depuis le mois d’avril. Elle avait réalisé de bonnes performances avec Bordeaux. Elle a continué durant le parcours en Champions League avec Paris FC. C’est la raison pour laquelle elle est là. Elle a des qualités de percussion dont nous avons besoin. Je suis ravi qu’elle soit là. Maintenant, c’est à elle de nous démontrer ces qualités au niveau international. »

Le public peut raisonnablement espérer la voir jouer et obtenir une première sélection. Même si elle a peu de chances de débuter la rencontre. En tous cas, le sélectionneur national n’a rien révélé de ce côté-là. Mais il y aura donc deux joueuses du Nord au moins sur le banc à Valenciennes. Deux profils totalement différents mais qui font un peu office de transmission de témoin entre « l’ancienne » et « la nouvelle ».

Le stade du Hainaut bastion du football féminin

France Portugal féminines
Le stade du Hainaut attend plus de 18 000 spectateurs (photo JMD/Sports 5962)

On s’attend à une belle ambiance pour ce match. 17 000 des 20 000 billets ont déjà trouvé preneurs. L’équipe de France féminine a en effet un public fidèle à Valenciennes, comme à Calais. L’attaquante de l’OL Selma Bacha se prépare ainsi à découvrir cette ambiance. « Ce sera la première fois que je joue à Valenciennes. Je n’ai entendu que des bonnes choses, que c’est une région qui aime le football féminin. Et qu’il y aura beaucoup de monde ». D’où ce message: « s’il reste des places, on vous attend tous au stade pour venir nous supporter. »

Nul doute que le public valenciennois sera présent pour soutenir son équipe de France, avec en plus deux jeunes femmes de la région sur le terrain ou sur le banc. On se souvient aussi de la grande fête populaire qu’a constitué la Coupe du Monde féminine 2019, qui avait vu notamment les vagues oranges déferler sur la ville avec l’équipe des Pays-Bas.

Aujourd’hui, le stade du Hainaut constitue bien un bastion du football féminin en France.

France-Portugal féminines, vendredi 22 septembre, stade du Hainaut à Valenciennes (21h10). Première journée de la Ligue des Nations.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 1641 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

1 Trackback / Pingback

  1. Valenciennes Amandine Henry le retour en bleu

Les commentaires sont fermés.