FOOTBALL : PELE, LA MORT D’UNE LEGENDE

Décès Pelé réactions dans le Nord
@CBF

La nouvelle est tombée vers 20 heures ce jeudi 29 décembre. Le roi Pelé est mort. Malheureusement, cette disparition était crainte. Le plus célèbre footballeur de l’Histoire était en effet hospitalisé en soins intensifs, à l’hôpital Albert-Einstein de Sao Paulo, pour un cancer du côlon en phase terminale. Edson Arantes Do Nascimento, de son vrai nom, s’est éteint à l’âge de 82 ans. Le monde entier rend hommage à cet immense champion, dont la notoriété dépassait largement le cadre du sport. Dans le Nord-Pas-de-Calais aussi bien sûr, les réactions au décès de Pelé sont nombreuses.

Hier soir à l’heure du prime time, les chaînes TV ont bousculé leurs programmes. Les journaux des chaînes généralistes diffusaient la nécrologie préparée dans la semaine quand on a appris l’hospitalisation de Pelé. Les chaînes d’information continue ont tout de suite oublié la guerre en Ukraine, le covid et la préparation du Nouvel An pour se consacrer totalement à la disparition de la star brésilienne.

Les hommages se sont multipliés sur les réseaux sociaux. Parmi les clubs de la région, le LOSC a été le premier à réagit en publiant ce tweet. On y voit Pelé tenant à la main la Coupe Jules-Rimet, qu’il a gagné trois fois (1958, 1962, 1970).

Un hommage unanime

Tout le monde du football était en émoi. Toutes les stars actuelles, de Lionel Messi à Cristiano Ronaldo, en passant par Neymar et Kylian Mbappé ont réagi. Le prodige français a ainsi publié une photo où on le voit aux côtés du Roi, à qui on le compare. Une photo en noir et blanc qui fait figure de succession…

Tous les journalistes, dirigeants et entraîneurs connus dans le Nord ont ainsi été sollicités pour donner leurs réactions après le décès de Pelé. Des plus anciens comme l’ancien entraîneur de Lens Guy Roux, jusqu’aux plus jeunes comme Rudi Garcia et Franck Haise. L’actuel manager du RC Lens, qui n’a pas connu la star brésilienne, a été interrogé sur sa disparition à l’issue du match nul 0-0 des Sang et Or à Nice.

« C’est une légende et ça restera une légende« , confie ainsi aux media Franck Haise. « Parce que ça personne ne pourra l’enlever. C’est une grande légende du football, et une grande légende du sport tout court. »

1958: quatre joueurs nordistes découvrent Pelé

Pelé reste le seul joueur à avoir gagné trois fois la Coupe du Monde. La première, c’était en 1958 en Suède. Il n’avait alors que 17 ans lorsqu’il s’est révélé au monde entier. Absent au départ de la Seleçao à cause d’une blessure, le jeune prodige va ensuite rentrer et ne plus sortir jusqu’à la finale remportée face à la Suède (5-2). En demi-finale, Pelé avait fait mal à l’équipe de France de Kopa, Piantoni et Fontaine. Il avait en effet marqué trois buts lors de ce match remporté 5-2 par le Brésil.

Quatre Nordistes figuraient dans cette équipe de France 1958 qui montera pour la première fois sur le podium de la Coupe du Monde. Quatre joueurs qui ont alors découvert le futur roi du football. Il s’agissait du Noeuxois Raymond Kopa, de l’Auchellois Jean Vincent, du Calonnois Maryan Wisnieski (décédé cette année), et du Valenciennois Bernard Chiarelli. Agé aujourd’hui de 88 ans, Monsieur Chiarelli vit toujours dans le secteur de Valenciennes, à Trith-Saint-Léger. Le défenseur de l’USVA n’a pas joué du tout lors de cette Coupe du Monde. Mais il a pu admirer Pelé du banc de touche. Le club de Valenciennes a aussi rendu hommage au roi Pelé, « l’un des plus grands artistes de son histoire ».

Trois jours de deuil national

Les hommes politiques ont également rendu hommage à la légende du football. Le président brésilien Lula, Barack Obama ou Emmanuel Macron ainsi ont rapidement réagi sur les réseaux sociaux. « Peu de Brésiliens ont porté le nom de notre pays aussi haut que lui« , écrit ainsi Lula.

A Rio de Janeiro, le Christ Rédempteur du Corcovado, monument emblématique qui domine la baie, a été illuminé en hommage à Pelé, tout comme le mythique stade Maracana.

Le Brésil, plongé aujourd’hui dans la peine, va rendre un hommage national durant trois jours à sa star disparue. Une veillée funèbre, ouverte au public, aura lieu lundi et durera 24 heures, au stade du Santos FC, club où l’éternel numéro 10 a brillé de 1956 à 1974. L’enterrement, mardi, se déroulera en revanche dans l’intimité familiale, après un cortège suivant le cercueil dans les rues de Santos, ville portuaire à 80 km de Sao Paulo qui a décrété pour sa part un deuil de sept jours.

SOUVENIR : PELE A LAUSANNE POUR LES JO 2004

Au lendemain du décès de Pelé, de nombreux journalistes (anciens) sont interrogés sur leurs souvenirs concernant le roi du football. Personnellement, j’ai eu l’occasion de côtoyer Pelé l’espace de quelques minutes. Et il me revient cette anecdote qui résume tout son charisme.

Cela se passait à Lausanne en Suisse, le 9 mars 1997. C’était à la veille de l’annonce de la short-list du Comité international olympique. Lille faisait partie des 11 villes candidates à l’organisation des JO 2004. Avec France 3, nous avions suivi la délégation lilloise menée par Martine Aubry et Francis Ampe lors de cette cérémonie.

Les 11 villes et donc, pays, candidats étaient représentées par des stars du sport, des personnalités politiques et extra-sportives importantes. Pelé était venu défendre la candidature de Rio de Janeiro, en tant que ministre des Sports.

La veille de la désignation officielle, une réception avait lieu dans un grand hôtel de Lausanne avec l’ensemble des délégations. A un moment, je me suis retrouvé côte à côte avec le roi Pelé. Tout de suite, ce qui m’avait frappé, c’était sa petite taille (1m70). Mon collègue de France 3 Patrick Duluc (journaliste reporter d’images) a alors eu une demande de notre rédacteur en chef Joël Picot de lui ramener… un autographe du roi Pelé. Celui-ci est donc parti en mission avec un papier et un stylo à la main.

Je l’ai retrouvé une demi-heure plus tard avec le précieux sésame à la main. » Quelle galère pour approcher Pelé« , me confie ainsi Patrick qui avait visiblement bataillé pour obtenir cette dédicace. La star brésilienne suscitait un attroupement étonnant vu le CV des invités. Mais c’est bien lui qui captait toute la lumière, avec une grande simplicité.

Personnellement, je n’ai jamais fait la chasse aux autographes. Mais je regrette que les téléphones portables avec photo n’étaient pas encore sur le marché. Car je n’aurais pas manquer de faire un selfie avec le plus grand champion de l’Histoire. JMD

A propos de JEAN-MARC DEVRED 1018 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

1 Trackback / Pingback

  1. Boxing Day Lens PSG 3-1

Les commentaires sont fermés.