JEUX PARALYMPIQUES: LA FRANCE 4EME NATION A PEKIN 2022

Paralympiques bilan
Arthur Bauchet a été le héros français des Jeux Paralympiques (photo L.Percival/CPSF)

Les Jeux Paralympiques Pékin 2022 ont pris fin ce dimanche 13 mars avec la traditionnelle cérémonie de clôture. C’est donc l’heure des bilans. Il est positif pour l’équipe de France qui termine 4ème au classement des médailles avec un total de12 dont 7 en or. L’objectif primitif (top 3) n’est cependant pas atteint à cause de certains échecs comme celui de Marie Bochet. Bilan de ces 13èmes Jeux Paralympiques.

L’équipe de France handisports reste donc la 4è nation mondiale aux Jeux Paralympiques d’hiver, comme à PyeongChang en 2018. Cependant, ce bilan n’est pas totalement satisfaisant. D’abord parce qu’elle ne récolte que 12 médailles, contre 20 en Corée du Sud. Mais le même nombre de titres qui lui permet de conserver son rang. Et aussi parce que l’objectif visé, la 3ème place n’est pas atteint.

La France arrive derrière la Chine, grande triomphatrice de ces Jeux et qui a mis les moyens pour cela. L’Ukraine est 2ème; tout un symbole, et le Canada 3ème. L’absence des athlètes russes et biélorusses exclus de la compétition ouvrait pourtant plus de possibilités de médailles.

Daviet exact au rendez-vous

Mais la France n’avait qu’un délégation réduite à 18 athlètes à Pékin. Et une grande partie de ses espoirs reposaient sur Benjamin Daviet en para ski nordique, et Marie Bochet en para ski alpin. Le premier a connu un début difficile en ratant le podium de ses deux premières courses. Il s’est rattrapé ensuite en décrochant quand même deux médailles d’or sur le sprint KO en ski de fond, et le 12,5 km en biathlon. Plus deux médailles d’argent sur le 10 km libre de ski de fond et le relais.

Le porte-drapeau de l’équipe de France compte ainsi dix médailles à son palmarès. « Dix médailles paralympiques c’est incroyable. Ce que je retiendrais le plus, c’est que je suis médaillé dans toutes les disciplines et ça je pense que ce n’est pas donné à tout le monde »

La déception Marie Bochet

Marie Bochet en revanche a raté ses Jeux. Cette immense championne comptait 8 titres paralympiques en ski alpin. A Pékin, elle n’obtient qu’une médaille d’argent qui l’a cependant rempli de joie, et permis de mettre fin à sa carrière sur une note positive.

Pour autant, les dirigeants du CPSF refusent de parler de déception en ce qui concerne Marie Bochet. Comme l’explique Jean Minier, le chef de mission, dans la conférence de presse de clôture: » on s’attendait depuis longtemps à ce que Marie soit confrontée sur ces Jeux à l’arrivée d’une forte concurrence parmi les jeunes. On savait que ces Jeux seraient compliqués pour elle. Mais ce n’est pas pour nous une déception. Marie a fait tout ce qu’elle a pu. Elle a été héroïque. Elle est restée mobilisée face à cette concurrence nouvelle. »

Jeux paralympique bilan
Marie Bochet lors de la descente (photo L.Percival/CPSF)

L’autre demie déception est venue de Hyacinthe Deleplace, chez les skieurs alpins déficients visuels. Celui-ci est resté plusieurs fois au pied du podium, avec la peu appétissante « médaille en chocolat... » Il obtient quand même une médaille de bronze en descente avec son guide, Valentin Giraud-Moine, ancien descendeur de l’équipe de France de ski alpin.

Même constat pour Anthony Chalençon, qui a souvent flirté avec le podium, sans parvenir à y accéder, chez les déficients visuels en para ski de fond. Mais qui récolte quand même une médaille avec le relais open.

Arthur Bauchet le héros

Le bilan positif de la France à ces Jeux Paralympiques d’hiver Pékin 2022 doit donc beaucoup à Benjamin Daviet, mais surtout à Arthur Bauchet qui rapporte à lui seul le tiers des médailles tricolores. Le jeune skieur de Briançon a été l’homme de ces Jeux, après avoir gagné quatre médailles d’argent en Corée.

paralympique Bauchet
Arthur Bauchet lors du slalom du combiné (photo L.Percival/CPSF)

Sur la piste de Yanqing, Bauchet rafle 4 médailles: le bronze du slalom géant. Mais surtout l’or en descente, slalom et super-combiné. La 4ème place du super G constitue la seule (petite) déception car ce bilan personnel est exceptionnel. Malgré la maladie qui le ronge, le jeune Savoyard a réussi une campagne magnifique sur le plan sportif, et offert beaucoup d’émotions à la France. Cette année en effet, les Jeux Paralympiques étaient diffusés pour la 1è fois en intégralité sur France Télévisions.

«  Arthur a fait des Jeux exceptionnels dans la difficulté« , affirme ainsi Jean Minier. » C’est un très beau symbole de cette équipe de France à Pékin. Il a apporté beaucoup plus que ses résultats. Il a apporté de la fraîcheur, une image et un discours extrêmement positifs. »

Les snowboarders confirment leur statut

Le snowboard a aussi répondu présent, avec les sacres de Cécile Hernandez en cross et de Maxime Montaggioni en banked slalom. Tous deux ont confirmé leur statut de favori durant la compétition.

C’est pourquoi les responsables de la délégation française à ces 13èmes Jeux Paralympiques dressent un bilan positif malgré le recul en nombre de médailles. » les médailles d’or sont bien réparties entre les trois sports (ski alpin, ski nordique, snowboard) sur lesquels nous étions présents », explique ainsi Jean Minier. » Nous maintenons notre 4è rang en laissant par exemple les Etats-Unis derrière nous. Il y avait ici une vraie densité.« 

 » Il faut bâtir une stratégie pour 2026 et renforcer l’équipe de France »

Franck Bignet, directeur technique national de la Fédération handisports

Le directeur technique national de la Fédération handisport, Franck Bignet, va dans le même sens. » Le bilan est positif avec ce maintien à la 4è place grâce au jeu des médailles d’or. Maintenant, il faut bâtir une stratégie pour 2026, et renforcer cette équipe de France. La qualité, nous l’avons. Il va falloir travailler sur la quantité d’athlètes présents. Aller détecter, même si je n’aime pas le mot, de nouveaux potentiels. Et développer la capacité à faire du transfert été-hiver ».

En conclusion générale, Marie-Amélie Le Fur confirme aussi sa satisfaction. » Nous sommes présents dans trois des cinq sports de ces Jeux Paralympiques. Maintenant, il y a un travail à mener sur le curling et le hockey-luge. Nous comptons créer une équipe de France sur ces deux sports en 2026, en collaboration avec la Fédération française des sports de glace. Car il faut prévoir un plan d’action qui concernera notamment l’aménagement des patinoires« , termine la présidente du Comité paralympique et sportif français.

La leçon de la Chine

En ce qui concerne le bilan général, la Chine a survolé ses Jeux Paralympiques en présentant une forte délégation de 96 athlètes. Les athlètes Chinois ont atteint des sommets lors de ces Jeux paralympiques, et permettent à la délégation hôte de terminer en tête du tableau des médailles avec 61 médailles. Un incroyable bond par rapport à l’unique titre glané en curling chez le voisin coréen il y a quatre ans. Mais on sait que les Chinois y ont mis les moyens…  » Nous avons été surpris par la domination écrasante de la Chine » confirme ainsi Jean Minier. » C’est une leçon à retenir pour l’avenir, d’autant que la Chine va continuer sa montée en puissance dans 4 ans. »

Jeux paralympique bilan
La cérémonie de clôture des Jeux paralympiques Pékin 2022 (photo G.Picout/CPSF)

Bilan des médailles aux Jeux Paralympiques

Médailles d’or (7)

  • Arthur Bauchet: (para ski alpin): descente, super-combiné, slalom (3)
  • Benjamin Daviet (para ski nordique): sprint KO, biathlon individuel (2)
  • Cécile Hernandez (para snowboard): snowboard cross (1)
  • Maxime Montaggioni (snowboard): banked slalom (1)

Médailles d’argent (3)

  • Benjamin Daviet: ski de fond distance moyenne style libre (1)
  • Equipe de France en relais open ski de fond (1)
  • Marie Bochet (para ski alpin): descente féminines debout (1)

Médailles de bronze (2)

  • Arthur Bauchet : slalom géant debout (1)
  • Hyacinthe Deleplace/Valentin Giraud-Moine: descente déficients visuels (1)
Arthur Bauchet, porte-drapeau lors de la cérémonie de clôture (photo G.Picout/CPSF)
A propos de JEAN-MARC DEVRED 675 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.