ROUTE DU RHUM 2023 : THOMAS RUYANT PART POUR LA GAGNE

Route du Rhum Thomas Ruyant
L'arrivée de LinkedOut mercredi soir à Saint-Malo (photo JMD/Sports 5962)

Les monocoques de la classe IMOCA, celle des concurrents du Vendée Globe, sont entrés dans le port de Saint-Malo mercredi en fin de journée. C’était lors de la 2ème parade d’ouverture de la Route du Rhum. Thomas Ruyant et son équipage sont arrivés dans le deuxième sas, pour s’amarrer au quai Duguay-Trouin, celui des IMOCA, vers 21h. Il faisait nuit. Mais de nombreux supporters de LinkedOut l’attendait quand même sur les pontons. Et Thomas Ruyant, qui dispute lors de cette Route du Rhum sa dernière course sur le foiler actuel, n’a pas manqué d’aller les saluer.

 » Le convoyage depuis Lorient n’a pris que 10 heures », confiait un peu fatigué le marin dunkerquois à son arrivée. « Mais nous sommes restés amarrés 24 heures au large de Dinard. » Cela, à cause de cette parade d’ouverture qui constitue la grande innovation de cette 12ème édition. Une belle initiative pour les spectateurs. Mais pas forcément pour les concurrents. Sur cette question, Thomas semblait d’ailleurs partagé.

Vidéo SPORTS 59/62. Thomas Ruyant à son arrivée à Saint-Malo.

L’amarrage des derniers IMOCA a ainsi pris fin tard dans la soirée, après la fermeture du village de la Course. Une soirée longue pour les marins, et le personnel infatigable de l’organisation qui encadrait l’opération.

Une incroyable fête populaire à Saint-Malo

Après deux années de covid, le public retrouve avec joie les grands rassemblements festifs. C’était déjà le cas il y a un an à la Transat Jacques Vabre. Quel contraste avec le huis clos imposé lors du Vendée Globe, et qui avait gâché la fête… Tous les skippers sont donc heureux de retrouver dans la cité corsaire cette effervescence autour des bassins. C’est ce qu’expliquait Thomas avant son départ de Lorient.

« La Route du Rhum, c’est une vraie grande fête populaire. J’ai hâte de retrouver amis, candidats LinkedOut, concurrents, équipiers, partenaires et public autour des bassins. De tels temps forts de sont pas si courant dans notre sport, et un peu comme lors d’un départ de Vendée Globe, j’ai envie d’en profiter, de partager avec le public. Je fais juste attention à ne pas perdre d’énergie dans cet exercice, et je maintiens un bon niveau d’entretien physique. »

Effectivement, à peine arrivé sur les pontons, après un premier contact avec ses fidèles supporters qui l’ont attendu tard, le Dunkerquois est parti se restaurer et se reposer avec les membres de son team. Thomas comptait rester jusqu’à ce week-end pour régler les formalités avec le comité course. Puis repartir passer quelques jours en famille chez lui. Il reviendra en fin de semaine prochaine à Saint-Malo pour le départ qui s’annonce grandiose, vu le nombre exceptionnel d’engagés (138).

Route du Rhum Thomas Ruyant
Le passage des écluses lors de l’arrivée des IMOCA à Saint-Malo (photo Route du Rhum 2022)

A terre en tous cas, la fête est exceptionnelle. Le village connaît une énorme fréquentation en cette période de vacances scolaires marquée par un temps extraordinaire. Les visiteurs restent jusqu’à la fermeture, souvent à 22 heures. Les restaurateurs et cafetiers se frottent les mains devant cette affluence exceptionnelle.

Finir l’aventure sur une victoire

Les marins profitent pleinement de cette animation. L’heure de la concentration, ce sera en fin de semaine prochaine, avec le briefing météo. Les concurrents entreront alors dans leur bulle après les dernières sollicitations médiatiques. Après la communication, place au sportif…

 » Je n’en fait pas mystère. Seule la victoire m’intéresse… »

Thomas Ruyant

Comme on le sait, Ruyant disputera sa dernière course sur le foiler actuel, avec lequel il a terminé 6ème du Vendée Globe. Et gagné aussi l’an passé la Transat Jacques Vabre aux côtés de Morgan Lagravière. Thomas compte bien terminer ce parcours sur LinkedOut par une victoire en IMOCA.

« Je n’en fais pas mystère, seule la victoire m’intéresse » confie sans ambages le skipper nordiste. « Notre LinkedOut, accéléré par Advens, est indiscutablement l’un des meilleurs bateaux de la flotte. D’autres voiliers de génération plus récente seront sur la ligne de départ, mais notre plan Verdier de 2019 est désormais parfaitement abouti, au meilleur de ses configurations et de ses évolutions. Il a encore progressé depuis la victoire l’an passé dans la Transat Jacques Vabre. Nous avons intégré les nombreuses réflexions suggérées par Morgan Lagravière et mes navigations de l’année m’ont mis en confiance… »

Thomas Ruyant a déjà gagné la Route du Rhum. C’était en 2010, en Class40. Une victoire en IMOCA représente bien sûr une dimension nettement supérieure, car c’est aujourd’hui la classe la mieux organisée dans la course au large. Et la plus prolifique au niveau professionnel. Ainsi, il y a 38 bateaux au départ à Saint-Malo, contre 8 Ultim et autant de Ocean Fifty (les multicoques). Le Vendée Globe donne une popularité incroyable aux IMOCA qui attirent les meilleurs skippers.

Thomas Ruyant disputera sa dernière course sur l’actuel LinkedOut (photo Pierre Bouras/TR Racing)

Les anciens foilers favoris contre les nouveaux

C’est pourquoi de nombreuses constructions récentes s’alignent à Saint-Malo. D’autres bateaux sont encore en construction, comme le futur Advens de Thomas Ruyant, qui devrait sortir de son chantier de Lorient en février prochain. En attendant, le Dunkerquois disputera la Route du Rhum 2022 sur le LinkedOut parfaitement au point aujourd’hui, et qu’il maîtrise totalement aujourd’hui.

« J’évolue ainsi avec de plus en plus de facilité à bord, y compris quand le bateau vole à plus de 30 noeuds. La Route du Rhum va se jouer aussi sur ce terrain de la capacité à encaisser cette violence dans la durée, car notre sprint ne durera pas 3 ou 4 jours comme les courses d’avant saison, mais bien une dizaine de jours. C’est cette aisance, nouvelle, qui crée chez moi l’impatience de partir, de vivre cette expérience du grand large à haute vitesse au dessus des flots. »

Ses principaux rivaux pour la victoire partent comme lui sur les bateaux construits pour le dernier Vendée Globe. C’est le cas de Charlie Dalin sur Apivia, qui fait figure de grand favori après son succès dans la Vendée Artic cet été. Le tenant du titre, Paul Meilhat en revanche, se lance déjà sur le nouveau Biotherm. Ce sera pour lui l’occasion de découvrir sa nouvelle monture. Il ne compte pas de ce fait se mêler à la lutte pour la victoire.

Une étape importante avant le Vendée Globe

Depuis quatre mois, sept skippers ont ainsi mis à l’eau de nouveaux bateaux ! Parmi eux, on compte quatre sisterships : V and B – Monbana – Mayenne pour Maxime Sorel, Biotherm (sistership de LinkedOut, pour Paul Meilhat), Maitre Coq V pour Yannick Bestaven, et Initiatives Cœur 4 pour Samantha Davies. Et trois bateaux conçus dans des moules complétements neufs (Holcim – PRB de Kevin Escoffier, Charal2 de Jérémie Beyou et Malizia – Sea Explorer de Boris Herrmann). Tous seront sur la ligne de départ le 6 novembre prochain à Saint-Malo.

La construction du nouvel Advens se termine durant la Route du Rhum (vidéo TR Racing)

C’est pourquoi les chances de victoire de Thomas Ruyant sur cette 12ème Route du Rhum sont bien réelles. Un succès sur la plus prestigieuse des transats constituerait le fleuron de son palmarès. Pour cela, rendez-vous fin novembre en Guadeloupe.

Le grand public suivra en priorité la bataille des impressionnants Ultim 32/23, qui devraient arriver en moins d’une semaine. Mais la bataille navale des IMOCA suscitera la même passion, deux ans après un Vendée Globe inoubliable.

A Saint-Malo, Jean-Marc Devred

A propos de JEAN-MARC DEVRED 917 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Route du Rhum Paul Meilhat
  2. Route du Rhum avant départ

Les commentaires sont fermés.