RUGBY : LES SPRINGBOKS SE QUALIFIENT (ENCORE) A L’ARRACHE FACE AUX ANGLAIS

Rugby Angleterre-Afrique du Sud
A l'image de l'arrière Frankie Steward, les Anglais ont malmené les Springboks (Photo Michael Steele - World Rugby/World Rugby via Getty Images)

 La finale de la Coupe du Monde de Rugby 2023 mettra donc aux prises la Nouvelle-Zélande, victorieuse de l’Argentine 44-6 vendredi soir, à l’Afrique du Sud, qui a fini par terrasser l’Angleterre samedi au Stade de France (16-15).Il s’agira de la première finale entre les deux pays les plus titrés dans la compétition (trois titres chacun) depuis l’édition 1995. Mais cet Angleterre-Afrique du Sud ne laissera pas un grand souvenir chez les amateurs de rugby.

Que ce fut compliqué pour les Sud-Africains ! Alors que pas grand monde ne misait sur l’Angleterre, le XV de la Rose a en effet mené au score durant 78 minutes. Était-ce dû à la pluie, qui a arrosé Saint-Denis toute la soirée, donnant un air typiquement british à cette demi-finale ?

Toujours est-il que les hommes de Steve Borthwick, moribonds tout au long de l’année 2023, ont pendant plus d’une heure admirablement mené leur barque face aux surpuissants Springboks. Grâce à un jeu efficace se basant sur trois principes : de l’agressivité sur le porteur de balle, du jeu au pied précis, des points pris dès que possible.

En ralentissant le tempo, en contestant les points de rencontre, le XV de la Rose a ainsi empêché les Boks de dérouler leur jeu. Preuve en est, la première (vague) occasion d’essai des Sud-Africains est intervenue à la 52e minute, mais le ballon poussé au pied par Willy Le Roux est sorti du terrain avant qu’il ne s’en empare.

Le caoching sud-africain

À ce moment-là, Jacques Nienaber avait déjà procédé à du coaching, encore plus précoce que d’habitude (Pollard dès la 32e, De Klerk, Snyman et Le Roux dès les premières minutes de la 2e période). Mais cette fois, le ‘bomb squad’ ne faisait pas exploser son adversaire.

Owen Farrell, dans la lignée de son 4/4 en première période, passait même un drop pour donner neuf longueurs d’avance aux siens (15-6, 53e).

Clairement dans le dur, l’Afrique du Sud parvenait toutefois à s’offrir le droit d’y croire. À 11 minutes du terme, RG Snyman terminait le travail de sape des siens à proximité de la ligne, pour revenir à deux points avec la transformation de Pollard (15-13, 69e).

Et l’occasion de prendre les devants apparaissait à moins de trois minutes du terme. Sur une mêlée tout près de la ligne médiane, le pack bok, dominateur depuis l’entrée d’Ox Nche notamment, bénéficiait d’une pénalité que Pollard ne se faisait pas prier pour passer entre les perches. L’Afrique du Sud passait devant l’Angleterre pour la première fois dans ce duel de rugby (15-16, 78e).

Rugby Angleterre-Afrique du Sud
L’arrière sud-africain Handré Pollard a été élu homme du match (Photo par David Ramos – World Rugby/World Rugby via Getty Images)

L’Angleterre multipliait cependant les temps de jeu pour récupérer une pénalité. Ou encore mettre Farrell en position de drop, ultime tentative avortée par un en-avant. L’Afrique du Sud s’impose à nouveau d’un petit point, comme face au XV de France.

Les Springboks sont donc en lice pour réussir un doublé. Seule la Nouvelle-Zélande a réussi cela dans l’histoire de la Coupe du Monde de Rugby (2011, 2015). La nation qui soulèvera le Trophée Webb Ellis ce week-end deviendra la première de l’histoire à remporter une quatrième Coupe du Monde de Rugby.

Les réactions

Handré Pollard, demi d’ouverture des Springboks. « C’est incroyable. C’est un vrai soulagement. On était frustrés, on n’a pas été très bons ce soir, surtout en première mi-temps. On savait qu’il fallait qu’on soit forts. Bravo à l’Angleterre, ils [les Anglais] nous ont mis sous pression dans tous les secteurs. Mais on n’a rien lâché. C’est pour ça qu’on est là, en tant qu’équipe et en tant que nation. »

Siya Kolisi, capitaine des Springboks. « Honnêtement, c’est tout le travail accompli qui a porté ses fruits. Aujourd’hui, c’était vraiment moche, mais il faut aussi en passer par là pour être champions. »

Jacques Nienaber, sélectionneur de l’Afrique du Sud. « On avait besoin d’énergie, on a donc décidé de faire entrer les remplaçants. Nous avons la chance d’avoir un groupe où il n’y a pas beaucoup de différence entre titulaires et remplaçants. On avait besoin d’énergie et ils nous l’ont apportée. »

Owen Farrell, capitaine de l’Angleterre. « On peut toujours refaire le match, mais l’Afrique du Sud est une équipe de très haut niveau. Elle l’a démontré tout au long de la Coupe du Monde. Je suis fier de ce que nous avons accompli ces deux dernières semaines, de ce que nous avons construit. Et de ce que cette équipe est capable de bâtir à partir de maintenant. »

Steve Borthwick, sélectionneur de l’Angleterre. « Félicitations à l’Afrique du Sud pour avoir su revenir et trouver la solution pour gagner. Il faut le reconnaître, c’est la meilleure équipe du monde. Ils ne sont pas champions du monde par hasard. Owen [Farrell] a dirigé l’équipe de manière fantastique. Les joueurs ont montré ce que cela signifie pour eux de jouer pour l’Angleterre. Ils ont mis leurs tripes sur le terrain. »

Infos World Rugby

A propos de JEAN-MARC DEVRED 1627 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

1 Trackback / Pingback

  1. Afrique du Sud Nouvelle-Zélande

Les commentaires sont fermés.