RUGBY : QUEL AVENIR POUR L’OLYMPIQUE MARCQUOIS RUGBY ?

OMR Nationale 2
Nino Maso le capitaine de l'OMR (photo JMD/Sports5962)

L’Olympique marcquois rugby (OMR) Lille Métropole vient de conquérir brillamment son billet pour la Nationale 2 de rugby face à Oloron. Le club de la MEL poursuit tranquillement son chemin vers l’élite nationale. Quelles sont les perspectives à court terme pour ce club ambitieux, qui vise la ProD2 dans les prochaines années ?

Alors que les supporters rejoignent les joueurs sur la pelouse du Stadium de Villeneuve d’Ascq pour fêter la nette victoire contre Oloron, on voit les dirigeants et les VIP discuter tranquillement. C’est le cas de Olivier Gradel, le président de l’OMR. Celui-ci a finalement passé un après-midi tranquille, vu l’ampleur du succès de son équipe de Fédérale 1. Peut-être pensait-il déjà à la prochaine saison, qui fera passer l’OMR à une dimension supérieure, celle du semi-professionnalisme. Et cela, après deux années de crise sanitaire qui ont forcément eu des conséquences.

La bonne gestion des années covid

Deux années difficiles que l’OMR a plutôt bien surmonté, selon Olivier Gradel. » On peut dire cela même si on a connu une première saison compliquée, sans compétition puisqu’on a disputé seulement trois matches. Après tout s’est arrêté. Mais ce sont des années qui nous ont permis de continuer à nous structurer. Car c’est important: un club, ce n’est pas que des joueurs. Ce n’est pas que du sportif. C’est toute une communauté qui fait vivre le club. C’est des salariés aussi. Aujourd’hui, c’est une vraie petite entreprise professionnelle. Donc on a bien passé le covid. »

Sans avoir le statut de club pro, l’OMR s’est structuré au fil des années. Aujourd’hui, il dispose d’un organigramme très fourni dans lequel chacun a une ou plusieurs tâches.

«  Le fait que l’on accède à la Nationale 2 va débloquer des sujets qui étaient en attente », explique ainsi Olivier Gradel. «  Les équipes que l’on va affronter la saison prochaine, ce sera du lourd. On souhaite conserver une grosse ossature du groupe. Mais on sait que l’on doit le renforcer. Nous sommes actuellement sur plusieurs joueurs. D’ici quinze jours-trois semaines, tout cela sera décanté. »

A droite, Olivier Gradel, le président de l’OMR (photo JMD/Sports 5962)

L’OMR recrute pour la Nationale 2

L’entraîneur et manager sportif de l’OMR Philippe Caloni était lui satisfait, mais aussi soulagé par cette montée en Nationale 2, acquise par la voie longue. Il aurait préféré passer par la montée directe en terminant dans les quatre premières places de la poule. Mais il retient du positif de ce parcours en dents de scie, stressant par moments.

 » On n’a pas vécu une saison linéaire« , explique ainsi Philippe Caloni. » C’est une vraie saison de rugby avec ses hauts et ses bas. On l’a géré comme l’on a pu, comme on l’a voulu aussi. C’est vrai que l’histoire aurait pu être plus simple en rentrant dans le top 4. Ce n’était pas le cas. Il a fallu passer par un barrage. Mais ce n’est pas une mauvaise chose de vivre des matches comme cela. Car j’ai un groupe qui est jeune et ce sont ces matches là qui font grandir. Le match à l’extérieur et celui-là, c’était important de les vivre. Et c’est très bien qu’il y ait un dénouement favorable pour nous. »

Après avoir fête la montée comme il se doit, le staff et l’équipe dirigeante vont rapidement préparer la prochaine saison de l’OMR en Nationale 2. Et pour cela, renforcer le groupe. Un groupe que veut conserver Philippe Caloni.

Vidéo Sports 59/62. Philippe Caloni, manager sportif de l’OMR.

Ce recrutement en cours et cette montée en Nationale 2 va forcément entraîneur une augmentation du budget de l’OMR. » Cela passe par là« , confirme Olivier Gradel. » La bonne nouvelle, c’est que tous nos partenaires nous restent fidèles. Il y en a même qui augmentent leur participation. Et nous sommes en discussion avec de nouveaux partenaires qui vont nous rejoindre. »

La restructuration du Stadium

Les collectivités suivent effectivement. La Métropole européenne de Lille notamment qui soutient l’OMR à fond, depuis la disparition du LMR. C’est ainsi que la restructuration complète du Stadium va servir en priorité le club marcquois. » Il nous faut un club résident solide« , explique ainsi le vice-président de la MEL chargé des Sports Eric Skyronka. » Il fallait à tout prix trouver une nouvelle orientation pour le stadium qui serve tous les clubs de haut-niveau. L’OMR est un club bien géré sur lequel nous pouvons compter. »

Au passage, Eric Skyronka espère aussi que le LMRCV, chez les filles, reste en Elite féminine pour que le vieux stade villeneuvois constitue un pôle rugby dans la métropole lilloise. Depuis plusieurs saisons d’ailleurs, l’OMR et le LMRCV couplent souvent leurs matches lorsque les calendriers le permettent.

4 000 spectateurs étaient au Stadium pour supporter l’OMR (photo JMD/Sports 5962)

Les prochaines semaines seront donc importantes pour l’OMR qui va jeter les fondations de la prochaine saison en Nationale 2. Une saison qui débouchera ensuite sur la Coupe du Monde qui boostera forcément le développement du rugby dans les Hauts-de-France. Comme on l’a vu pour ce barrage retour face à Oloron, il y a un vrai public pour le rugby dans le Nord. Ce public reviendra en nombre avec la qualité des affiches.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 592 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

1 Trackback / Pingback

  1. Racing 92 - La Rochelle à Lens en Coupe d'Europe

Les commentaires sont fermés.