SERIE OLYMPIQUE LES CH’TIS A TOKYO 17ème EPISODE MARC-ANTOINE OLIVIER (NATATION)

portrait Marc Antoine Olivier

Une vingtaine de sportifs natifs du Nord-Pas-de-Calais ou assimilés sont sélectionnés pour les Jeux Olympiques de Tokyo (23 juillet au 8 août). Dans cette série olympique, nous vous présentons nos « ch’tis à Tokyo ». Aujourd’hui, 17ème volet: le nageur en eau libre Marc-Antoine Olivier. Le Denaisien vise l’or sur le 10km après le bronze de Rio.

Spécialiste du 10 km en eau libre, Marc-Antoine Olivier prendra part à ses deuxièmes Jeux Olympiques, à Tokyo. Depuis sa première sélection tricolore, Marc-Antoine Olivier est monté en puissance au fil des années jusqu’à obtenir sa sélection pour les Jeux Olympiques de Rio en 2016. Il y a remporté une médaille de bronze, à seulement 20 ans.

Le 16 juillet 2019, à l’occasion du mondial de Gwangju (Corée du Sud) en 10 km eau libre, le Français est devenu vice-champion du monde. Il a tenu le rythme imposé par l’Italien Gregorio Paltrinieri en début de course. Il va ensuite s’échapper aux côtés de l’Allemand Florian Wellbrock dans le dernier tour. Au sprint, c’est une 2e place derrière Paltrinieri et une qualification pour les Jeux Olympiques de Tokyo.

Marc-Antoine Olivier va chercher l’or à Tokyo

Marc-Antoine Olivier fait partie des favoris , comme il l’a annoncé sur le site de la région des Hauts-de-France: « J’ai envie d’aller chercher l’or. C’est l’objectif, même si je ne suis pas forcément le plus attendu sur la plus haute marche. Je ne suis pas tenant du titre mondial, ni européen, donc je ne suis pas celui qui arrive avec le plus de pression. »

Marc-Antoine Olivier vise l’or à Tokyo (photo FFN)

Licencié cette saison à Dunkerque Natation, le fondeur nordiste est venu début juin aux championnats de France à Gravelines pour préparer Tokyo. Budapest constitue pour lui un demi-échec car c’est bien le titre européen sur 10km qu’il visait. Mais sur sa distance fétiche, comme sur le 5km, Marc-Antoine Olivier termine derrière Gregorio Paltrinieri. L’Italien sera certainement son adversaire principal à Tokyo.

Le Denaisien s’entraîne toujours à Montpellier avec l’emblématique Philippe Lucas, présent à Tokyo avec le staff de l’équipe de France. Mais dès qu’il peut, il revient dans la région. Ce qu’il a fait à Gravelines. Certes, Marc-Antoine n’a pas participé aux courses individuelles. Mais en équipier modèle, il a permis à son nouveau club de remporter le relais par équipes. Durant ces championnats, il en a profité pour s’entraîner à la piscine de Dunkerque, pour finaliser sa préparation olympique.

L’adaptation au confinement

Durant le premier confinement, Marc-Antoine s’est installé chez ses parents à Denain. Il s’est entraîné, dans la petite piscine familiale, retenu par un sandow, afin de conserver des sensations de nage ! Une forme d’adaptation importante dans un contexte inédit.

Le reportage de France3 – Hauts-de-France

Depuis, sous la direction de Philippe Lucas, il est parti à Montpellier. La piscine est chauffée à 30 degrés, la température du bassin olympique d’Odaiba. Tous les soirs aussi, il passe un quart d’heure dans le jacuzzi, pour s’habituer à la chaleur de l’eau. Cette chaleur a conduit les organisateurs japonais à faire partir les courses en eau libre, tôt le matin, à 6h30 heure locale (23h30 en France, la veille).

Tandis que Philippe Lucas encadrait l’équipe de France course à Tokyo, Marc-Antoine Olivier a continué à s’entraîner à Montpellier avec Stéphane Lecat, le directeur technique de l’eau libre à la FFN.

Avec Lara Grangeon et David Aubry, les trois sélectionnés français en eau libre se sont envolés le 17 juillet pour le Japon. Dans la ville d’Hakusan située à proximité de Kanazawa, ils ont suivi un dernier stage dans un bassin de 50m en extérieur. Cette piscine permet ainsi de tester les conditions climatiques japonaises et d’habituer leurs organismes au décalage horaire et au climat chaud et humide du pays à cette période de l’année. Ce n’est que le 1er août que la délégation est arrivée
à Tokyo pour une entrée en lice le 4 août pour Lara et le 5 août pour David et Marc-Antoine.

Marc-Antoine Olivier sera particulièrement suivi à Denain, sa ville d’origine; Dunkerque, son club d’adoption et Montpellier, son site d’entraînement. Il représente la meilleure chance nordiste d’obtenir une médaille individuelle.

Marc-Antoine Olivier se mettra à l’eau à Tokyo à 23h30, heure française, ce mercredi soir.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 187 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

1 Trackback / Pingback

  1. Les Nordistes à Tokyo obtiennent quatre médailles par équipes

Les commentaires sont fermés.