TENNIS : OBJECTIF MAINTIEN POUR LA RAQUETTE VILLENEUVOISE DANS LES INTERCLUBS

Raquette Villeneuvoise ProA
Les Belges Kimberley Zimmermann et Lara Salden en double face à Nice (photo JMD/Sports5962)

C’est parti pour les championnats interclubs professionnels. 10 clubs en Pro A féminine et 12 en Pro A masculine s’affrontent entre le 19 novembre et le 3 décembre dans un championnat express, concentré sur cinq journées et une finale. La Ligue des Hauts-de-France est bien représentée avec deux clubs chez les hommes: le TC Loon-Plage et le RC Arras. Et deux aussi dans la ProA féminine avec le CT Clermont (de l’Oise) et la Raquette Villeneuvoise. Cette dernière attaque sa 3ème saison au plus haut niveau avec le même objectif: le maintien dans l’Elite.

Cela va vite pour ces Interclubs 2022-2023. On en était déjà ce mercredi 22 novembre à la 2ème journée. Les engagés jouent les samedi et mercredi chez les messieurs. Le mercredi et le dimanche chez les femmes. Et toujours selon la même formule: 4 simples et deux doubles.

Les équipes sont réparties en deux poules. Le vainqueur accède à la finale qui aura lieu le 8 décembre à Créteil. Le dernier va directement en ProB. La règle est donc claire.

Pour la Raquette Villeneuvoise, le championnat interclubs de ProA commence laborieusement. Avec pour commencer un match nul (3-3) encourageant au Tremblay. Mais aussi une défaite à domicile ce mercredi contre Nice Giordan (2-4).

La fidélité comme fil d’Ariane

L’équipe villeneuvoise se compose cette année de 9 joueuses, dont 2 Françaises: la locale Julie Gervais n°21, et Julie Belgraver, n°28. Mais aussi trois Belges: Marie Benoît, assimilée n°17; Lara Salden assimilée n°21 et Kimberley Zimmermann, n°47.

 » L’objectif est effectivement le maintien », rappelle la présidente du club métropolitain. « Avec des joueuses moins prestigieuses que dans les autres clubs. Mais qui ont un coeur énorme. On se bat avec nos armes pour rester dans l’élite. »

Laurence Stelandre résume ainsi ainsi la politique de recrutement. « Elle est basée sur la fidélité. C’est ainsi que Kimberley est là depuis 8 ans, ou Julie Gervais 7. Pour Lara, c’est la 4ème année. Mais nous avons eu la mauvaise surprise de perdre notre joueuse n°1 Tessah Andrianjafitrimo qui est partie au TC Paris alors que nous avions construit une équipe autour de quatre joueuses qui s’entendaient très bien. »

Il a donc fallu se rabattre sur des joueuses étrangères « recrutées à l’arrache », selon les propres termes de la dirigeante. Financièrement, cela a un coût. Mais la Raquette a le soutien fidèle de la Région et de la Métropole Européenne de Lille, en tant que club de haut-niveau. Plus les 12 000 euros alloués par la Fédération Française de Tennis (FFT) pour les clubs engagés dans le championnat de ProA.

Raquette Villeneuvoise ProA
La Roumaine Mihaela Buzarnescu avec le capitaine de La Raquette Laurent Roger (photo JMD/Sports5962)

On peut aussi se poser la question sur la formule d’un championnat concentré sur deux semaines et quelques rencontres. « On aimerait bien une visibilité plus longue. Mais il faudrait alors des budgets plus conséquents » explique aussi Laurence Stelandre. « Mais c’est aussi lié au fait que l’on est en fin de saison pour les joueuses. On est dans un creux pour les déplacements. » Novembre propose effectivement une ouverture dans un calendrier annuel surchargé.

L’attachement aux Interclubs

Néanmoins, le club est attaché à ce championnat. « C’est un bon moment pour fédérer les adhérents. L’occasion d’offrir un spectacle de qualité aux licenciés, mais aussi au public de la MEL. Cela totalement gratuitement avec la possibilité de côtoyer les joueurs. C’est un cadeau qui est offert aux amoureux du tennis. »

La présence de joueurs professionnels constitue également une bonne école pour les jeunes du club qui découvrent les réalités du haut-niveau. Les interclubs permettent aussi de former les ramasseurs de balle candidats pour Roland-Garros ensuite.

Laurence Stelandre met quand même les pieds dans le plat en soulignant les limites de la formule. « C’est vrai qu’un championnat où dans certaines équipes, aucune joueuse ne connaît les dirigeants, ne parle français et n’est absolument pas intégrée à la ville qu’elle qu’elle représente… c’est vrai que c’est limite. » Ceci dit, la situation est la même dans les clubs de football ou de basket, pour prendre les exemples les plus connus…

Un effectif cosmopolite

De même, on constate que peu d’équipes alignent des joueurs du cru. « Mais il faut comparer ce qui est comparable. C’est du sport pro et les clubs vont chercher les éléments qui sont bons là où ils se trouvent. Quand ces joueurs veulent venir, ils viennent. » Ceci explique les règles actuelles, où seule la présence d’un joueur ou d’une joueuse française est exigée sur la feuille de match.

On sait aussi qu’à talent égal, les joueuses étrangères sont moins chères que les Françaises. Notamment les joueuses des pays de l’Est qui « squattent » les petits circuits professionnels et qui ont besoin de jouer. La Raquette compte ainsi dans ses rangs la Hongroise Anna Bondar, et la Roumaine Mihaela Buzarnescu cette saison.

Avec cet effectif très cosmopolite certes, mais avec quand même une basse « eurorégionale » (française, belge et néerlandaise), la Raquette Villeneuvoise, qui a notamment lancé Pauline Parmentier, espère bien assurer son maintien en ProA. Afin de disputer le championnat Elite une 4ème année consécutive en 2023.

Les résultats et le calendrier de PROA féminine

1è journée

TC Tremblaysien (Ile-de-France) – Raquette Villeneuvoise (Hauts-de-France): 3-3

Simples: Kawa- Bondar: 2-1 / Ignatik-Buzarnescu: 2-0/ M.Garcia-Gervais: 1-2 / Cakarevic-Salden: 1-2

Doubles: Kawa-Ignatik / Zimmermann-Salden: 2-0 Garcia-Cakarevic/Gervais-Bondar: 0-2

2è journée

Raquette Villeneuvoise – Nice Giordan (Provence Alpes Côte d’Azur): 2-4

Simples: Buzarnescu-Gracheva: 0-2 / Benoît-Blinkova: 1-2 / Gervais-Detiuc: 2-0 / Belgraver-Pons: 2-1

Doubles: Zimmermann-Salden/Gracheva-Blinkova: 0-2 Buzarnescu-Gervais/Detiuc/Kania Chaudun: 0-2

3è journée

Le 27 novembre: Boulogne-Billancourt TC (Ile-de-France)/ Raquette Villeneuvoise

4è journée

Le 30 novembre: la Raquette exempte

5è journée

Le 4 décembre: Raquette Villeneuvoise/Saint-Dié (Grand Est)

A propos de JEAN-MARC DEVRED 917 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.