VOILE : LA VENDEE ARCTIQUE, BILAN D’UNE COURSE TRONQUEE

Bilan Vendée Arctique
Charlie Dalin et Apivia au mouillage en Islande (photo Thomas Ruyant/LinkedOut)

La ligne d’arrivée de la 2e Vendée Arctique – Les Sables d’Olonne est close depuis l’arrivée du dernier concurrent, Kojiro Shiraishi (DMG MORI Global One), samedi 18 juin à 22h33. La course a été définitivement interrompue à cause d’une dépression violente sur l’Islande. Après un week-end à l’abri, les concurrents sont repartis vers les Sables d’Olonne, en convoyage. Le bilan de cette Vendée Arctique tronquée.

La dépression est désormais passée. Et les navigateurs arrivés en Islande ont pu repartir ce week-end pour un convoyage plus tranquille vers les Sables d’Olonne. Les premiers arriveront en Vendée aux alentours de jeudi. C’est le cas du Dunkerquois Thomas Ruyant.

Vidéo Vendée Arctique. La fin de la course

La météo a joué de drôles de tours à la flotte et à l’organisation de la Vendée Arctique – Les Sables d’Olonne. Le tour de l’Islande, qui s’annonçait à la fois comme le temps fort de la course et comme une grande première – aucun IMOCA n’étant jamais monté jusqu’au cercle polaire arctique en course – paraissait réalisable le jour du départ, le 12 juin, et même dans les heures qui ont suivi. 

Une dépression violente sur l’Islande

La météo s’est dégradée progressivement. La dépression qui circulait autour de l’Islande a pris tant d’épaisseur qu’elle a fini par ressembler à une menace directe pour les skippers. Les orientations des vents et le gonflement de vagues ont convaincu la direction de course d’abandonner le tour de l’Islande. La porte virtuelle dessinée avant la course à hauteur de la pointe la plus orientale de l’île est devenue la marque à parer, avant le retour dans des contrées moins rudes via un point virtuel dans le centre de l’Atlantique.

Puis, dans la nuit de vendredi à samedi, alors que le leader Charlie Dalin était en approche de la porte, l’organisation a décidé d’arrêter la course à cette porte, afin de permettre aux solitaires de se mettre à l’abri une fois la ligne d’arrivée franchie.

La proximité du pôle arctique, la circulation des phénomènes météo et leur capacité à gonfler dans de courts laps de temps ont engendré une situation dangereuse. Des vents violents, de 50 nœuds en moyenne avec des rafales à plus de 60 nœuds, et une mer très formée et casse-bateau, ont rendu la navigation scabreuse. Sur les cinq abandons enregistrés durant l’épreuve, quatre sont survenus dans le cadre de cette séquence brutale. Peu de bateaux sont sortis indemnes de cette tempête, à l’image de Giancarlo Pedote (Prysmian Group) et de Romain Attanasio (Fortinet – Best Western) par exemple, qui ont connu des problèmes de grand-voile.

Thomas Ruyant termine 3ème de la Vendée Arctique (photo JM Liot/Aléa/Vendée Arctique)

Cinq abandons seulement

20 des 25 skippers engagés ont finalement rallié la ligne d’arrivée. La direction de course de la Vendée Arctique a enregistré cinq abandons. Il y eut celui, précoce, du Hongrois Szabolcs Weöres (Szabi Racing), le 13 juin, au lendemain du départ, consécutif à une avarie du système hydraulique de la quille basculante de son IMOCA, constatée la veille. Les quatre autres sont survenus lors de l’approche de la porte Islande.

Le 17 juin, Manuel Cousin (Groupe SÉTIN) fut le premier des quatre à renoncer, « un choix de raison ». Le 18 juin, « par précaution », Arnaud Boissières (La Mie Câline) a fait le choix de l’abandon à 40 milles de la porte Islande, devenue ligne d’arrivée de circonstance, car privé des voiles d’avant qui lui auraient permis de remonter au près jusqu’au but. Isabelle Joschke (MACSF), grand-voile déchirée, et Denis Van Weynbergh (Laboratoires de Biarritz), pour diverses avaries, ont été les derniers à abandonner à quelques dizaines de milles de l’arrivée.

Dans ces conditions dantesques, 5 abandons seulement, c’est finalement un bon bilan pour la Vendée Arctique.

Charlie Dalin est le vainqueur de cette édition inédite (photo Charlie Dalin/Apivia)

Le vainqueur est donc Charlie Dalin (APIVIA), qui signe sa deuxième victoire consécutive en solitaire dans cette saison IMOCA, après son succès sur la Guyader Bermudes 1000 Race en mai dernier. Le skipper havrais enregistre sa cinquième victoire depuis son entrée dans la classe des monocoques de 60 pieds après la Transat Jacques Vabre 2019 (en double avec Yann Eliès), la Rolex Fastnet Race 2021 (en double avec Paul Meilhat) et le Défi Azimut 2021 (en double avec Paul Meilhat). Il s’agit de son septième podium en autant de courses sur APIVIA.

Qualification valable pour le Vendée Globe

Jérémie Beyou (Charal) et Thomas Ruyant (LinkedOut) complètent le podium, dans cet ordre. Ce podium affiche la même composition qu’en 2020. Seuls les rôles s’inversent : Jérémie Beyou l’avait emporté devant Charlie Dalin et Thomas Ruyant. Même si cette Vendée Arctique a été tronquée, elle s’achève sur un podium logique, avec les trois principaux favoris au départ.

La Vendée Arctique – Les Sables d’Olonne était la première des cinq courses qualificatives au Vendée Globe 2024. Autre point positif de ce bilan sportif: les tandems skipper-bateau qui ont terminé la Vendée Arctique sont qualifiés sportivement. Si un skipper devait changer de bateau pour le prochain Vendée Globe (ce sera le cas pour quelques uns des skippers de la Vendée Arctique), il devra de nouveau effectuer une course de qualification.

40 voiliers IMOCA pourront prendre le départ du prochain Vendée Globe, en novembre 2024.

Vidéo Vendée Arctique. Retour sur la fin de course

Tous les concurrents vont rentrer cette semaine aux Sables d’Olonne. Le premier sera Manuel Cousin mardi. Le marin de « Groupe Cousin » avait abandonné sur la route de l’Islande. Le plus gros de la flotte arrivera dans la nuit de mercredi et la journée de jeudi. Thomas Ruyant lui est attendu dans la nuit de jeudi à vendredi.

Tout le monde devrait être rentré pour la remise des prix qui aura lieu ce week-end.

Le classement final

  1. Charlie Dalin (Apivia) 4 jours 9 heures, 20 minutes et 26 secondes
  2. Jérémie Beyou (Charal) 4j13h04mn08
  3. Thomas Ruyant (LinkedOut) 4j16h33mn46
  4. Benjamin Ferré (Monnoyeur Duo for a job) 5j07h08mn42
  5. Louis Burton (Bureau Vallée) 5j08h50mn22
  6. Guirec Soudée (Freelance.com 5j09h07mn42
  7. Alan Roura (Hublot) 5j09h47mn11
  8. Louis Duc (Fives Lantana Environnement) 5j09h54mn12
  9. Damien Seguin (Groupe Apicil) 5j10h10mn21
  10. Nicolas Lunven (Banque Populaire) 5j10h42mn55

20 bateaux classés

Infos Vendée Arctique Les Sables d’Olonne

A propos de JEAN-MARC DEVRED 813 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

1 Trackback / Pingback

  1. Podium Vendée Arctique validé

Les commentaires sont fermés.