VOILE : LES IMOCA RESTENT EN RADE A LA TRANSAT JACQUES VABRE !

Transat Jacques Vabre départ IMOCA
Les IMOCA For People et For the Planet restent à quai pour le moment (photo JMD/Sports5962)

Les skippers nordistes Thomas Ruyant, Pierre Le Roy et Pierre Brasseur devront attendre pour prendre le départ de la Transat Jacques Vabre 2023. A cause de conditions météo très défavorables, le comité de course a pris des mesures différenciées selon les 4 classes et les 95 bateaux présents pour le départ prévu ce dimanche 29 octobre. Les Ultim partiront normalement. Les Ocean Fifty et les Class 40 iront se mettre à l’abri à Lorient. Mais les IMOCA eux resteront à quai au Havre en attendant une fenêtre météo plus favorable pour le départ de cette Transat Jacques Vabre.

La situation a nettement empiré sur le proche Atlantique toute la soirée et cette nuit. La forte dépression qui avait justifié hier la modification du parcours des Class40 vers Lorient, déboule sur l’Atlantique avec 24 heures d’avance sur le timing initialement prévu. Elle charrie des vents de 80 noeuds et une mer de 10 mètres dès lundi soir au cap Finisterre. Seuls les ULTIM qui auront suffisamment progressé vers le Sud, peuvent échapper au phénomène. Leur départ et leur parcours sont maintenus.

Les Ocean Fifty prendront eux aussi le départ ce dimanche. Mais ils se dirigeront comme les Class40 vers Lorient. Pas de solution en revanche pour amarrer les 40 IMOCA dans un port de la façade Atlantique. Les grands monocoques resteront donc au Havre en attendant qu’une nouvelle opportunité météorologique ou d’accueil se présente.

Une dépression sur le Golfe de Gascogne

Le météorologue de la course, Christian Dumard, justifie ainsi ces mesures. « Sur le noyau de la première perturbation initialement prévue pour le 2 novembre, un vaste système dépressionnaire s’est enroulé sur lui-même, en regroupant plusieurs centres et en accélérant sa course. Le phénomène est plus rapide, plus violent et plus vaste avec un front froid marqué qui s’étend de plus en plus loin au Sud. Dès le 1er novembre, les conditions dans le golfe de Gascogne se sont nettement dégradées, avec des rafales prévues de 80 nœuds et des hauteurs de vague de 10 mètres. En cas de souci pour un bateau ralenti par une avarie le 30 ou le 31, il serait impossible de regagner un port pour s’abriter avant l’arrivée du phénomène. Ce sont aussi des conditions où un cargo ne peut se dérouter et manœuvrer pour porter secours à un équipage en difficulté. »

Christian Dumard poursuit aussi, dans le communiqué du Comité de Course.  » Après le passage de ce vaste système, beaucoup d’incertitude demeure. L’expérience de la semaine qui vient de s’écouler où la situation a été très changeante jour après jour, incite à la prudence. Nous restons en contact permanent avec la Direction de course et l’organisation pour trouver les meilleures opportunités d’un nouveau départ.»

Transat Jacques Vabre départ IMOCA
Samedi, Thomas Ruyant a reçu la visite de Yves Parlier (photo Jean-Louis Carli/Aléa)

De la visite pour Thomas Ruyant

En attendant de pouvoir prendre le départ de la Transat Jacques Vabre avec tous les IMOCA, Thomas Ruyant et Morgan Lagravière ont reçu la visite à bord de Yves Parlier. Le tout premier vainqueur de la Mini-Transat, qui a fait une belle carrière ensuite, soutient en effet le projet sociétal For People. Thomas, Morgan, mais aussi Sam Goodschild et Antoine Koch (For the Planet) ont présenté ce projet sur les pontons du bassin Paul Vatine. Avant d’apprendre le report du départ.

Depuis jeudi, jour du briefing météo, de nombreuses mesures restrictives ont été prises au fur et à mesure par la Direction de course. Réduction du parcours côtier, annulation des opérations de relations publiques en mer durant le départ, sortie des Ultim dès samedi… Tout a été fait pour que le grand départ ait bien lieu ce dimanche. Ce sera le cas. Mais dans des conditions particulières et pas pour tous. Cela se produit souvent pour les courses océaniques à cette époque de l’année. Notamment sur la Transat Jacques Vabre.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 1520 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

1 Trackback / Pingback

  1. Transat Jacques Vabre les IMOCA à l'abri

Les commentaires sont fermés.