VOILE : DEPART DES IMOCA DIMANCHE DANS LA TRANSAT JACQUES VABRE ?

Transat Jacques Vabre IMOCA
Les 40 IMOCA sont restés à quai au Havre (photo JMD/Sports5962)

Alors que les ULTIM affrontent des conditions météo difficiles dans la Transat Jacques Vabre 2023, les IMOCA patientent avant leur propre départ. C’est la seule classe restée à quai au Havre. Les organisateurs attendent en effet le passage de la tempête Ciaran pour les lâcher en mer. Mais la course pour eux ne commencera vraisemblablement pas avant samedi, voire dimanche.

Incontestablement, la tempête Ciaran fait peur. Elle va balayer le quart nord- ouest de la France, dans la nuit de mercredi à jeudi. Cela a contraint les IMOCA, acteurs majeurs de la flotte, à ne pas prendre le départ dimanche. C’est un phénomène météo exceptionnel. On attend en effet des vents à plus de 150 km/h au large des côtes. Au Havre, on s’y prépare. Les monocoques ont été déplacés et mieux amarrés lundi pour éviter toute casse.

Dès lundi matin, les bateaux ont été déplacés. Et toutes les équipes techniques se sont entraidées. Un comportement courant dans les milieux de la voile. Les bateaux mis en sécurité, il va désormais falloir attendre le passage de ce front qui fait tant parler et qui a obligé les IMOCA à ne pas prendre le départ, enn même temps que les ULTIM, les Ocean Fifty et les Class40.

Une véritable bombe météorologique

Cette dépression très creuse est comparable à la tempête que la France a connu en 1999 et qui avait entraîné d’e nombreux’énormes dégâts. « C’est une dépression très explosive, avec des vents très forts et surtout une mer démontée », commentait ainsi Damien Seguin (APICIL). En effet, des rafales de 110 à 120 km/h sont attendues dans les terres et encore plus en mer comme le commente Yoann Richomme (Paprec Arkéa) : « En mer, les prévisions font état de 80 nœuds, des rafales à plus de 100 nœuds (plus de 185km/heure), d’une mer avec des creux de 12 mètres. Ce n’est clairement pas praticable et aucun secours ne pourrait porter assistance à un marin en cas de besoin. »

Thomas Ruyant accueille ce report avec philosophie

La priorité pour la direction de la course était de mettre la flotte en sécurité (les ULTIM seront déjà au large du Portugal lorsque la dépression arrivera) pour envisager un nouveau départ plus serein et équitable entre toutes les classes, comme l’explique Gildas Gautier, co-directeur de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre. « On a les IMOCA en sécurité au Havre, les Ocean Fifty et les Class 40 à Lorient. Aujourd’hui on peut se re-focaliser sur le départ de toute la flotte en produisant un direct audiovisuel pour les IMOCA à partir du Havre. On veille scrupuleusement sur la fenêtre météo qui nous permettra de reprendre cette belle fête. »

L’impatience des skippers

Reste à savoir quand. Les skippers évidemment s’impatientent au bassin Paul Vatine. A commencer par les trois Nordistes Thomas Ruyant, Pierre Le Roy et Pierre Brasseur, tous trois engagés en IMOCA. Mais la Direction de Course ne veut prendre aucun risque. Pour le départ des 40 monocoques restés au Havre, l’organisation prépare « un dispositif de suivi de qualité, équivalent à celui de dimanche, pour fournir aux médias des images en direct, en 2 langues. »

« J’essaie de redescendre un peu en pression »

Thomas Ruyant

Comme on le sait, chacune des 4 classes a son propre classement. La valeur sportive de l’épreuve n’est donc absolument pas faussée par ce régime… à 4 vitesses. C’est pourquoi on attend avec impatience le début de cette bataille navale pacifique, qui opposera les IMOCA, la classe reine dans cette Transat Jacques Vabre 2023. Ceux-ci ne partiront pas avant ce week-end. Dimanche peut-être, ou samedi pour les plus optimistes. Ce qui bien sûr engendre des changements d’organisation et des frais supplémentaires.

Thomas Ruyant en tous cas est revenu lundi soir à Lorient, son port d’attache. Le skipper dunkerquois prend ce retard avec philosophie. « On sait qu’on n’aura pas un départ avant dimanche donc j’essaie de redescendre un peu en pression, car les journées avant ce week-end étaient assez denses et intenses. Je continue de garder un oeil sur la météo. Je me focaliserai de nouveau sur la course et ce qui nous attend, en fin de semaine. »

Transat Jacques Vabre IMOCA
SVR Lazartigue a pris la tête des Ultim (photo Guillaume Gatefait)

Les Ultim déjà à la lutte

Les Ocean Fifty et les Class 40 eux aussi auront droit à un nouveau départ. Mais ce sera au large de Lorient, où ils sont partis se mettre à l’abri. Les 5 Ultim, eux, foncent déjà dans l’Atlantique, dans le but de passer avant l’arrivée de Ciaran sur le Golfe de Gascogne.

Au classement de 18h mardi soir, François Gabart et Tom Laperche, sur SVR Lazartigue, pointent en tête. Mais ils sont à la lutte avec les duos Caudrelier-Israël (Maxi Edmond de Rothschild) et Le Cléac’h-Josse (Maxi Banque Populaire XI).

Ces maxi-catamarans arriveront en Martinique bien avant les autres, dans une semaine peut-être. Avant le départ des autres ?

A propos de JEAN-MARC DEVRED 1520 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

1 Trackback / Pingback

  1. Transat JV nouveau report pour les IMOCA

Les commentaires sont fermés.